Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Zone euro-Inflation négative pour le 1ère fois depuis 2009

Reuters07/01/2015 à 16:51

* Inflation zone euro en décembre à -0,2% sur un an (-0,1% prévu) * Taux de chômage inchangé à 11,5% en novembre (Actualisé avec détails, commentaires, contexte, réactions) par Jan Strupczewski BRUXELLES, 7 janvier (Reuters) - L'inflation en zone euro est passée en territoire négatif en décembre pour la première fois depuis 2009, principalement sous l'influence de la baisse des prix de l'énergie, selon la première estimation publiée mercredi par Eurostat. Les prix à la consommation dans les 19 pays de la zone euro (avec la Lituanie) ont baissé de 0,2% sur un an en décembre. Cette baisse des prix, plus forte que prévu puisque les économistes prévoyaient en moyenne un repli de 0,1%, marque un décrochage par rapport à l'inflation de +0,3% en novembre et vient accentuer les pressions sur la Banque centrale européenne (BCE) pour qu'elle lance un programme de rachat d'obligations souveraines afin de soutenir l'activité dans la zone euro. L'indice des prix à la consommation n'avait plus été en territoire négatif depuis octobre 2009, quand il était à -0,1%. "C'est probablement le chiffre dont (la BCE) avait besoin", commente Peter Vanden Houte, responsable de la recherche économique chez ING. "L'économie est faible et l'inflation négative. Cela devrait suffire", ajoute-t-il. Les principales Bourses européennes gagnent plus de 1% après ce chiffre tandis que l'euro se traite à de nouveaux plus bas de neuf ans face au dollar, sous la barre de 1,1820, vers 14h GMT. Le ministère allemand des Finances a fait savoir pour sa part qu'il restait convaincu de l'absence de risque de déflation en zone euro malgré ce chiffre, a dit un porte-parole du ministère. Hors énergie et alimentation, l'indice marque toutefois une hausse de 0,7% sur un an, comme en novembre et octobre. Les prix de l'énergie ont chuté de 6,3%, après un recul de 2,6% en novembre, alors que les prix sont demeurés stables pour l'alimentation et le tabac (contre 0,5% en novembre), ainsi que pour les biens industriels hors énergie (contre -0,1% en novembre), a précisé Eurostat. La seule hausse annuelle concerne les services, en augmentation de 1,2%. Les cours du pétrole ont baissé de plus de 50% depuis leur pic du mois de juin, avec un baril de Brent autour de 51 dollars mercredi. "Du fait de la nouvelle chute des prix du pétrole, la tendance à la baisse de l'inflation devrait se prolonger dans les mois à venir. Nous tablons sur une autre forte baisse du taux d'inflation IPCH (harmonisée aux normes européennes) en janvier, à environ 0,5% sur un an," dit Gizem Kara, responsable de la recherche économique en Europe pour BNP Paribas. "L'inflation IPCH évoluera ensuite autour de zéro en 2015 selon nos prévisions." LA GRÈCE COMPLIQUE ENCORE LA DONNE Depuis le lancement de l'euro en 1999, l'inflation n'a été négative qu'une seule fois, pendant une période de cinq mois, en 2009, même si elle est inférieure à 1% - limite en-dessous de laquelle la BCE parle de "zone de danger" - depuis octobre 2013. Dans un contexte de taux d'intérêt déjà quasi nuls, la BCE pourrait se lancer dans un programme d'assouplissement quantitatif (quantitative easing, QE) d'injection de liquidités dans l'économie de la zone euro pour soutenir la demande et relancer l'inflation vers son objectif, proche de 2%. La banque centrale tient sa prochaine réunion monétaire le 22 janvier et pourrait annoncer à cette occasion ce programme de rachat de dette souveraine sur le marché secondaire, comme l'a laissé entendre son président Mario Draghi le 1er janvier en affirmant que l'institution "agirait" si l'inflation restait trop faible trop longtemps. ID:nL6N0UG0JM "Nous sommes en pleine préparation technique pour ajuster l'ampleur, le rythme et la nature des mesures qui seraient à prendre début 2015 s'il devient nécessaire de réagir à une trop longue période de faible inflation. Il y a unanimité là-dessus au sein du Conseil des gouverneurs", a-t-il déclaré. Certains responsables européens ont récemment indiqué que la BCE pourrait demander à certaines banques centrales de pays comme la Grèce ou le Portugal de constituer des provisions pour couvrir d'éventuelles pertes dans le cadre de ce programme. La mise en place d'une telle mesure ferait peser une part plus importante du risque de ces rachats de dette sur les Etats individuels ce qui, selon certains observateurs, fragiliserait le bloc qui vient d'accueillir la Lituanie ce mois-ci. Pour compliquer encore la donne, la Grèce tient des élections législatives anticipées le 25 janvier et le parti de gauche Syriza, connu pour ses positions anti-austérité, mais qui n'est pas partisan d'une sortie de la Grèce de la zone euro, est donné en tête des intentions de vote. "Le problème grec pourrait compliquer l'annonce (de la BCE) sur le QE)", note Nick Kounis, économiste chez ABN AMRO. "Nous nous attendons à ce que la BCE annonce qu'elle va s'engager dans un programme de rachat d'actifs à grande échelle, lors de sa réunion de janvier. Toutefois, elle pourrait attendre jusqu'au mois de mars pour entrer dans les détails afin de se donner une chance de voir comment la situation évolue en Grèce." Dans un rapport distinct, Eurostat a également annoncé que le taux de chômage en zone euro était resté stable à 11,5% au mois de novembre, même si le nombre de personne sans emploi a augmenté de 34.000 par rapport au mois précédent. Tableau de la statistique ID:nB5N0TE00H (avec Philip Blenkinsop à Bruxelles et John O'Donnell à Francfort; Véronique Tison et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Patrick Vignal)


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.