1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Wall Street: les 'sherpas' et FED à la rescousse: ça marche!

Cercle Finance06/12/2018 à 23:58

(CercleFinance.com) - Ce fut apparemment une séance des plus banales à Wall Street, avec -0,32% sur le Dow Jones, -0,15% sur le S&P500 et +0,4% sur le Nasdaq.

Difficile de croire que le Dow Jones à perdu jusqu'à -780Pts (-3%) et le Nasdaq -2,2% au bout de 90 minutes de cotations.

Lorsque Wall Street s'approche trop près de supports techniques bien identifiés, les gérants américains et les 'sherpas' (les grandes banques travaillant en coopération étroite avec la FED) commencent par se reconstituer un stock de 'cash' pour soutenir massivement les titres US.

Cette stratégie devient quasi systématique dès que la volatilité s'emballe et que s'enclenchent des 'ventes panique'.

Les 'sherpas' laissent passer la vague de vente initiale, puis rachètent les titres bradés, via des 'ETF' ou des contrats sur indices.

Il faut souvent un 'petit quelque chose' pour restaurer la confiance et c'est souvent la FED qui s'en charge: un ou plusieurs membres s'expriment (Robert Kaplan et Raphael Bostic ce jeudi) pour rappeler à quel point Jerome Powell et ses collègues savent se montrer accommodant... et désormais convaincus que la neutralité des taux s'avère imminente.

L'ensemble des opérateurs salue ce discours et une chasse aux bonnes affaires s'enclenche, les indices remontent à l'équilibre et Wall Street s'éloigne de la zone dangereuse.

Les places européennes qui ont servi de 'cash machine' n'auront plus qu'à récupérer une partie des -3,5% perdus vendredi matin.

Symétriquement, les rendements obligataires se détendaient spectaculairement aux Etats Unis: le '10ans' affiche -10Pts à 2,88%, le '5 ans' décroche de -9Pts vers 2,74%, toujours en inversion de courbe par rapport au '2 ans' à 2,762% et au '3 ans' à 2,77%.

Compte tenu de l'affaire Huawei, les indicateurs américains ce jeudi sont passés un peu au second plan.

Le menu était copieux avec dès 14H15 l'enquête ADP sur les créations d'emploi dans le secteur privé au mois de novembre évalue à +179.00 le nombre de nouveaux jobs, en ligne avec le consensus (le chiffre d'octobre n'est quasiment pas révisé, à 225.000 contre 227.000 initialement).

La croissance de la productivité US au T3 a légèrement augmenté, de 2,2% à 2,3% selon le BLS (Bureau of Labor Statistics) et la hausse de la production s'établit à +4,1%, le nombre d'heures travaillées à +1,8%.

Le déficit commercial américain grimpe de +1,7% en octobre, à 55,5Mds$, et le déficit vis à vis de la Chine bat un nouveau record absolu, malgré la mise en place des surtaxes douanières américaines (c'est assez classique puisque les USA importent 90% des jouets vendus entre le 25 novembre et Noël depuis la Chine).

Enfin, les demandes 'hebdo' d'assurance-chômage ont diminué de -5.000 à 231.000.

Sur le marché pétrolier, le baril de Brent replongeait de -2,5% vers 51,6$ sur le NYMEX en attendant les annonces de l'OPEP, qui se réunit aujourd'hui à Vienne: des coupes de production sont attendues, mais sans chiffres précis à ce stade (il faudrait réduire d'au moins 1,2Mns de barils pour éponger 2/3 du surplus).

La chute surprise de -7Mns de baril des stocks hebdomadaires de 'brut' n'a pas enrayé la décrue, ce qui a plombé Cimarex -6,8%, Range -5,9%, Halliburton -4,7%, Marathon -3,5%, Apache -3,3%, Exxon -1,3%, Chevron -1,1%.

Le Nasdaq bénéficié de son côté des rachats opérés sur Activision +3,5%, Electronic Arts +3,3%, Costco +3%, Cisco +2,2%, Micron +2,1%, Intel +1,3%... mais Apple, concurrent de Huawei perdait -1,1% (un nouvel analyste abaisse ses objectifs sur le titre).

Broadcom s'envolait de +7% en 'after hour' sur la publication de perspectives d'activité plus robustes que prévu.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer