Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vivendi va négocier avec Numericable la vente de SFR

Reuters14/03/2014 à 22:30

NÉGOCIATIONS EXCLUSIVES ENTRE VIVENDI ET NUMERICABLE SUR LA VENTE DE SFR

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Vivendi a annoncé vendredi que son conseil de surveillance avait décidé d'entrer en négociations exclusives avec Numericable pour lui céder sa filiale télécoms SFR, mettant fin au feuilleton qui tenait en haleine le monde des télécoms depuis deux semaines.

Le groupe de télécoms et de divertissement a opté pour la proposition du câblo-opérateur qui offre 11,75 milliards d'euros en numéraire pour mettre la main sur le numéro deux du mobile en France, aux dépens de Bouygues qui avait pourtant jeté toutes ses forces dans la bataille ces derniers jours.

"Il (le conseil) estime que cette offre est la plus pertinente pour les actionnaires et les salariés du groupe et qu'elle offre la meilleure sécurité d'exécution", explique Vivendi dans un communiqué publié trois heures après le début de la réunion.

A l'issue de la période de trois semaines de négociations exclusives, le conseil de surveillance se réunira à nouveau pour rendre sa décision.

A la Bourse de Paris, Numericable a clôturé en hausse de 11,742% à 29,50 euros tandis que Bouygues a perdu 2,93%, la plus forte baisse de l'indice CAC 40. Vivendi, de son côté, a fini sur un gain de 0,15% à 19,90 euros.

Numericable était apparu ces dernières heures comme le grand favori après avoir reçu le soutien du comité spécial chargé par Vivendi d'examiner les candidatures pour l'opérateur, selon deux sources proches du dossier.

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg avait lui-même grillé la politesse à Vivendi en annonçant avant même la réunion des membres du conseil de surveillance que le conglomérat penchait en faveur de l'offre de Patrick Drahi, le dirigeant de la société mère Altice.

"J'ai cru comprendre que les dirigeants de Vivendi ont décidé coûte que coûte de vendre SFR à Numericable", a déclaré sur Europe 1 le ministre qui n'avait pas caché sa préférence pour l'offre concurrente de Bouygues.

Invité de France 2 vendredi soir, le ministre a laissé entendre que la saga SFR n'était pas terminée.

"Un groupe qui se surendette pour acquérir une entreprise beaucoup plus grosse qu'elle (pose problème)", a-t-il dit.

"Il y a trois semaines de discussions. Je ne suis pas certain que les banques aient envie de s'exposer outre mesure (...) Nous souhaitons qu'il n'y ait pas de casse sociale et nous souhaitons qu'il y ait des investissements."

L'EXÉCUTIF RAPPELLE À ALTICE SES ENGAGEMENTS

Dans la foulée de l'officialisation du choix de Vivendi, Fleur Pellerin, la ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Economie numérique a pris acte de la décision.

Dans une déclaration transmise à Reuters, elle a appelé Altice à préciser et concrétiser les engagements pris par son dirigeant Patrick Drahi ces derniers jours, en particulier en matière d'emploi et d'investissements dans le très haut débit.

"Le rapprochement de SFR et Numericable constituera le leader français et européen de la convergence du très haut débit fixe et mobile", a pour sa part déclaré Altice dans un communiqué.

"Ce projet industriel ambitieux et tourné vers la croissance se fera en respectant à la lettre chacun des engagements pris par Altice auprès du gouvernement".

Pour tenter de faire la différence dans la dernière ligne droite de la bataille, les deux prétendants de SFR avaient joué leur va-tout et amélioré leurs propositions.

Bouygues espérait marier SFR à sa filiale Bouygues Telecom pour créer un nouveau numéro un français du mobile et détrôner l'opérateur historique Orange. Il proposait de verser à Vivendi 11,3 milliards d'euros en numéraire et de donner au conglomérat une participation de 43% dans le nouvel ensemble. Outre les 11,75 milliards d'euros en cash, Numericable proposait quant à lui 32% de l'entité combinée.

L'ATOUT FOURTOU

Patrick Drahi disposait cependant d'un atout qui semble avoir été l'un des éléments déterminants dans l'issue de ce duel : le soutien du président du conseil de surveillance de Vivendi Jean-René Fourtou.

Selon une source au fait des discussions, le dirigeant de 74 ans, qui tient les rênes du conglomérat directement ou indirectement depuis 12 ans, avait à coeur de boucler le dossier SFR avant de passer la main en juin prochain, ce qui le faisait pencher pour l'offre de Drahi jugée plus simple et plus rapide.

Un rapprochement SFR-Numericable aurait en effet moins d'implications pour le marché des télécoms qui conserverait dans cette hypothèse quatre opérateurs sur le mobile. A ce titre, l'examen de l'opération par l'Autorité de la concurrence devrait présenter moins de difficultés que le scénario rival.

Bouygues avait pourtant cherché à mettre tous les atouts dans son jeu en concluant un accord surprise avec son concurrent Iliad et en faisant jouer son entregent avec le monde politique. Il devra donc trouver un plan B pour sa filiale télécoms, fragilisée par deux années de guerre des prix, qui pourrait passer du statut de prédateur à celui de proie.

Pour Vivendi, la cession de SFR devrait constituer le dernier grand acte de la revue de son portefeuille engagée au printemps 2012 avec l'ambition de se recentrer sur les médias.

(Avec Matthieu Protard, Alexandre Boksenbaum-Granier, Matthias Blamont)

Mes listes

valeur

dernier

var.

4.676 -0.13%
5548.45 -0.31%
DBT
2.58 -2.09%
1.173 +0.23%
120.08 +0.71%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.