1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Zimbabwe: Mnangagwa saisit à son tour la Cour constitutionnelle
Reuters15/08/2018 à 12:55

    HARARE, 15 août (Reuters) - Le président zimbabwéen Emmerson
Mnangagwa a saisi à son tour la Cour constitutionnelle pour lui
demander de débouter l'opposant Nelson Chamisa qui conteste sa
victoire à l'élection présidentielle du 30 juillet dernier, a
annoncé mercredi son avocat.
    Le recours de Chamisa, a expliqué Paul Mangwana, "n'est
qu'une perte de temps mais il appartiendra aux tribunaux de
trancher".
    Mnangagwa, candidat de la ZANU-PF au pouvoir depuis
l'indépendance, a été déclaré vainqueur dès le premier tour de
l'élection avec près de 51% des voix contre 44% pour son
principal rival, Nelson Chamisa, candidat du Mouvement pour un
changement démocratique (MCD), soit 2,46 millions de suffrages
contre 2,15 millions.
    L'opposition, qui dénonce une fraude électorale, conteste
ces résultats. Elle a saisi la Cour constitutionnelle vendredi
dernier, réclamant que Chamisa soit proclamé vainqueur du
scrutin ou qu'une nouvelle élection soit ordonnée.
    Mnangagwa est à la tête du Zimbabwe depuis qu'il a écarté
son dirigeant historique Robert Mugabe en novembre dernier.
    La Constitution prévoit qu'un candidat, pour déposer un
recours, dispose d'un délai de sept jours, à compter de la
proclamation des résultats. La Cour constitutionnelle dispose
ensuite d'un délai de quatorze jours pour rendre son jugement.
    La cérémonie d'investiture de Mnangagwa, qui était prévue
dimanche dernier, a été repoussée.
    L'élection du 30 juillet, premier scrutin organisé au
Zimbabwe depuis la chute de Robert Mugabe, était présentée comme
un test décisif en vue d'une réintégration du Zimbabwe dans le
concert des nations.
    Si les opérations de vote se sont globalement bien
déroulées, la lenteur du dépouillement a tendu la situation.
Deux jours après l'élection, six personnes ont été tuées dans
Harare, la capitale, quand l'armée est intervenue pour disperser
une manifestation de l'opposition contre la victoire massive de
la ZANU-PF aux élections législatives, qui avaient lieu le même
jour que la présidentielle.

 (MacDonald Dzirutwe
Henri-Pierre André pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

41.925 +0.79%
1.13415 +0.19%
66.97 +0.04%
25.335 +1.42%
2.138 -0.65%

Les Risques en Bourse

Fermer