Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Wall Street s'attend à sa pire saison des résultats depuis 2009

Reuters08/04/2015 à 13:19

WALL STREET SEREINE AVANT CE QUI S'ANNONCE COMME LA PIRE SAISON DES RÉSULTATS DEPUIS 2009

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Wall Street se prépare à sa pire saison des résultats trimestriels depuis 2009 avec sérénité, comptant sur le maintien d'une politique monétaire accommodante par la Réserve fédérale pour absorber le choc.

Si les dernières semaines ont été marquées par des dégagements de la part des investisseurs, il n'y a pas eu de vente panique sur les actions toutefois.

Pourtant, les prévisions sur les bénéfices des entreprises du S&P 500 n'ont cessé d'être revues à la baisse depuis le début de l'année en raison à la fois de la flambée du dollar, de la chute des cours du pétrole et d'un hiver rigoureux qui a pesé sur l'activité.

Alcoa donnera mercredi le coup d'envoi des publications de résultats du premier trimestre et JPMorgan Chase ainsi que d'autres banques mais aussi General Electric suivront la semaine prochaine.

Les résultats des entreprises du S&P 500 sont attendus en baisse de 2,8% sur le trimestre, par rapport à la même période un an auparavant, ce qui en ferait le pire trimestre depuis le troisième trimestre de 2009, encore marqué par les séquelles de la crise financière, montrent des données de Thomson Reuters.

Le sentiment des investisseurs reste soutenu par les anticipations d'un report par la Réserve fédérale de la première hausse de ses taux directeurs depuis près de dix ans. L'indice S&P 500 a cédé 1,7% en mars mais affiche encore une hausse symbolique de 0,8% par rapport à son niveau de la fin 2014.

"FORTE PROBABILITÉ DE BONNES SURPRISES"

"Le marché résiste remarquablement bien... face aux inquiétudes sur les résultats et au fait que les nouvelles économiques sont un peu moins bonnes qu'attendu", relève Robert Pavlik, responsable de la stratégie de marché de Boston Private Wealth. "Les anticipations prennent en compte la possibilité que la Réserve fédérale ne modifie pas ses taux au moins jusqu'en septembre, peut-être même un peu plus tard."

Les résultats des entreprises du S&P 500 dépassent en général des attentes revues à la baisse et les stratèges soulignent qu'une forte révision en baisse des prévisions pour le premier trimestre rend d'autant plus facile leur dépassement.

Le marché "n'attend pas grand chose" en termes de résultats pour ce trimestre, note Joe Bell, analyste sur les actions de Schaeffer's Investment Research, ce qui signifie que "la probabilité de bonnes surprises est d'autant plus élevée."

Du premier trimestre 2008 au quatrième trimestre 2014, les données de Thomson Reuters montrent un écart médian positif de 8,5% entre les prévisions de résultats pour un trimestre donné et les résultats publiés.

De fait, la baisse des résultats au premier trimestre a été largement annoncée, y compris par les entreprise elles-mêmes.

Si les résultats sont conformes aux attentes des analystes, les actions sembleront un peu chères mais toute bonne surprise contribuera au contraire à rendre les valorisations raisonnables.

Le ratio de capitalisation des résultats attendus du S&P 500 ressort à 16,7 fois contre plus 17 fois il y a quelques semaines, proche de son niveau de la fin 2014. Sa moyenne de longue période est de 14,9, selon les données Thomson Reuters.

Les perspectives de résultats publiées par les entreprises elles-mêmes n'ont jamais été aussi pessimistes depuis le quatrième trimestre de 2013, montrent encore les données Thomson Reuters.

DOLLAR FORT ET BAISSE DU PETROLE

Sur les 128 perspectives publiées par les entreprises du S&P 500, 105 sont des révisions à la baisse et 17 seulement des révisions à la hausse.

Au moins 69 des 105 avertissements sur résultats du trimestre sous revue sont principalement imputés à la vigueur du dollar, ce qui en fait de loin le facteur pénalisant le plus largement cité, montre une analyse conduite par Thomson Reuters.

La hausse du dollar se traduit comptablement par un effet de change négatif sur les résultats dégagés hors des Etats-Unis par les multinationales américaines. Le dollar s'est apprécié de 9% contre un panier de devises des principaux partenaires commerciaux des Etats-Unis sur le premier trimestre.

Priceline et Hewlett-Packard figurent parmi les entreprises pour lesquelles l'effet de change est le plus négatif, selon cette analyse.

"Le change est notre principal défi à court terme", avait déclaré le PDG de Priceline Darren Huston, lors d'une téléconférence le 19 février, soulignant que 90% de l'activité de son entreprise était réalisée à l'international.

Seules quelques entreprises ont imputé la dégradation attendue de leurs résultats aux conditions climatiques rigoureuses du début d'année.

Aux moins onze entreprises ont mentionné la baisse des cours du pétrole comme un facteur négatif mais 13 l'ont cité comme ayant un impact favorable.

Aucune des entreprises du S&P 500 du secteur de l'énergie n'a donné d'indication sur ses résultats trimestriels. La forte chute attendue de leurs profits constitue la raison principale de la perspective négative pour l'ensemble des valeurs de l'indice.

Les profits des valeurs du S&P 500 du secteur de l'énergie sont attendus en baisse de 64% par rapport au premier trimestre de 2014, montrent les données Thomson Reuters.

Hors énergie, les profits des entreprises du S&P 500 sont attendus en hausse de 5,4% sur le trimestre.

(Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Mes listes

valeur

dernier

var.

4.94 +5.65%
65.61 +1.48%
CGG
2.104 -3.22%
173.7 +1.94%
25.1 +2.45%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.