Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Visite tendue du président turc en Grèce

Reuters07/12/2017 à 15:46
    ATHENES, 7 décembre (Reuters) - Recep Tayyip Erdogan a 
entamé jeudi une visite d'Etat de deux jours en Grèce, la 
première d'un président turc dans ce pays depuis 65 ans, et les 
désaccords déjà anciens entre les deux voisins n'ont pas été mis 
de côté malgré le vernis des convenances diplomatiques. 
    Alliés au sein de l'Otan, Grecs et Turcs s'opposent 
notamment sur le dossier chypriote, le découpage territorial en 
mer Egée et la minorité musulmane dans le nord de la Grèce. 
    A la veille de sa visite, Erdogan a estimé que le traité de 
Lausanne, qui a défini en 1923 les frontières de la Turquie 
moderne, devait être révisé et "amélioré". 
    Accueillant son homologue turc à Athènes, le président grec 
Prokopis Pavlopoulos lui a fermement opposé une fin de 
non-recevoir, tout comme un peu plus tard le Premier ministre 
Alexis Tsipras.  
    Avant même l'arrivée d'Erdogan sur le sol grec, le ton de la 
visite était donné: les chasseurs F-16 de l'armée de l'air 
turque qui escortaient l'avion d'Erdogan n'avaient pu entrer 
dans l'espace aérien grec et avaient dû rebrousser chemin, 
a-t-on appris de source militaire. 
    Le traité de Lausanne "est la base de notre amitié et n'est 
pas négociable", a lancé Pavlopoulos à Erdogan, rappelant qu'il 
était professeur de droit. 
    Le président turc lui a répondu que ce traité était vieux de 
94 ans, qu'il ne concernait pas seulement la Grèce et la Turquie 
mais bien d'autres pays et qu'il était censé assurer la 
protection de la minorité turque dans le nord de la Grèce. 
     
    "DISCRIMINATION" 
    Il a déploré que dans cette région, où il se rendra 
vendredi, les autorités grecques refusent de parler de "Turcs" 
et évoquent uniquement la minorité "musulmane". Il a même 
prononcé le terme "discrimination". 
    Turcs et Grecs se sont retrouvés trois fois au bord de la 
guerre depuis une quarantaine d'années - en 1974, 1987 et 1996 - 
à propos de la crise chypriote et du découpage territorial en 
mer Egée. 
    A ces différends anciens est venu s'ajouter l'an dernier le 
cas des militaires turcs réfugiés en Grèce après le putsch 
manqué contre Erdogan le 15 juillet 2016, et dont Ankara réclame 
l'extradition - une demande réitérée jeudi par Erdogan. 
    Lors d'une conférence de presse conjointe, Alexis Tsipras a 
souligné la nécessité d'améliorer la communication entre les 
deux pays, sur la base du respect mutuel, "en cette période 
critique (...) de tensions dans les relations gréco-turques, 
ainsi qu'au Proche-Orient et en Europe". 
    Il a souligné qu'il ne pouvait être question de revoir le 
traité de Lausanne et a demandé la fin des violations de 
l'espace aérien grec par des appareils turcs au-dessus de la mer 
Egée. 
    Mais il a aussi annoncé qu'Ankara et Athènes étaient 
convenus de reprendre des discussions "en vue de rétablir la 
confiance et la sécurité" entre les deux pays en tentant de 
faire disparaître les "malentendus".  
 
 (Michele Kambas avec Daren Butler et Ali Kucukgocmen à 
Istanbul; Guy Kerivel pour le service français, édité par Tangi 
Salaün) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.