Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Wall Street peine à rebondir au dernier jour d'un semestre agité
Reuters29/06/2018 à 22:49

LA BOURSE DE NEW YORK A FINI EN LÉGÈRE HAUSSE

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a peiné à maintenir ses gains initiaux vendredi et termine en petite hausse la dernière séance d'un semestre marqué par une correction début février qui a cassé un mouvement haussier quasi-ininterrompu depuis la sortie de la grande crise financière de 2008-2009.

La séance a été soutenue par Nike, qui a atteint un pic, après des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, et par les banques dans le sillage du verdict des tests de résistance ('stress tests') de la Réserve fédérale.

L'indice Dow Jones a terminé en hausse de 55,36 points à 24.271,41. Le S&P-500, plus large, a grapillé 2,06 points, soit 0,08%, à 2.718,37. Le Nasdaq Composite a pris de son côté de 6,62 points (+0,09%) à 7.510,30.

Sur la semaine, les trois principaux indices sont en repli, le S&P-500 cédant 1,33%, le Dow 1,26% et le Nasdaq 2,37%. Sur le mois de juin, leur performance respective ressort à +0,49, -0,59% et +0,92%.

Depuis le début de l'année, le S&P 500 affiche un gain d'à peine 1,7%, soit sa plus faible progression sur un semestre depuis 2015.

L'indice est près de 5,4% en dessous de son record en clôture du 26 janvier en raison des tensions commerciales, des incertitudes politiques et de la normalisation monétaire de la Fed.

Aux valeurs, Nike termine en hausse de 11,13% à 79,68 dollars, un plus haut de clôture après un record en séance à 81 dollars.

Le compartiment des valeurs bancaires du S&P-500, finit quasi inchangé après avoir passé l'essentiel de la séance dans le vert porté les résultats concluants des banques américaines lors de la deuxième étape des 'stress tests' annuels de la Fed, avec tout de même un échec pour la filiale américaine de Deutsche Bank.

Constellation Brands, propriétaire des marques de bière Corona et de vodka Svedka, a terminé en baisse de 5,8% à 278,87 dollars après la publication de résultats annuels inférieurs aux attentes.

L'annonce que l'indice des prix "core" PCE, très suivi par la Fed, avait atteint en mai 2% sur un an, soit l'objectif d'inflation de la banque centrale américaine, pour la première fois depuis six ans, a eu peu d'effet sur la tendance.

Sur le marché des changes, le dollar est en recul et s'inscrit à un plus bas de trois jours sous l'effet de l'appréciation de l'euro porté par l'accord trouvé à Bruxelles entre les dirigeants européens sur les questions migratoires.

La devise américaine recule de 0,89% face à un panier de devises de référence.

La devise européenne, qui a aussi bénéficié de l'annonce que l'inflation dans la zone euro avait atteint en juin la barre des 2% pour la première fois depuis février 2017, une évolution conforme à l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE), progresse de 0,99% à 1,1680 dollar.

L'apaisement, au moins temporaire, des craintes sur le front commercial favorise une légère remontée des rendements obligataires, qui avaient touché la veille des plus bas d'un mois. Le 10 ans américain revient à près de 2,86% et le deux ans à 2,53%.

(Marc Joanny pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer