Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Vinci confirme un intérêt pour l'aéroport d'Istanbul

Reuters08/02/2012 à 14:55

VINCI CONFIRME SON INTÉRÊT POUR L'AÉROPORT D'ISTANBUL

PARIS (Reuters) - Vinci a confirmé mercredi son intérêt pour les actifs aéroportuaires de l'opérateur turc TAV Havalimanlari, un possible retour à des acquisitions pour le numéro un mondial du BTP et des concessions après une année 2011 relativement calme en la matière.

Trois sources proches du dossier ont indiqué à Reuters la semaine dernière que Vinci, qui cherche à renforcer le poids des concessions dans son chiffre d'affaires et qui veut se développer dans les infrastructures de transport, notamment aéroportuaires, était bien placé pour prendre 40% de TAV, qui gère notamment l'aéroport international Ataturk d'Istanbul.

"Nous sommes au début du processus relatif aux actifs aéroportuaires d'une société turque qui s'appelle TAV (...) Nous sommes donc également dans cette compétition", a déclaré Xavier Huillard, PDG de Vinci, au cours d'une réunion d'analystes consacrée aux résultats 2011 du groupe.

"Mais nous avons comme d'habitude signé des accords de confidentialité qui font que nous n'en dirons pas plus aujourd'hui que ce que je viens de dire, à savoir que nous sommes intéressés par le fait de regarder ces plates-formes aéroportuaires, et notamment la plate-forme d'Istanbul", a-t-il ajouté.

Vinci a vu son chiffre d'affaires augmenter de 11% environ en 2011, une performance qui s'explique notamment par une croissance organique de 6,4%. Interrogé sur la relative faiblesse l'an dernier de la croissance externe, qui s'est limitée à de petites opérations au fil de l'eau, Xavier Huillard a répondu que dans l'énergie, la priorité était allée à l'intégration de Cegelec et que dans les autres métiers, "l'aléa de ce genre de recherche" faisait qu'aucun dossier n'avait abouti.

Le groupe, qui s'est vu confier le futur aéroport de Nantes, était intéressé par l'ouverture du capital de plusieurs autres grands aéroports régionaux français mais le processus n'a toujours pas été enclenché. Vinci était également intéressé par les aéroports d'Hochtief, dont celui d'Athènes, mais le groupe allemand a suspendu l'appel d'offres en raison de la crise grecque et des conditions de marché ambiantes. Xavier Huillard a indiqué mercredi que le dossier était désormais "fermé" et qu'il ne s'agissait plus pour lui d'un sujet.

Vinci, qui anticipe "au minimum une stabilisation de son activité" en 2012, aura comptabilisé en 2011 pour 172 millions d'euros d'investissements financiers, nets des cessions, contre 2,4 milliards d'euros en 2010, année marquée par l'acquisition de Cegelec pour 1,6 milliard d'euros.

"On ne peut pas dire que le fait que la croissance organique sera faible en 2012 nous conduira à augmenter la croissance externe, la croissance externe augmentera si nous trouvons de bonnes cibles correspondant à ce que nous cherchons", a ajouté Xavier Huillard. "Si conjoncturellement il y a des années où on n'en fait pas, ce n'est pas grave."

Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot

Mes listes

valeur

dernier

var.

3.84 +1.84%
5413.7 +0.08%
73.308 +0.39%
0.262 +1.75%
71.75 -0.17%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.