Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ventes en hausse pour les soldes d'été malgré la conjoncture

Reuters05/07/2012 à 19:43

Ventes en hausse pour les soldes d'été malgré la conjoncture

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Une semaine après le démarrage des soldes d'été, le bilan provisoire se révèle positif pour les ventes d'habillement malgré une conjoncture particulièrement déprimée.

A l'issue des six premiers jours de rabais, qui donnent traditionnellement de "la" de la tendance, le chiffre d'affaires des grandes chaînes de prêt-à-porter (Fédération des enseignes de l'habillement) était en progression de 12%, tandis que celui de l'Union du commerce de centre ville (UCV), regroupant les grands magasins, était en hausse de 10%, selon les chiffres publiés jeudi par l'Alliance du commerce.

Dans un marché de l'habillement plombé par la crise et qui a connu une chute historique de 17% au mois d'avril avec la pluie et l'attentisme précédant l'élection présidentielle, le beau temps a semble-t-il eu raison des hésitations des consommateurs.

"Nous avons été agréablement surpris", commente Jean-Marc Genis, président de la FEH, pour qui le "retour du beau temps a certainement joué" dans les intentions d'achat.

En repli continu depuis la crise de 2008, le marché français de l'habillement a reculé de 4,1% entre janvier et mai, selon les données de l'Institut français de la mode (IFM).

"La crise s'est installée, le contexte conjoncturel est plus qu'incertain, les volumes diminuent", constate Gildas Minvielle, responsable de l'observatoire économique de l'IFM.

Avec la dégradation de l'économie, les mesures d'austérité induites par la crise de la dette et la monté du chômage, les arbitrages des ménages ne se font guère en faveur des vêtements mais plutôt des produits technologiques, des vacances ou de la santé, explique Gildas Minvielle.

Depuis 2008, le marché a perdu 10% de sa valeur, totalisant aujourd'hui environ 27 milliards d'euros.

Les dépenses allouées au textile-cuir représente seulement 4% du revenu disponible des ménages dans l'Hexagone.

RABAIS MASSIFS DANS LE E-COMMERCE

Comme l'an dernier, les sites de commerce électronique ont mieux fait, avec une progression des ventes de "plus de 15%" par rapport à la même période de l'an dernier, selon la fédération du secteur (Fevad).

Avec la crise, les rabais ont été massifs dès le premier jour et la deuxième démarque, atteignant souvent 70%, est intervenue dès le premier week-end de soldes.

Bonne surprise pour le e-commerce, qui compte aujourd'hui pour environ 9% du marché de l'habillement, le panier moyen a "légèrement progressé", aux dires de la Fevad, par rapport aux 105 euros de 2011.

Par ailleurs, un rapport commandé par le ministère du Commerce au Credoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) et à l'IFM sur les soldes flottants préconise la suppression de ce système instauré en 2009, qui permet aux commerçants de vendre à perte pendant deux semaines en dehors des périodes de soldes réglementaires.

Les auteurs soulignent que ce système, très critiqué par les détaillants, n'a pas eu d'impact notoire, ni sur le niveau des ventes ni sur celui des prix et affirment que la quasi-totalité des professionnels de la distribution sont favorables à leur suppression.

Ils préconisent un retour à deux périodes de soldes de six semaines (contre cinq aujourd'hui), permettant d'éviter des "périodes désordonnées en dehors des soldes saisonniers" et préservant la durée totale des soldes pour les consommateurs.

Le ministre du Commerce Sylvia Pinel devrait trancher à la rentrée, après avoir réuni les représentants du secteur et des consommateurs.

Edité par Jean-Michel Bélot

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.