1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Venezuela : les compagnies aériennes veulent revoir leur argent !

Le Point30/07/2014 à 12:20

Le Venezuela est fortement endetté auprès de plusieurs compagnies.

Les compagnies aériennes internationales ont envoyé un nouvel avertissement au Venezuela, par le biais de l'Association internationale du transport aérien (IATA). Elles menacent de réduire de nouveau leurs vols en provenance et à destination du Venezuela, voire de les arrêter. Cela fait plusieurs mois que le conflit couve entre ce pays et les compagnies auxquelles Caracas doit en tout plus de 4,1 milliards de dollars.

Le système commercial vénézuélien, en bonne partie mis en place sous Hugo Chávez, est pour le moins particulier. Dans le domaine du transport aérien, les billets achetés au Venezuela ne peuvent être payés que dans la monnaie locale, inchangeable à l'étranger : le bolivar. Les compagnies aériennes échangent alors les bolivars obtenus contre des dollars auprès de l'État vénézuélien, qui fixe lui-même le taux de change. Mais, depuis 2012, le Venezuela a commencé à suspendre les paiements en dollars aux transporteurs aériens, phénomène qui s'est accentué en 2013.

Rien de grave dans l'immédiat, si ce n'est que le pays est en proie à une inflation effrénée. De fait, les bolivars que les compagnies ont entre les mains et dont elles attendent de les voir transformés en dollars perdent de la valeur jour après jour. Tant que le gouvernement vénézuélien fixait un taux de change et s'y tenait, les compagnies n'avaient rien à craindre, si ce n'est d'être forcées d'accorder des délais supplémentaires au Venezuela,...

Lire la suite sur Le Point.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • ghost78
    30 juillet12:54

    Dada, c'est ce que je me tue à dire: Arrêtons de faire credit aux USA. Ils sont en faillite

    Signaler un abus

  • DADA40
    30 juillet11:43

    Il faut arrêter de faire crédit à un pays qui est en faillite. Si l'IATA décidait de ne plus desservir le Venezuela, les compagnies seraient très vite remboursées. Ensuite il faut exiger que les billets puissent être payés directement en Euros pour les compagnies européennes.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer