Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Vivendi satisfait les investisseurs pour sa première publication sans UMG
information fournie par AOF22/10/2021 à 10:49

(AOF) - Vivendi se hisse sur le podium du CAC 40 à la faveur d'un gain de 2,92% à 11,64 euros, grâce à une publication trimestrielle meilleure qu'attendu. En effet, pour son premier point d'activité post-introduction en bourse d'UMG, le groupe de médias a réalisé un chiffre d'affaires de 2,476 milliards d'euros, en hausse de 14,1%, dont 10,3% de croissance interne. C'est 7% au-dessus des estimations d'UBS, qui visait 2,319 milliards d'euros.

La croissance a été tirée par Canal+, désormais la principale division du groupe, représentant 59% de l'activité. La chaîne cryptée a connu une croissance de 6,3% à 1,467 milliard d'euros au troisième trimestre 2021 grâce au développement à l'international (+2,7%) et à Studiocanal (+43%). UBS visait une croissance de 3% à 1,421 milliard d'euros.

L'agence de communication Havasa pour sa part connu une croissance de 21,8% à 590 millions d'euros, la banque suisse ayant anticipé une hausse de 5% à 510 millions. L'activité au troisième trimestre se situe désormais 6% au-dessus d'il y a deux ans.

Enfin, la troisième plus grosse division de Vivendi, représentée par Editis, a connu un repli de 0,8% à 230 millions d'euros, contre des attentes de 232 millions d'euros.

Après cette publication, UBS a relevé de 1% à 2% ses estimations de BPA pour les exercices 2021 à 2023 et s'attend désormais à ce que le groupe de Vincent Bolloré réalise un chiffre d'affaires proforma de 9,4 milliards d'euros, en hausse de 8 % en 2021, ainsi qu'un résultat opérationnel ajusté de 550 millions d'euros.

Pour l'exercice 2023, l'analyste prévoit un chiffre d'affaires de 9,8 milliards d'euros et un résultat opérationnel ajusté de plus de 700 millions d'euros. Canal+, Havas et Editis devraient représenter 70 %, 34 % et 10 % de l'EBITA lors de cet exercice.

Ces estimations ne tiennent cependant pas compte de l'acquisition potentielle de Lagardère, encore soumise à l'approbation des autorités réglementaires. Si celle-ci devait aller à son terme, "Lagardere représenterait environ 42% du chiffre d'affaires et environ 40% de l'EBIT de l'exercice 2023, avant toute synergie d'édition potentielle avec Editis ou tout scénario de vente potentielle des actifs de voyage de Lagardere (chiffre d'affaires de 4,2 milliards d'euros et EBIT récurrent de 152 millions d'euros avant Covid)", estime UBS.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Valeurs associées

Euronext Paris +0.53%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 22/10/2021 à 10:49:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.