1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Zone euro/Indicateurs-Baisse plus forte que prévu du sentiment économique

Reuters27/03/2018 à 11:13
 (.)
    BRUXELLES, 27 mars (Reuters) - Principaux indicateurs
macroéconomiques de la zone euro publiés depuis le début du
mois:
    
    * LE SENTIMENT ÉCONOMIQUE BAISSE PLUS QUE PRÉVU EN MARS
    27 mars - Le sentiment économique s'est dégradé en mars dans
la zone euro pour le troisième mois consécutif, la confiance
reculant dans tous les secteurs à l'exception de la
construction, a annoncé mardi la Commission européenne.
    L'indice du sentiment économique a reculé à 112,6 points
après 114,2 (révisé de 114,1) en février, sous la prévision
moyenne de 113,4 de 34 économistes interrogés par Reuters.
    Le moral s'est dégradé dans quasiment tous les secteurs:
dans le commerce de détail principalement (1,6 en mars contre
4,5 en février) mais aussi dans l'industrie (6,4 contre 8,0) et
dans les services (16,3 contre 17,6). Seul le secteur de la
construction affiche une progression à 5,2 ce mois-ci contre 4,3
en février.
    La Commission européenne a confirmé sa première estimation
d'une stabilité du moral des consommateurs, avec un indice qui
reste à 0,1 point comme annoncé le 20 mars (voir ci-dessous).
    L'indice du climat des affaires a lui aussi baissé plus
fortement que prévu, revenant à 1,34 contre 1,48 en février.  
    Tableau  
    
    * LE CRÉDIT AUX ENTREPRISES EN HAUSSE DE 3,1% EN FÉVRIER
    27 mars - La croissance du crédit aux entreprises a ralenti
en février en zone euro, et celle de l'agrégat monétaire M3,
considérée comme un bon indicateur avancé de l'activité et de
l'inflation, a aussi marqué le pas contrairement aux attentes.  
    L'augmentation des prêts aux entreprises est retombé à 3,1%
sur un an le mois dernier, contre 3,4% en janvier, montrent les
données publiées mardi par la Banque centrale européenne (BCE).
    La croissance du crédit aux ménages est pour sa part restée
stable à 2,9%, au plus haut depuis la crise financière mondiale.
    Le programme de rachat d'obligations de la BCE, qui vise à
abaisser les coûts de financement pour relancer la distribution
de crédit et l'inflation, porte ses fruits. Le rythme de
croissance de la distribution de crédit est proche de ses plus
hauts niveaux depuis la crise financière mais il reste en net
retrait par rapport à ses niveaux d'avant.
    La croissance de l'agrégat monétaire M3 dans les 19 pays de
la zone euro a ralenti dans le même temps, à 4,2% en rythme
annuel, contre un consensus de 4,6%, comme en janvier.
    
    * L'EXCÉDENT COURANT EN HAUSSE À €37,6 MDS EN JANVIER
    22 mars - L'excédent des comptes courants de la zone euro a
continué d'augmenter en janvier en dépit d'un léger tassement de
l'excédent commercial, selon des données publiées jeudi par la
Banque centrale européenne.
    L'excédent ajusté a atteint 37,6 milliards d'euros contre
31,0 milliards en décembre. Sur les 12 mois à janvier, il a
représenté 3,6% du produit intérieur brut de la zone euro,
contre 3,3% un an plus tôt.
    En données brutes, il a reculé à 12,8 milliards d'euros
contre 46,8 milliards en décembre, en raison principalement d'un
bond des importations.
    
    * STABILITÉ DE LA CONFIANCE DU CONSOMMATEUR EN MARS
    20 mars - La confiance des consommateurs de la zone euro est
restée stable en mars, selon une estimation flash publiée mardi
par la Commission européenne.
    L'indice qui la mesure s'est établi à 0,1 point, comme en
février. Les économistes interrogés par Reuters l'attendaient en
moyenne à 0,0.
    Dans l'UE à 28, l'indice est également resté stable, à -0,3
point.
    
    * BALANCE COMMERCIALE POSITIVE EN JANVIER 
    19 mars - La balance commerciale de la zone euro a été
positive en janvier, alors qu'elle était négative un an
auparavant, à la faveur d'une hausse des exportations plus forte
que celle des importations, montrent les données publiées lundi
par Eurostat.
    L'excédent commercial marchand des 19 pays partageant la
monnaie unique s'est établi à 3,3 milliards d'euros en janvier
contre un déficit de 1,4 milliard d'euros un an plus tôt. 
    Les exportations ont progressé de 9,1% à 178,6 milliards
d'euros tandis que les importations ont augmenté de 6,3% à 175,4
milliards.
    En données corrigées des variations saisonnières, l'excédent
commercial est ressorti à 19,9 milliards d'euros, en baisse
comparé aux 23,2 milliards de décembre, les exportations ayant
reflué de 0,7% en rythme mensuel et les importations ayant
augmenté de 1,1%.     
    Tableau  
    
    * L'INFLATION EN FÉVRIER REVUE EN BAISSE À 1,1%
    16 mars - L'inflation dans la zone euro a été moins forte
que prévu en février en raison de la baisse des prix des
produits alimentaires non transformés et du ralentissement de
ceux de l'énergie, selon les données définitives publiées
vendredi par l'institut de la statistique de l'Union européenne,
Eurostat.  
    Le taux d'inflation dans les 19 pays partageant la monnaie
unique s'est établi le mois dernier à 0,2% par rapport à janvier
et à 1,1% sur un an.
    Les données mensuelles sont conformes aux attentes des
économistes interrogés par Reuters mais en rythme annuel, ces
derniers prévoyaient une hausse de 1,2%, comme indiqué en
première estimation par Eurostat.
    Tableau  
    
    * LA PRODUCTION INDUSTRIELLE PLUS FAIBLE QUE PRÉVU
    14 mars - La production industrielle dans la zone euro a été
plus faible que prévu en janvier, principalement en raison d'une
forte baisse de la production d'énergie, selon les données
publiées mercredi par Eurostat.  
    Elle a reculé de 1% par rapport à décembre et a progressé de
2,7% sur un an.
    Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne
sur un repli de seulement 0,4% en janvier et sur une hausse de
4,7% en rythme annuel.
    Eurostat a également révisé à la hausse les données d'une
année sur l'autre pour le mois de décembre, avec une croissance
de 5,3% contre 5,2% annoncée en première estimation.
    La production d'énergie a chuté en janvier de 6,6% sur un
mois et de 10,4% par rapport à l'année précédente. 
    Tableau  
       
    * LA FORTE CROISSANCE DE LA ZONE EURO CONFIRMÉE FIN 2017
    7 mars - L'économie de la zone euro a bien enregistré une
croissance de 0,6% au quatrième trimestre 2017, montrent les
chiffres définitifs publiés mercredi par Eurostat, qui
confirment que le bloc monétaire a connu l'an dernier son taux
de croissance le plus élevé en plus d'une décennie.
    Le produit intérieur brut (PIB) des 19 pays partageant la
monnaie unique a crû de 0,6% au quatrième trimestre, après 0,7%
au trimestre précédent, et de 2,7% annuellement, tout comme au
troisième trimestre. 
    Sur l'ensemble de 2017, la croissance économique de la zone
a atteint 2,3%, son rythme le plus rapide depuis celle de 3,0%
enregistrée en 2007. Elle avait été auparavant estimée à 2,5%
par Eurostat et sa révision est liée au retrait des ajustements
calendaires. 
    La croissance du quatrième trimestre de la zone euro a été
comparable à celle des Etats-Unis en rythme trimestriel mais
supérieure sur une base annuelle, puisque ces derniers ont
enregistré 2,5% de croissance.   
    Tableau  
                
    * CHUTE DU MORAL DES INVESTISSEURS-SENTIX
    6 mars - Le moral des investisseurs de la zone euro s'est
très nettement détérioré en mars, en raison notamment de
craintes suscitées par la politique protectionniste des
Etats-Unis, montre l'enquête mensuelle de l'institut allemand
Sentix publiée lundi.
    Donald Trump a annoncé jeudi que les Etats-Unis imposeraient
la semaine prochaine des droits de douane de 25% sur les
importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium. L'Union
européenne a évoqué des mesures de rétorsion.
    "La décision du président américain Donald Trump visant à
augmenter les droits de douane sur certains produits n'a pas
seulement inquiété la Commission européenne. Les investisseurs
réagissent clairement aussi", relève Manfred Hübner, chercheur à
l'institut.
    L'indice de confiance Sentix s'est établi à 24,0 en mars
contre 31,9 en février, son plus bas niveau depuis avril 2017,
Les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne
une petite baisse à 31,0.
    Il s'agit de son deuxième mois consécutif de repli.
    L'indice Sentix pour l'Allemagne a chuté à 29,1 contre 36,2
le mois dernier. L'indice des anticipations en Allemagne a 
baissé à -2,5 contre 5,5, à un creux depuis février 2016.
    Les investisseurs sont également déçus par l'accord de
coalition entre  les conservateurs de la CDU/CSU et le parti
social-démocrate allemand (SPD), selon Sentix.
    Les deux facteurs font peser un risque sur la croissance de
l'économie allemande, ajoute Manfred Hübner.
    L'étude de Sentix a été réalisée auprès de 1.029
investisseurs entre les 1er et 3 mars. 
    
    * HAUSSE PLUS MARQUÉE QUE PRÉVU DES VENTES AU DÉTAIL
    5 mars - Les ventes au détail ont augmenté plus fortement
que prévu en janvier sur un an, grâce à la vente de produits
non-alimentaires, particulièrement sur internet, selon des
données publiées lundi par Eurostat.
    Globlement, les ventes au détail dans les 19 pays de la zone
euro ont diminué de 0,1% sur un mois, mais ont augmenté de 2,3%
sur un an. Les économistes interrogés par Reuters les
attendaient en hausse de 0,3% sur un mois et de 2,1% sur un an.
    Les chiffres du mois de décembre ont été relevés, à -1,0%
sur un mois et +2,1% sur un an, contre respectivement, -1,1% et
+1,9% en première estimation.
    Les données montrent que sur un an, la bonne performance de
janvier s'explique surtout par une croissance de 3,8% des ventes
de produits non-alimentaires, en accélération par rapport à la
hausse de 3,0% de décembre. Sur ces produits non-alimentaires,
les ventes par mail ou via internet ont fait un bond en avant de
8,8% en janvier, après avoir progressé de 7,5% en décembre. 
    
    * RALENTISSEMENT DE L'INFLATION PAR LES PRIX PRODUCTEURS
    2 mars - La progression des prix à la production a ralenti
en janvier, en raison d'un net tassement de la hausse des prix
de l'énergie, au vu des données publiées vendredi par Eurostat.
    Les prix à la production ont augmenté de 0,4% d'un mois sur
l'autre, comme prévu, donnant une progression annuelle de 1,5%,
un peu inférieure au consensus qui donnait 1,6%, après 2,2% en
décembre et 2,8% en novembre.
    Les prix de l'énergie n'ont augmenté que de 0,5% annuel en
janvier après 2,7% en décembre et 5,1% en novembre.
    Sans la composante instable qu'est l'énergie, l'inflation
annuelle par les prix à la production était de 1,9% en janvier
comme en décembre.
    Les variations des prix à la production sont susceptibles
d'être répercutées sur les prix de vente et constituent en cela
un indicateur avancé de l'inflation mesurée par les prix de
détail.   
    Tableau      
    
    * LE CHÔMAGE AU PLUS BAS DEPUIS DÉCEMBRE 2008 (8,6%)
    1er mars - Le chômage dans la zone euro est tombé à son
niveau le plus bas depuis neuf ans, grâce à la vigueur de la
croissance, selon les données publiées jeudi par Eurostat qui
montrent cependant d'importantes disparités parmi les 19 Etats
membres.
    L'office de statistique de l'Union européenne a fait état
d'un taux de chômage de 8,6% en janvier, au plus bas depuis
décembre 2008, et a révisé le taux de décembre à 8,6% également
au lieu de 8,7%. 
    Le nombre de demandeurs d'emplois s'établissait à 14,111
millions en janvier contre 14,121 millions en décembre et 15,540
millions en janvier 2017, quand le taux de chômage était de
9,6%.
    La zone euro a enregistré l'an dernier sa plus forte
croissance en dix ans mais les résultats en termes d'emploi
n'ont pas été uniformes.
    L'Italie, troisième économie de la zone, a ainsi vu son taux
de chômage augmenter à 11,1% en janvier contre 10,9% en
décembre. En Espagne, le taux de chômage n'a que faiblement
baissé pour s'établir à 16,3% en janvier.
    Le taux de chômage est resté stable en Allemagne et en
France, à respectivement 3,6% et 9,0%, selon Eurostat.
    Les disparités sont encore plus nettes pour les moins de 25
ans. Environ un jeune actif sur trois est sans emploi en Italie
et en Espagne, à comparer à un taux de chômage de 6,6% pour
cette catégorie d'âge en Allemagne.   
    Tableau        
    Les indicateurs économiques publiés en février  

 (Service économique)
 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

-0.147 0.00%
6.0877 +0.17%
8.68 -0.46%
7.845 -1.94%
190 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.