1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

CELLECTIS
11.410 (c) EUR
-2.14% 

FR0010425595 ALCLS

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    11.420

  • clôture veille

    11.660

  • + haut

    11.470

  • + bas

    11.240

  • volume

    28 707

  • valorisation

    484 MEUR

  • capital échangé

    0.07%

  • dernier échange

    13.09.19 / 17:35:25

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    10.270

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    12.550

  • rendement estimé 2019

    -

  • PER estimé 2019

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    -

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    03.05.19

  • Éligibilité

    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
    PEA-PME

    Qu'est-ce que le PEA-PME ?

    Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet CELLECTIS

CELLECTIS : Voilà qui va lui faire du bien :

duparq
07 déc. 200715:19

Des cellules souches permettent la guérison d'une souris
LE MONDE | 07.12.07 | 14h30 • Mis à jour le 07.12.07 | 14h30
En savoir plus avant les autres, Le Monde.fr vous fait gagner du temps.
Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts








'est un cocktail biotechnologique inédit qu'une équipe basée aux Etats-Unis vient de concocter avec succès. En associant, dans une même expérience, des techniques de thérapie génique et de culture cellulaire, ces chercheurs, dirigés par Rudolf Jaenisch (Institut Whitehead pour la recherche médicale, Cambridge, Massachusetts), apportent pour la première fois la preuve, chez l'animal, que des cellules adultes redevenues embryonnaires peuvent constituer un outil thérapeutique.



Lexique
Cellules souches embryonnaires. Elles sont obtenues à partir de la destruction d'un embryon obtenu par fécondation in vitro et parvenu au stade blastocyste, soit au cinquième jour de son développement. Leur caractère "totipotent" ou "pluripotent" permet d'obtenir des lignées qui se différencient dans les différents types de cellules et de tissus de l'organisme humain. Aucune application thérapeutique standardisée n'a encore été obtenue.

Cellules souches adultes. Elles sont notamment présentes au sein de la moelle osseuse, de la peau ou dans le sang du cordon ombilical. Ces cellules ont déjà permis d'obtenir d'importants succès thérapeutiques dans le traitement des affections cancéreuses sanguines ou chez les grands brûlés.

Thérapie génique. Elle consiste à greffer une information génétique spécifique au sein du génome de cellules porteuses d'une mutation responsable d'une pathologie. Elle nécessite le recours à un virus servant de vecteur aux gènes correctifs. Grâce à cette technique, l'équipe d'Alain Fischer (hôpital Necker, Paris) a guéri des enfants souffrant d'un déficit immunitaire total.

[-] fermer

Ce travail a été rendu public, vendredi 7 décembre, sur le site Internet de la revue Science. Il fournit une démonstration de principe qui vient conforter le bien-fondé de tous les travaux menés à travers le monde dans le but de développer une nouvelle médecine dite régénératrice.

Si de nombreux obstacles techniques restent à surmonter, ce travail permet de nourrir de réelles espérances quant à la mise au point des thérapies pour des maladies dégénératives aujourd'hui incurables. Elle semble en outre de nature à mettre un terme au conflit opposant ceux qui estiment légitime de détruire des embryons humains pour mener leurs travaux à ceux qui, pour des raisons religieuses, condamnent un tel geste.

Ce travail se situe dans le prolongement de celui, récemment publié dans les colonnes du mensuel Cell, par une équipe japonaise dirigée par Shinya Yamanaka (université de Kyoto). Celle-ci avait reproduit chez l'homme ce qu'elle était parvenue à obtenir chez la souris : la transformation de cellules de peau (des fibroblastes) en cellules présentant toutes les caractéristiques des cellules souches embryonnaires.

Cette spectaculaire transformation avait nécessité l'intégration, via un vecteur viral, de quatre gènes dans le patrimoine héréditaire de chaque cellule. La présence de ces gènes avait en quelque sorte "remis à zéro" ces cellules différenciées qui étaient redevenues indifférenciées et pluripotentes, à nouveau capables de se transformer en n'importe quel tissu composant l'organisme.

Une série de questions restait toutefois sans réponse, la première d'entre elles étant de savoir si ces cellules souches "induites" pourraient servir d'outils thérapeutiques. C'est cette démonstration que fournit aujourd'hui l'équipe de Rudolf Jaenisch.

LES ESSAIS SUR L'HOMME PAS – ENCORE – D'ACTUALITÉ

Les chercheurs ont, dans un premier temps, eu recours aux mêmes cocktails de gènes (dénommés Oct3/4, Sox2, Klf4 et c-myc) que l'équipe japonaise. Ils les ont intégrés au génome de fibroblastes prélevés sur la queue de souris porteuses de l'anomalie génétique caractéristique de la drépanocytose.

Cette maladie héréditaire (également dénommée anémie falciforme), très répandue dans certains pays africains, se caractérise par un défaut particulier de la structure de l'hémoglobine, qui est à l'origine de différents troubles, au premier rang desquels de sévères crises anémiques.

Les chercheurs ont ensuite, grâce aux techniques de ciblage spécifique de gène, corrigé l'anomalie génétique dans les cellules souches induites ainsi obtenues. Puis ils ont placé ces cellules dans un milieu de culture les conduisant à se différencier pour devenir des cellules souches dites hématopoïétiques, productrices des différentes lignées des cellules sanguines.

Ces dernières ont, enfin, été injectées dans le sang des souris chez lesquelles les cellules de peau avaient été prélevées au début de l'expérience. Au terme de cette série de manipulations, les chercheurs expliquent avoir pu obtenir une production de globules rouges dont la structure de l'hémoglobine n'était plus anormale ainsi qu'une réduction des symptômes de la drépanocytose.

Au vu d'un tel résultat, dans tout autre domaine de la biologie et de la médecine, la question serait ouvertement posée de la date des premiers essais cliniques dans l'espèce humaine. Or plusieurs éléments font que cette question n'est pas – encore –, d'actualité. Il importe en effet de préciser que les différentes opérations de manipulation génétique mises en œuvre au cours de cette expérience menée sur des souris ne sont pas sans risque.

Il est notamment bien établi que certains des gènes utilisés pour obtenir que les fibroblastes se transforment en l'équivalent des cellules souches embryonnaires peuvent induire l'émergence de processus de cancérisation. Tout laisse penser, en l'état actuel des connaissances mais surtout des incertitudes, qu'aucune autorité éthique n'accorderait de feu vert pour un premier essai clinique chez l'homme. Les chercheurs doivent donc aujourd'hui développer des méthodes "inoffensives" pour écarter le risque de cancer.

"Il s'agit ici d'un très beau travail mené par une équipe de grande réputation scientifique, explique Marc Peschanski (Istem, Généthon), responsable de l'une des principales équipes françaises engagées dans les recherches médicales sur les cellules souches humaines. Il est toutefois essentiel de rappeler que ce travail est le prolongement des différents acquis issus des travaux menés ces dernières années sur les cellules souches embryonnaires. De ce point de vue, au-delà des résultats obtenus et des perspectives ouvertes, l'équipe américaine apporte la démonstration qu'il faut, loin des interdits moraux ou religieux de principe, laisser aux scientifiques la liberté pleine et entière de leurs champs de recherche."

Jean-Yves nau

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

1 réponse

  • coxman1
    09 décembre 200720:12

    Signaler un abus

Retour au sujet CELLECTIS

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer