Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Valneva : un nouvel actionnaire rentre au capital à la suite du placement privé
information fournie par AOF30/09/2022 à 09:51

(AOF) - Valneva a fixé le prix de son offre d'ADS conjuguée au placement privé en Europe. En raison de la forte demande, la biotech a augmenté la taille de l'émission à 100 millions de dollars contre 40 millions de dollars précédemment. Le produit net devrait s'élever à 93,1 millions de dollars. Le prix de souscription a été fixé à 4,90 euros par action ordinaire et à 9,51 dollars par ADS. Ce prix présente une décote de -3,92% par rapport au cours du 29 septembre.

À la suite de ce placement, un nouvel actionnaire, Deep Track Capital, fait une entrée importante au capital. Ce fonds a souscrit à 50% du placement alors que le solde a été souscrit par des investisseurs ayant déjà une participation au capital. Après finalisation de l'offre, Deep Track Capital et la BPI détiendront respectivement 6,97% et 7,60% du capital de Valneva. La dilution de l'opération est de -18%.

Le produit de l'opération permettra : à 50% du produit de financer le co-développement et la commercialisation du candidat vaccin contre la maladie de Lyme (VLA15) ; à hauteur de 40% de financer le développement et la commercialisation du candidat vaccin contre le virus chikungunya (VLA1553) ; et à hauteur de 5 % de financer le développement de deux de ses candidats vaccins précliniques, VLA1554 et VLA2112, et à hauteur des 5 % restants pour le fonds de roulement et les besoins généraux.

Au 30 juin, Valneva disposait d'une trésorerie de 336 millions d'euros. Cette opération permet d'allonger la visibilité jusqu'à fin 2024.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Spécialiste du développement de vaccins prophylactiques contre les maladies infectieuses aux options thérapeutiques limitées ;

- Chiffre d’affaires de 348 M€ Md€ tirés de l’Europe pour 56 %, devant les Amérique (27 %), puis l’Asie-Océanie (9 %) et l’Afrique-Moyen-Orient (8 %) ;

- Modèle d’affaires : portefeuille de vaccins diversifiés pour large public, financement des développements cliniques par une infrastructure spécialisée, 2 vaccins commerciaux (Ixiaro et Dukoral contre l’encéphalite japonaise et le choléra) et des droits de distribution de vaccins pour des tiers ;

- Capital détenu à 13,02 % par le groupe Grimaud la Corbière et 8,19 % par BPI France, Frédéric Grimaud présidant le conseil de surveillance de 5 membres et Thamas Lingelbach le directoire ;

- Bilan solide avec 307 M€ de capitaux propres face à 42 M€ de dettes, renforcé par une trésorerie nette de près de 350 M€ en avril 2022.

Enjeux

- Stratégie de moyen terme fondée sur le financement de la R&D par les ventes des vaccins Ixiaro et Dukoral, d’extension du réseau de fabrication (3 sites, en Ecosse, Suède et Autriche) et de partenariats valorisant les actifs du groupe ;

- Stratégie d'innovation inhérente au modèle d’affaires, riche d’un portefeuille de 398 brevets et soutenue par 173 M€ de frais de R&D, avec 3 actifs principaux et 3 programmes précliniques : le seul vaccin en développement clinique contre la maladie de Lyme, le seul vaccin à injection unique contre le chikungunya, l'unique vaccin COVID-19 à virus entier inactivé et adjuvanté, candidats vaccins contre le metapneumovirus de l’homme, le parvovirus et le norovirus ;

- Stratégie environnementale : efficacité énergétique, minimisation des déchets, utilisation optimale de l’eau et réduction de 5 %, vs 2016, des émissions de CO2 d’ici 2025 ;

- Bonne visibilité de l’activité grâce aux accords sur les vaccins avec : le gouvernement britannique (commandes de 100 millions de doses vaccins anti-Covid et options sur 190 millions d’ici 2025, soit 1,4 Md€ au total), avec Pfizer pour co-développer et vendre celui contre la maladie de Lyme (308 M$), avec les autorités américaines pour Ixiario contre l’encéphalite japonaise (70 M$), avec Bavarian Nordic pour le marketing et la distribution de vaccins spécialisés, avec Batavia Biosciences pour développer un vaccin peu coûteux contre la polio, avec l’institut Butantan contre le chikingunya pour pays à faible revenu..

Défis

- En 2022, lancement des essais de phase 3 pour le vaccin contre la maladie de Lyme et attente du visa de l’autorité américaine à la vente du vaccin contre le chikingunya et de celle de l’Union européenne pour le Covid 19 (60 millions de doses) ;

- Sensibilité aux voyages des ventes de vaccins déjà commercialisés (contre l’encéphalite japonaise et le choléra) ;

- Incertitudes sur le succès commercial du vaccin contre le Covid 19 au Royaume-Uni, compte tenu de la forte concurrence déjà installée ;

- Objectifs 2022 : hors vaccin contre la Covid, chiffre d’affaires entre 430 et 590 M€ et dépenses de R&D entre 65 et 75 M€.

Une course inéluctable aux nouveaux blockbusters

Le brevet du produit vedette de Merck, l'anticancéreux Keytruda, qui représente plus de 35% de ses ventes, arrive à échéance en 2028. En dépit de la perte, depuis 2019, des brevets de ses trois produits vedette (Avastin, Herceptine, Rituxan) Roche a su, lui, renouveler son portefeuille en mettant sur le marché de nouvelles molécules. Toutefois la découverte et le lancement de nouveaux médicaments sont de plus en plus coûteux. AstraZeneca dépense environ 6 milliards de dollars par an en R&D dans une industrie pharmaceutique où la durée de vie d'un brevet ne dure que dix à quinze ans. Cela amène les laboratoires à se désengager de certaines activités. Ainsi J&J, Pfizer, GSK et, sans doute, Novartis prochainement préfèrent se recentrer sur les médicaments de spécialité et abandonnent toute activité annexe.

Valeurs associées

Euronext Paris +3.29%

5 commentaires

  • 13 octobre12:26

    Je suis tombé sur le cas LVMH / Hermès de 2014.C'est un bon cas d'école concernant la prise de contrôle d'une entreprise, via des sociétés écrans et des banques "amies"


Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.