Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Wall Street à l'ombre de l'ancienne et de la nouvelle économie

Reuters31/01/2016 à 14:32

GROSSE SEMAINE DE RÉSULTATS EN VUE À WALL STREET

par Rodrigo Campos

NEW YORK (Reuters) - La semaine à venir à Wall Street sera peut-être marquée par la confrontation entre ce que l'on pourrait appeler la nouvelle économie et l'ancienne économie, symbolisées par Alphabet d'un côté et par Exxon Mobil de l'autre, avec pour résultat de voir l'histoire éventuellement se répéter.

Si l'action Alphabet, société-mère de Google, monte fortement en réaction aux solides résultats trimestriels attendus, le moteur de recherche pourrait ravir à Apple le titre de première capitalisation boursière mondiale.

Ce serait un pied-de-nez de l'histoire à la fois à Apple et à Exxon Mobil, qui, comme Google, publiera ses trimestriels la semaine prochaine, dans la mesure où Apple avait délogé le groupe pétrolier lorsqu'il avait atteint en 2011 le plus haut échelon de la richesse boursière.

Possible illustration d'un mouvement se portant des sociétés traditionnelles vers les fleurons de la high tech, Facebook a publié cette semaine un chiffre d'affaires en hausse de plus de 50%, tandis qu'un autre pétrolier, Chevron, a publié sa première perte trimestrielle en plus de 13 ans.

Un constat s'impose depuis plusieurs années: les sociétés battent généralement le consensus grâce à des réductions de coûts et à des rachats de titres. Mais lorsqu'il est question de leur chiffre d'affaires, elles sont beaucoup moins nombreuses à surprendre agréablement les analystes.

C'est peut-être la raison pour laquelle les investisseurs ne réagissent pas autant aux comptes des sociétés qu'ils le font à des événements macroéconomiques comme les fortunes économiques de la Chine ou les péripéties du marché pétrolier.

Certes, les investisseurs continuent de privilégier les valeurs qui dépassent les attentes et de liquider celles qui déçoivent mais les écarts ne sont plus aussi importants, observe Jonathan Gould (RBC Capital Markets).

L'EMPLOI SURVEILLÉ DE PRÈS

Alphabet publiera ses résultats lundi. L'action a fluctué (à la hausse ou à la baisse) de 5,5% en moyenne à la suite de ses huit précédents rapports des comptes trimestriels. Avec une capitalisation qui approche 517 milliards de dollars, une telle variation à la hausse propulserait Alphabet au-delà des 536 milliards de dollars de capitalisation d'Apple.

Quoi qu'il en soit, le marché est optimiste pour le géant de l'internet. "Alphabet a livré de solides résultats les deux derniers trimestre, au-delà des attentes des analystes", dit Peter Garnry (Saxo Bank). "Les résultats stupéfiants de Facebook au quatrième trimestre laissent présager de solides chiffres dans le mobile et la vidéo pour Google".

Une kyrielle de sociétés plus traditionnelles annonceront leurs trimestriels la semaine prochaine, dont General Motors, Pfizer, Merck, ConocoPhillips ou encore Occidental Petroleum.

Pour ce qui concerne les statistiques, les chiffres de l'emploi de janvier viendront clore, vendredi, une semaine qui aura déjà absorbé des données importantes sur l'activité industrielle, sur celle du BTP, sur les ventes de l'automobile, sur le secteur des services et sur l'inflation.

En prélude, le département du Commerce a annoncé vendredi que la croissance de l'économie américaine avait ralenti plus que prévu au quatrième trimestre, sous le coup d'un nouvel effet de stocks négatif et d'un commerce extérieur plombé par la vigueur du dollar et la faiblesse de la conjoncture mondiale.

"L'industrie est faible à l'évidence, des pans manufacturiers entiers sont en récession. C'est donc le consommateur qui nous permet de garder la tête hors de l'eau, suivant l'évolution des composantes du PIB", commente Don Ellenberger (Federated Investors).

"Tout indice d'une faiblesse quelconque dans les chiffres de l'emploi ou de tout autre indicateur de l'emploi la semaine prochaine serait vraiment préoccupant".

(Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Mes listes

valeur

dernier

var.

3.76 +0.80%
35.326 -0.04%
2.9 -3.17%
0.99 0.00%
36.355 -0.03%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.