Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vers la disparition du mot "race" de la Constitution française
Reuters27/06/2018 à 19:55

 (Actualisé avec précisions sur un amendement §7 à §9)
    PARIS, 27 juin (Reuters) - La commission des Lois de
l'Assemblée nationale a adopté mercredi un amendement visant à
supprimer le mot "race" de la Constitution française et à y
inclure une référence à l'égalité entre les femmes et les
hommes. 
    "La France est une République indivisible, laïque,
démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de
tous les citoyens sans distinction de sexe, d'origine ou de
religion", lit-on dans la nouvelle version de l'article 1er, qui
devra être approuvée en séance publique au Palais-Bourbon. 
    Le mot "race" figure actuellement entre l'origine et la
religion dans l'énumération.
    Richard Ferrand, rapporteur général du projet de loi sur le
volet constitutionnel de la réforme des institutions, a salué le
"très large consensus sur l'ensemble des bancs pour considérer
qu'il fallait donner un signe" montrant que le mot "race"
n'avait "pas sa place dans notre Constitution". 
    "Cela veut dire que l'on considère que l'espèce humaine ne
s'entend pas en classement de races, qui est un concept dont on
connaît les dérives et ce qu'il suscite", a ajouté l'élu breton,
président du groupe La République en marche à l'Assemblée,
devant l'Association des journalistes parlementaires.
    Le groupe parlementaire GDR, à majorité communiste, a salué
dans un communiqué une "grande avancée", rappelant le combat en
ce sens mené par le passé par le député communiste Michel Vaxès
et l'ex-député martiniquais Alfred Marie-Jeanne.
    La commission des Lois a par ailleurs adopté un amendement
inscrivant la protection de l'environnement, de la biodiversité
et de la lutte contre les changements climatiques dans ce même
article, une proposition soutenue par le ministre de la
Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot.  
    "Cette inscription constitue une véritable avancée, qui
semblait à certains hors d'atteinte il y a encore quelques
semaines, et qui va donner à ces enjeux la place majeure et
impérative qu'ils méritent dans notre République", a écrit le
député La République en marche (LaRem) Matthieu Orphelin dans un
communiqué. 
    "La France sera le premier pays européen et du G20 à
constitutionnaliser le climat."

 (Elizabeth Pineau et Caroline Pailliez édité par Yves Clarisse)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

4889.52 +0.09%
1.17885 0.00%
3.6 +1.12%
32.795 -0.76%
44.65 -1.04%

Les Risques en Bourse

Fermer