1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Visé pour ses indemnités, l'ex-PDG de la Halle se défend d'être «un voleur»

Le Parisien10/04/2015 à 14:09

Visé pour ses indemnités, l'ex-PDG de la Halle se défend d'être «un voleur»

«Non, je ne suis pas parti avec un chèque de 3 millions d'euros». Invité de la matinale d'«Europe 1» ce vendredi, Marc Lelandais, ex-PDG du groupe Vivarte, a démenti les chiffres figurant dans un document publié jeudi dans «Le Parisien - Aujourd'hui en France». Pour autant, il ne s'est pas montré beaucoup plus clair sur le détail de ses indemnités de départ. 

«Ce document (NDLR : dans lequel nous révélions les 3,075 millions d'euros d'indemnités) est un faux. Je suis parti avec un peu moins de deux millions d'euros. Je ne peux pas donner la somme exacte (...) il y a une clause de confidentialité. La somme correspond à un solde de tout compte et une indemnité de révocation tout à fait classique», a affirmé Marc Lelandais, révoqué de Vivarte en octobre dernier. 

Notre journal pose d'ailleurs la question ce vendredi matin : où est passé le million d'euros manquant entre ce que Marc Lelandais assure avoir touché et les indemnités révélées dans le document détaillant les termes de l'accord de transaction entre Vivarte et son ex-PDG ? Ce million d'euros correspondrait à un «bonus de restructuration». Sur «Europe 1», Marc Lelandais assure simplement ne pas avoir touché ce bonus, en tout cas pas lors du départ. «Mon plan de restructuration a été salué (...) Un papier a été signé entre les avocats (NDLR : de Vivarte et les siens)», explique-t-il simplement. 

Pierre Gattaz : «Je comprends que ces sujets irritent les Français»

Le patron des patrons, invité de BFM TV ce vendredi matin, a évoqué la situation de groupe Vivarte, secoué par un plan social et par les révélations de notre journal sur les indemnités perçues par son ex-PDG Marc Lelandais. «Moi, quand ma société était en crise en 2001, j'ai baissé mon salaire, mes cadres dirigeants ont baissé leur salaire, j'ai fait zéro dividende pendant 3 ans et on est reparti (...) Il y a des boîtes vertueuses en France», a insisté Pierre Gattaz. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

18 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • kram123
    11 avril12:58

    si vous avez moins bien négocie votre salaire ou votre indemnité de depart tant pis pas la peine de baver.

    Signaler un abus

  • luke4
    10 avril14:17

    à vous lire je comprends que personne n'est d'accord pour savoir qui doit s'en mettre plein les poches lol

    Signaler un abus

  • cadourfr
    10 avril11:14

    ces primes ne devraient pas exister, c'est une incitation au court termisme

    Signaler un abus

  • dotcom1
    10 avril11:12

    Il aurait mieux fait de "voler" ces millions en tapant dans un ballon ou en négociant des oeuvres d'art, cela lui aurait évité de venir s'expliquer devant le tribunal médiatique.

    Signaler un abus

  • M2766070
    10 avril10:22

    donc le voleur ? ... le ... y en a pas 1 qui suit !!!!!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer