1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Wall Street en repli à l'issue d'une semaine folle
Reuters28/12/2018 à 23:06

WALL STREET TERMINE EN BAISSE

par Lewis Krauskopf

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en baisse vendredi, interrompant son rebond de mercredi et jeudi après trois semaines de correction et une chute spectaculaire à la veille de Noël, mais la tendance à la volatilité favorise encore les valeurs refuge.

Wall Street a oscillé autour de sa clôture la veille toute la séance, soutenue par les télécoms et la consommation cyclique mais tirée vers le bas par les valeurs liées à l'énergie.

L'indice Dow Jones a perdu 76,42 points, soit 0,33%, à 23.062,40 Le S&P-500, plus large, a cédé 3,09 points, soit 0,12%, à 2.485,74. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 5,03 points (+0,08%) à 6.584,52 points.

Sur la semaine, le Dow a gagné 2,75%, après une lourde chute lundi, suivie d'un rebond record de plus de 1.000 points au lendemain de Noël et un redressement spectaculaire en fin de séance jeudi. Le S&P a progressé de 2,86% et le Nasdaq de 3,97%.

Les indices restent néanmoins en repli de plus de 9% sur décembre, plus net recul mensuel depuis février 2009, et sont en passe d'accuser leurs plus fortes pertes annuelles depuis 2008.

Les investisseurs démarreront l'année 2019 avec une liste de sujets d'inquiétude, allant des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine à la hausse des taux d'intérêt, en passant par le ralentissement économique et le blocage partiel du gouvernement américain ("shutdown") depuis samedi autour du financement d'un mur à la frontière avec le Mexique.

"Les marchés devraient rester traîtres en entrant dans la nouvelle année", estime Marc Chandler de Bannockburn Securities.

Le sentiment a été alourdi vendredi par un recul inattendu des ventes dans l'immobilier ancien aux Etats-Unis.

VALEURS

La consommation cyclique (+0,3%) a notamment soutenu la cote, alors que les technologiques (-0,25%) et les valeurs liées à l'énergie (-0,89%) ont pesé.

Tesla a gagné 5,16% après avoir nommé deux administrateurs, dont Larry Ellison, co-fondateur d'Oracle et proche d'Elon Musk, pour répondre aux exigences des régulateurs en matière d'indépendance du conseil.

Apple a peu réagi (+0,05%) à une étude dans laquelle Citi Research abaisse de 29% sa prévision de production d'iPhones d'Apple au premier trimestre.

Dell est revenu en Bourse vendredi après six ans d'interruption à la suite de la plus importante OPA depuis le crise financière lancée par son fondateur et PDG Michael Dell. Le titre a chuté de près de 43% à 45,41 dollars.

Environ huit milliards de titres ont changé de mains sur les marchés américains vendredi, contre une moyenne quotidienne de 9,2 milliards au cours des 20 dernières séances.

LES INDICATEURS DU JOUR

La croissance économique dans la région de Chicago a enregistré un ralentissement moins net que prévu au mois de décembre, montrent les résultats de l'enquête mensuelle auprès des directeurs d'achats.

Les ventes dans l'immobilier ancien ont baissé contre toute attente en novembre, dernier signe de faiblesse en date du marché immobilier américain, a annoncé la fédération nationale des agents immobiliers (NAR).

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses européennes ont confirmé leur remontée en terminant la dernière séance de la semaine en hausse, stimulées par les bonnes performances de Wall Street lors des séances de mercredi et de jeudi.

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en hausse de 1,74% à 4.678,74 points. Le Footsie britannique a pris 2,27% et le Dax allemand 1,71%. L'indice EuroStoxx 50 a avancé de 1,67%, le FTSEurofirst 300 de 1,85% et le Stoxx 600 de 2,02%.

Sur la semaine, le CAC a terminé en baisse de 0,33% et le Stoxx de 0,13% après une semaine de grande volatilité.

TAUX

Les rendements des Treasuries ont baissé, le 10 ans ayant touché son plus bas niveau en plus de dix mois, à 2,713%, dans un climat de prudence face à l'extrême volatilité des actions.

La ruée sur les obligations du Trésor américain qui a marqué la fin d'année a permis à ces derniers de réaliser leur performance mensuelle la plus impressionnante depuis deux ans et demi, ce qui pourrait les amener en territoire positif sur l'année, selon un indice compilé par Barclays et Bloomberg.

"Il y a eu un mouvement de limitation du risque. Les Treasuries ont toujours joué ce rôle. La situation générale est assez chaotique", dit Jerry Paul chez ICON Advisers.

L'Italie a procédé elle à sa dernière adjudication de l'année, d'obligations à 10 ans (BTP) placées à un taux de rendement de 2,70%, au plus bas depuis avril, contre 3,24% le mois dernier pour des titres de même échéance.

Le rendement du 10 ans est tombé après cette opération à son niveau le plus bas depuis trois mois et demi et est ainsi bien parti pour accuser sa plus forte baisse depuis juillet 2015.

CHANGES

Le yen a encore profité de son statut de valeur refuge, malgré des ventes au détail inférieures aux attentes au Japon tandis que le dollar perdait du terrain. Malgré le rebond boursier hebdomadaire, la prudence reste de mise.

"Cela suggère qu'il y a encore une demande d'assurance contre une volatilité prolongée pendant la période des fêtes" dit Shaun Osborne, stratège sur les devises chez Scotiabank.

Le dollar perd 0,64% à 110,30 yens et est bien parti pour lâcher plus de 2% ce mois-ci.

Il cède aussi 0,36% à 0,9840 franc suisse, après avoir cédé plus de 0,8% la veille.

L'euro progresse de 0,1% autour de 1,1440 dollar.

PÉTROLE

Les cours du pétrole progressent, après une semaine de grande volatilité avant la nouvelle année, soutenus par le récent rebond des actions, tout en restant sous pression dans la crainte d'un excès d'offre sur le marché mondial du brut.

Le contrat février sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a 1,21% à 45,11 dollars le baril et le Brent a pris plus modestement 0,07% à 52,23 dollars.

Sur l'ensemble de la semaine, le WTI a perdu près de 0,4% et le Brent a cédé 3%, après de larges fluctuations dans les deux sens. Il s'agit de la troisième semaine de baisse d'affilée.

Les cours sont tombés à des plus bas d'un an et demi cette semaine et affichent une baisse de plus de 20% sur l'année, affaiblis par une offre en hausse alors que l'économie mondiale est en ralentissement, ce qui devrait peser sur la demande.

Les stocks américains de pétrole brut ont diminué la semaine dernière, ainsi que les réserves de produits distillés, alors que les stocks d'essence ont augmenté, a annoncé mercredi l'Agence d'information sur l'énergie (EIA).

MÉTAUX

L'or, autre actif refuge, a gagné 0,43% autour de 1.280,75 dollars l'once, après un pic de six mois de 1.282.

A SUIVRE LUNDI :

Les marchés japonais et allemand seront fermés lundi à la veille du Nouvel An, tandis que les marchés de Londres et d'Euronext clôtureront de manière anticipée.

(Avec Medha Singh, Juliette Rouillon pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer