Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

VEGA IM : la solution la plus probable à l'envolée de la dette publique est sa monétisation
AOF21/04/2020 à 15:31

(AOF) - Alors que les investisseurs et les clients privés s'interrogent sur les conséquences considérables des dépenses budgétaires engagées par les Etats pour lutter contre les impacts du confinement sur leurs économies,  Marc Riez, Directeur général de VEGA Investment Managers, entrevoit 4 solutions à l'envolée de la dette publique. La première solution serait la restructuration de la dette, à l'instar de ce qui a été fait pour la Grèce en 2012.

Cette solution est jugée très mauvaise pour les investisseurs qui perdraient une partie de leur capital et elle est impensable pour les Etats car, ne pouvant plus d'emprunter par la suite sur les marchés, seraient obligés d'équilibrer leur budget, ce qui les empêcherait de financer la relance et l'investissement nécessaires.

Les Etats pourraient aussi accroître les taxes sur les citoyens les plus fortunés, voire même, comme l'a envisagé le FMI, ponctionner les avoirs bancaires. Le gestionnaire d'actifs ne croit pas à cette solution qui risquerait de provoquer des retraits massifs des comptes bancaires et une grave crise de confiance.

En tant que troisième solution, Marc Riez cite le financement des les Etats membres par l'Union Européenne via une émission de " Coronabonds ". Elle permettrait aux pays les moins solvables de se financer dans de bonnes conditions, ou de faire un usage massif du Mécanisme Européen de Solidarité (MES), doté de 700 milliards d'euros.

La dernière solution consisterait à monétiser la dette. Elle est considérée comme la plus probable par le Directeur général de VEGA Investment Managers et la plus souhaitable pour les marchés. Elle passe par des achats massifs d'emprunts d'Etats par la Banque centrale européenne (BCE), dans le cadre des programmes de " Quantitative Easing " déjà annoncés ou à venir.

" Ces achats équivalent bien évidemment à de la création monétaire ce qui, à terme, pourrait alimenter l'inflation ou une perte de valeur de l'euro " prévient Marc Riez. Mais, ajoute-t-il, comme la reprise devrait être longue et que toutes les grandes monnaies sont logées à la même enseigne, les risques attachés à cette solution lui semblent aujourd'hui un moindre mal.

1 commentaire

  • riffraff
    21 avril15:49

    En gros, la planche a billet va fonctionner à fond. Reste l'immo, la terre, les actions quand elles seront au tapis et les métaux précieux. Faut se débarrasser de son pognon.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer