Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Wall Street : salue la FED, puis inverse pourtant la vapeur
Cercle Finance16/09/2020 à 23:37

(CercleFinance.com) - Le Dow Jones (+0,13%) termine in extremis dans le vert... mais il est le seul : la seconde partie de séance a été marquée par un petit pic d'euphorie (20H/20h30) puis par un net alourdissement durant les 90 dernières minutes.

La FED ajuste son objectif 'conjoncturel' et prévoit une baisse de -3,7% du PIB aux USA cette année... mais assorti d'un avertissement sur les 'incertitudes' concernant le rythme de la reprise qui connait un 'ralentissement', d'où la nécessité d'un 'soutien fort', jusqu'à se rapprocher des 2% d'inflation.

'Incertitudes' parce que le Covid-19 'est la cause d'énormes difficultés humaines et économiques'.

Pourtant, la FED anticipe un taux de chômage retombant vers 7,9% en fin d'année: c'est possible en manipulant les chiffres (comme au mois d'août avec des catégories de chômeurs soudain exclues arbitrairement) mais dans la réalité, les créations d'emplois progressent de plus en plus lentement depuis le début de l'été.

La FED avait déjà fait connaître son scénario monétaire à l'horizon 2024: pas de hausses de taux avant 2023 et probablement pas avant 2024 si l'inflation ne dépasse que modérément le seuil des 2% pendant 'un certain temps'.

Cela éclaire -un peu- le degré de tolérance à l'inflation : la hausse des prix pourrait donc dépasser les 2% avant que la FED réagisse... mais cela dépendra du rythme.

Et à quoi correspond 'un certain temps' : 2, 4 ou 6 mois, sinon 3 ou 4 trimestres ?

Cette séance traduit tout de même un sentiment ambivalent puisque le S&P500 a d'abord doublé ses gains (de 3.408 vers 3.428) après le communiqué de la FED avant d'en reperdre -43 (soit -1,5%) pour finir au plus bas, à -0,45% (3.385).

Le Nasdaq, longtemps hésitant, chute de -1,25% dans le sillage des pures 'technos' avec Illumina -8,4%, Adobe -4,4%, Facebook -3,3%, Apple -3%, AMD -2,9%, Intuit et Paypal -2,8%, Cadence -2,6%, Amazon et Netflix -2,5%, Tesla -1,8%

Quelques rescapés avec Moderna +2,9%, Western Digital +2,8%, Micron +2,4%, Expedia +1,7%.

Après une première quinzaine de septembre difficile, le rebond des pétrolières s'affirme et s'accélère (le baril de WTI bondit de +5% vers 40,2$), à l'image d'Occidental +8,7%, Diamonbak +7,9%, Range +6%, Devon +5,8%, Concho et Nal Oilwell +5,6%, Valero +5,5%, Apache +4,7%, Halliburton +4,4%, Chevron +2,9%...

Du côté des statistiques, les ventes de détail aux États-Unis déçoivent : elles n'ont augmenté que de 0,6% le mois dernier au lieu de +1% anticipé (après +0,9% en juillet), selon le Département du Commerce.

En excluant le secteur automobile (véhicules et équipements), les ventes de détail américaines se sont accrues de 0,7% en août, alors que le consensus de marché visait une progression bien supérieure, de l'ordre de +1,2%.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer