1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Wall Street, misant sur un report des taxes automobiles, termine en hausse
AFP15/05/2019 à 22:44

Les courtiers de Wall Street ont été soulagés par l'éventuel report de nouvelles taxes à l'importation sur les automobiles. ( AFP / Johannes EISELE )

Wall Street a terminé en nette hausse mercredi, la possibilité d'un report de taxes américaines à l'importation punitives sur le secteur automobile reléguant au second plan des indicateurs mitigés sur l'économie en Chine et aux Etats-Unis.

L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a grimpé de 0,45%, à 25.648,02 points et l'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, de 1,13%, à 7.822,15 points. 

L'indice élargi S&P 500 a pris 0,58%, à 2.850,96 points.

Dans le rouge en début de séance, les trois indices se sont brusquement retournés lorsque des informations de presse ont fait état d'un potentiel report de l'imposition de taxes douanières supplémentaires dans le secteur automobile.

Ce report devrait être de 180 jours, soit six mois, ont précisé mercredi à l'AFP deux sources industrielles. La décision officielle du dirigeant républicain doit intervenir d'ici samedi, conformément à la législation.

Pour le marché des actions, c'est un "soulagement", a estimé Karl Haeling de LBBW. 

Ces tarifs douaniers sont particulièrement redoutés en Europe, notamment en Allemagne, et l'Union européenne a prévenu que Bruxelles était prête à riposter si Washington venait à prendre des mesures dans ce secteur stratégique de l'économie.

Certains investisseurs ont aussi pu voir dans ces informations "l'espoir que Trump sera plus enclin à un compromis dans le dossier de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis", a noté M. Haeling.

Il était en tout cas étonnant à ses yeux que les investisseurs se soient aussi tournés en masse mercredi vers le marché obligataire, qui tend à se mouvoir dans le sens opposé au marché des actions. Signe d'un intérêt marqué, le  taux sur la dette à 10 ans des Etats-Unis descendait vers 20H15 GMT à 2,373%, contre 2,410% mardi soir.

"Clairement le marché obligataire réagit plus aux données économiques légèrement moins bonnes que prévu aux Etats-Unis et en Chine", a remarqué M. Haeling. 

En Chine, la croissance des ventes de détail, baromètre de la consommation des ménages, a chuté au plus bas en 16 ans en avril sur un an. La production industrielle a, quant à elle, brusquement ralenti le mois dernier.

Aux Etats-Unis, la production industrielle a reculé de 0,5% en avril et enregistré pour le sixième mois d'affilée une faible performance. Chère à la politique économique du président, Donald Trump, la production manufacturière a également baissé.

Parmi les valeurs du jour, le géant chinois du commerce en ligne Alibaba, coté à Wall Street, a plus que triplé son bénéfice net sur un an au premier trimestre, porté par la croissance de l'informatique en nuage et de sa base d'utilisateurs. Le titre a pris 1,58%.

Boeing s'est apprécié de 0,76%. 

L'étau se resserre pourtant sur l'avionneur dans la crise du 737 MAX après des révélations que des pilotes ont appelé fin novembre, sans succès, à une modification de cet avion après la tragédie de Lion Air. 

Mais Boeing a aussi trouvé des soutiens au Congrès où des élus l'ont défendu mercredi au cours de l'audition de Daniel Elwell, le chef intérimaire de l'agence fédérale de l'aviation (FAA), dont les liens étroits avec Boeing sont décriés depuis l'immobilisation mi-mars de la flotte des 737 MAX à travers le monde.

Facebook a grimpé de 3,07%. Le premier réseau social au monde a annoncé mercredi restreindre l'usage de sa plateforme Live de vidéo en direct, dont s'est servi le tueur de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, pour diffuser le massacre de 51 personnes dans des mosquées mi-mars.

Désormais, les utilisateurs enfreignant les règles d'utilisation du réseau social, notamment celles proscrivant les "organisations et individus dangereux", n'y auront plus accès pendant un certain temps, et ce dès la première infraction.

jum/alb/nas

Valeurs associées

NYSE +1.24%
NASDAQ +0.01%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer