Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vinci dans le collimateur de l'État

Le Revenu05/10/2012 à 21:14

(lerevenu.com) - Ce type d'indemnité, unique dans un contrat de concession, s'explique par le fait que le stade de France n'a pas de club résident, ce qui handicape ses recettes. Son montant, variable, est fonction des profits du consortium. La subvention atteint cette année 12 millions d'euros, ce qui en fait la plus élevée depuis la mise en service du stade en 1998. Mais l'infrastructure est à la peine : de 2009 à 2011, sa fréquentation est passée de près de 2 millions de spectateurs à 1,5 million, et son chiffre d'affaires de plus de 100 millions d'euros à environ 90 millions.

La suppression de la subvention n'aura qu'un impact très limité pour Vinci, dont le pôle concessions dégage un cash-flow opérationnel de 3,3 milliards d'euros, essentiellement grâce aux autoroutes. Mais elle montre que l'État, en quête d'économies, n'hésite pas à ponctionner les sociétés privées quand elles dégagent de plantureux bénéfices? Ainsi, parmi les nombreuses mesures alourdissant la fiscalité des grandes entreprises, le gouvernement a décidé que les intérêts d'emprunt, qui étaient jusqu'ici totalement déductibles, ne le seront plus qu'à hauteur de 85% pour 2012 et 2013, et 75% à partir de 2014.

Les groupes les plus touchés sont les concessionnaires d'infrastructures, qui recourent massivement à la dette pour financer leurs investissements. Selon le courtier Aurel BGC, la mesure aura un impact négatif de 3% sur le bénéfice par action de Vinci, dès l'an prochain. Autre avanie pour la major du BTP : le gel des grands projets d'infrastructures (canal Seine-Nord, lignes TGV?) va le priver de relais de croissance à moyen/long terme.

L'avis du Revenu - Vinci est pénalisé par sa forte exposition à la France (64% de son chiffre d'affaires), et à la commande de l'État et des collectivités locales. C'est sans doute pour amadouer les pouvoirs publics que Xavier Huillard, le PDG de l'entreprise, a indiqué récemment qu'il n'était pas hostile à la nouvelle taxe de 75% sur les revenus dépassant 1 million d'euros?
Quoi qu'il en soit, nous restons à «conserver» sur un titre dont le rendement ressort à 5,3%.

Mes listes

valeur

dernier

var.

287.4 +0.77%
995.13 -0.00%
0.352 -1.68%
963.47 +3.51%
83.22 +0.90%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.