1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

VW refuse de publier le rapport interne sur le Dieselgate

Reuters10/05/2017 à 14:30
 (Actualisé avec autres déclarations) 
    par Andreas Cremer 
    HANOVRE, Allemagne, 10 mai (Reuters) - Volkswagen 
 VOWG_p.DE  a rejeté mercredi les appels de certains 
investisseurs lui réclamant la publication du rapport commandé 
par le constructeur lui-même sur le scandale des émissions 
polluantes de ses moteurs diesel. 
    La direction du groupe allemand a déclaré, lors de 
l'assemblée générale des actionnaires, que des motifs juridiques 
l'empêchaient de publier les conclusions de cette enquête 
confiée au cabinet américain Jones Day. 
    "Il n'y a pas de conclusions écrites de la part de Jones Day 
et il n'y en aura pas", a déclaré le président du conseil de 
surveillance Hans Dieter Pötsch. 
    "Je vous demande de comprendre que VW, pour des raisons 
légales, n'a pas le droit de publier un tel rapport définitif", 
a-t-il ajouté devant environ 3.000 actionnaires. 
    Le cabinet de conseil Hermes EOS a exhorté mardi Volkswagen 
à rendre ce rapport public afin de tourner définitivement la 
page de ce scandale, qui a éclaté dans un premier temps aux 
Etats-Unis. 
    Le constructeur allemand s'était initialement engagé à 
informer ses actionnaires des conclusions de Jones Day, qui ont 
servi de base à l'arrangement conclu avec le département 
américain de la Justice par lequel Volkswagen a accepté de 
verser 4,3 milliards de dollars (3,95 milliards d'euros). Il est 
depuis revenu sur cet engagement. 
    D'après VW, ce rapport a été inclus dans l'"énoncé des 
faits" du département américain de la Justice et l'accord conclu 
aux Etats-Unis interdit la diffusion de conclusions séparées. 
    L'explication n'a pas convaincu tous les actionnaires. 
    "Votre référence à l'énoncé des faits accepté aux Etats-Unis 
est totalement insuffisante et quasiment insultante vis-à-vis de 
tous ceux qui souhaitent une clarification complète des 
responsabilités", a dit Christian Strenger, membre du conseil de 
surveillance de DWS Deutsche Asset Management. 
     
    DIFFICULTÉS INTERNES ATTENDUES 
    Dans le cadre de l'accord conclu aux Etats-Unis, Volkswagen 
a accepté d'être placé pendant trois ans sous la surveillance 
d'une équipe conduite par l'ancien vice-ministre de la Justice 
Larry Thompson. 
    Matthias Müller, président du directoire de VW, a dit que le 
constructeur soutiendrait sans réserve l'action de ces 
superviseurs, qui auront accès aux documents internes du groupe 
pour évaluer ses efforts en matière de respect des législations 
sur la protection de l'environnement. 
    Au total, Volkswagen a accepté de verser 25 milliards de 
dollars aux Etats-Unis, en amendes, réparations et 
indemnisations diverses. 
    "Je perçois cela comme une opportunité", a dit Matthias 
Müller. "Le travail de cette équipe de supervision peut 
contribuer et contribuera à porter la gestion du risque, le 
respect des règles et l'intégrité au sein du groupe à un nouveau 
niveau." 
    Sur le plan interne, la direction de Volkswagen s'attend à 
de nouveaux conflits avec les responsables syndicaux concernant 
ses économies de coûts visant à améliorer les performances du 
groupe et à financer une nouvelle stratégie post-Dieselgate. 
    "Notre chemin est sans aucun doute difficile, il crée des 
frictions et même parfois des conflits", a dit Matthias Müller. 
"Mais tous ceux qui sont concernés ont conscience de l'enjeu." 
    Il a dit que Volkswagen, qui a décidé de miser sur les 
véhicules à faibles émissions polluantes, poursuivait des 
négociations intensives avec d'éventuels partenaires en Europe 
et en Chine dans le secteur des batteries, sans donner de 
détails. VW apportera bientôt des précisions, a-t-il ajouté. 
    Le constructeur automobile songe à fabriquer ses propres 
batteries électriques dans un nouveau centre de recherche à 
Salzgitter en Allemagne dans le cadre de ses projets 
d'investissement d'environ 9 milliards d'euros d'ici à 2022. 
  
 
 (Juliette Rouillon et Bertrand Boucey pour le service français, 
édité par Wilfrid Exbrayat) 
 

Valeurs associées

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

4832.57 -0.44%
1.13315 +0.21%
0.127 +34.96%
5.17 +11.42%
7.01 -1.82%

Les Risques en Bourse

Fermer