Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vers des prêts bonifiés en échange de réformes en zone euro

Reuters22/11/2013 à 20:14

LA ZONE EURO ENVISAGE DES PRÊTS BONIFIÉS EN ÉCHANGE DE RÉFORMES

par Luke Baker et Martin Santa

BRUXELLES (Reuters) - Les dirigeants de la zone euro envisagent des prêts bonifiés à des pays du bloc qui mettraient en oeuvre des réformes structurelles améliorant leur situation à moyen terme, selon un document de travail de l'Union européenne.

Ce document doit servir de base aux discussions entre les sherpas des dirigeants de la zone euro qui se réuniront à Bruxelles le 26 novembre en vue du conseil de l'UE des 19 et 20 décembre.

Les prêts à taux bonifiés feraient partie des contrats de partenariat par lesquels les Etats-membres s'engagent vis-à-vis de la Commission sur des réformes économiques et des objectifs macroéconomiques dont la réalisation déclencherait le versement de tranches des prêts consentis.

Ce dispositif serait attrayant, le taux des prêts étant inférieur à ceux pratiqués sur les marchés financiers. Mais il impliquerait de ce fait une certaine mutualisation des risques entre les Etats-membres et une forme de transferts budgétaires, une idée à laquelle l'Allemagne s'est longtemps opposée.

"Les prêts n'impliqueraient que des transferts budgétaires limités entre pays", précise le document de neuf pages obtenu par Reuters.

"De fait, l'élément de transfert serait limité à un taux d'intérêt plus faible que le taux supporté par la plupart des Etats-membres bénéficiaires sur les marchés, capturant les externalités positives des réformes pour l'UE dans son ensemble", ajoute le texte.

Les pays souhaitant bénéficier de ces prêts devront présenter des plans de réformes adoptés par leur Parlement et qui auront ensuite été approuvés par les autres Etats-membres.

Cet élément de conditionnalité s'ajoutera à ceux résultant du pacte de croissance et de stabilité et des nouvelles règles de bonne conduite macroéconomique adoptées pour le réformer.

Le montant du prêt ne serait pas lié aux coûts des réformes et constituerait un élément de soutien à l'économie du pays bénéficiaire dans son ensemble.

Le document ne donne pas de précision sur la durée envisagée des prêts ni sur un éventuel montant maximal.

"Le montant précis du financement ne serait pas lié au coût direct des réformes qui est en général difficile à mesurer", est-il écrit dans le document.

"Le soutien financier devrait être conçu comme une incitation ou un soutien général à l'économie dans son ensemble plutôt que comme une compensation pour le coût spécifique des réformes en tant que telles, et aussi comme un signal plus large de l'encouragement de l'Europe aux réformes économiques dans chaque Etat-membre" poursuit le texte.

Les pays soumis à des déséquilibres macroéconomiques excessifs ou faisant l'objet d'un renflouement ne pourraient bénéficier de ces prêts, selon le document.

Un responsable européen au fait du projet a toutefois précisé qu'un pays comme l'Irlande en passe de sortir de son programme d'aide international pourrait être éligible à ce type de prêts.

Aucun dispositif de financement de ces prêts n'est précisé pour l'instant dans le document qui reprend simplement une proposition formulée en mars par la Commission européenne d'un financement par contributions directes des Etats-membres ou grâce à une nouvelle ressource dédiée.

Le Mécanisme européen de stabilité (MES) pourrait aussi lever des fonds sur les marchés de capitaux internationaux et les reprêter à l'Etat-membre bénéficiaire, a dit le responsable européen tout en précisant que les modalités d'un tel dispositif n'étaient pas arrêtées.

La Banque centrale européenne avait annoncé en septembre 2012 son programme d'opérations monétaires sur titres (OMT), qualifié alors de "potentiellement illimité" et dans le cadre duquel elle s'engageait à racheter des emprunts d'Etat de pays qui en feraient la demande afin d'aider à faire baisser leurs coûts de financement en contrepartie d'engagements contraignants.

Ce programme, qui continue de susciter un vif débat en Allemagne et en particulier les critiques virulentes de la Bundesbank, doit être validé par la Cour constitutionnelle de Karlsruhe dont le porte-parole a fait savoir jeudi qu'elle ne se prononcerait pas cette année.

Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.919 +0.16%
0.08 +60.00%
207.1 +0.44%
34.14 +0.93%
0.605 -1.63%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.