Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Retour au sujet CRUCELL

CRUCELL : Idees d'investissement?

17 sept. 201011:01

J&J detenant deja 20% de crxl, il y a de fortes chances que l'acquisition complete se fasse.
L'aventure crxl se termine.
Quelqu'un a t il des idees d'investissement dans des societes serieuses type crxl?

5 réponses

  • 17 septembre 201011:07

    Article Biotech 16/09 Echo - Mon argent
    Hier à 14:01
    Après avoir été cotée en Bourse pendant moins d’un an, l’entreprise biotech campinoise Movetis disparaît à nouveau des tablettes. Cette année, les investisseurs ont réalisé un bénéfice de 50%, essentiellement suite à la reprise par le groupe pharmaceutique anglo-irlandais Shire.

    Les reprises de ce type sont le véritable moteur de la création de valeur sur ce marché de niche, même si les chances de réussite d’une recherche en biotechnologie sont très minces. Globalement, seuls 5 essais sur 10.000 résultent en un produit fini commercialisé avec succès. Et il se passe généralement de 5 à 12 ans avant qu’une nouvelle application biotechnologique ne dégage des bénéfices.

    Les actions individuelles d’entreprises de ce type doivent être réservées à des investisseurs à haut profil de risque. À l’inverse, une ventilation judicieuse des fonds de placement permet à chacun de minimiser les conséquences d’un échec, tout en continuant à croire à la vision à long terme du secteur biotech et aux services qu’il peut rendre à la planète.

    Du bénéfice, enfin
    Il ressort de l’étude sectorielle annuelle " Beyond Borders: Global Biotechnology " du prestataire de services financiers Ernst & Young que les entreprises biotechnologiques cotées en Bourse des pays développés ont réalisé en 2009, année de crise s’il en est, un bénéfice global de 3,7 milliards de dollars. C’est un record historique. Jusque-là, le secteur avait la réputation d’être durablement déficitaire. Mais après un tour de piste de lourdes restructurations et d’économies, l’ère de la rentabilité semble avoir commencé.


    Reprises et investissements
    Ce secteur ignore pratiquement ce qui fonde traditionnellement le rendement, comme la croissance des bénéfices et le versement de dividendes. L’investisseur particulier trouvera néanmoins quelques balises dans l’univers opaque des actions " biotech ".

    D’une part, nous pouvons nous attendre à ce que les reprises créent un flux permanent de plus-value des actions. Dans les géants de la pharmacie, les pipe-lines sont vides et cela leur pose problème. Avec ses idées neuves, une entreprise biotech fraîchement acquise peut être une solution aisée pour doper la croissance. Aussi, les montants proposés sont-ils souvent bien supérieurs au cours ordinaire de la société.

    En outre, la prise de conscience croissante que seule l’innovation est susceptible de résoudre les grands problèmes mondiaux provoquera un afflux de capitaux vers ces entreprises. Les sociétés d’investissement comme Gimv agissent avec cette conviction. Au final, des capitaux plus largement disponibles devraient améliorer la qualité des recherches et donc créer de meilleures chances d’un retour positif pour qui investit dans le secteur des biotechnologies.

    La diversité belge
    Parmi les entreprises biotechnologiques belges cotées, seule Galapagos dégage actuellement un bénéfice opérationnel. Le groupe malinois brasse un vaste domaine de recherche, à la base de plusieurs applications pharmaceutiques. Il en résulte que les recettes des accords de coopération avec les fabricants de médicaments dépassent désormais les coûts de la recherche. Devgen a, elle aussi, vu ses recettes évoluer positivement, grâce à la vente dans le monde entier de semences développées en interne. Prenant le contre-pied de la diversification, l’entreprise gantoise a choisi de se focaliser sur la technologie des semences. Elle a d’ailleurs cédé ses activités pharmaceutiques.

    ThromboGenics, spin-off de l’université de Louvain, et le fournisseur d’anticorps Ablynx apportent la preuve que le succès peut, lui aussi, se fonder sur la spécialisation. La mise en rapport de la position en cash, d’une part, et de la perte opérationnelle escomptée, d’autre part, permet de conclure que la recherche peut se poursuivre plusieurs années sur fonds propres. Le spécialiste du cartilage TiGenix et la société liégeoise Onco, qui s’appellera prochainement MDxH, ont davantage de difficultés de trésorerie. Ces sociétés pourraient devoir lever de l’argent frais dans les deux ans.




    http://monargent.lecho.be/epargner_et_investir/investir/La_biotech-_un_b on _remede_pour_votre_portefeuille-.8961615-2222.art


  • 17 septembre 201015:18

    (uniquement des biotechs, qui présentent un gros potentiel) >>>

    -EXAS
    -RVX
    -OREX

    J'ai fait des analyses sur ces valeurs à fort potentiel ; vous pouvez les retrouver dans l'historique à cette adresse :

    http://www.objectifeco.com/auteur/sacha-pouget

    (enlever les espaces ajoutés par bourso)


  • 17 septembre 201016:27

    BE0003846632- THR
    BE0003818359- GLPG


  • 20 septembre 201012:11


  • 21 septembre 201017:38

    ALLEZ VOIR ...................


Retour au sujet CRUCELL

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.