1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Valéry Giscard d'Estaing prône une sortie de l'euro pour la Grèce
Le Parisien19/02/2015 à 18:15

Valéry Giscard d'Estaing prône une sortie de l'euro pour la Grèce

Alors que le nouveau gouvernement grec a entamé un bras de fer avec ses partenaires de la zone euro sur l'aide financière qu'ils lui accordent, l'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing met les pieds dans le plat. Il estime dans une interview aux Echos publiée ce jeudi que la Grèce doit sortir de l'euro et «retrouver une monnaie dévaluable (sic)» si elle veut régler les problèmes auxquels elle est confrontée. Pour l'ex-président de la République, la situation pourrait même s'aggraver encore en cas de maintien d'Athènes dans la zone euro.

«L'entrée de la Grèce dans l'euro en 2001 fut une erreur évidente, j'étais contre à l'époque et je l'ai dit», rappelle VGE. «La Grèce ne peut régler ses problèmes aujourd'hui que si elle retrouve une monnaie dévaluable. Il faut donc envisager ce scénario très calmement, à froid, dans l'intérêt de la Grèce elle-même. Il est absurde de dire qu'il s'agirait d'un échec de l'Europe. D'ailleurs, ces jours derniers, la cote de l'euro est remonté», ajoute l'ancien chef de l'Etat.

Pour VGE, cette sortie de la zone euro ne remettrait pas en question l'appartenance de la Grèce à l'Union européenne. « La Grèce a toute sa place dans l'Union européenne. En quittant l'usage de l'euro, elle ne ferait que rejoindre des pays comme le Royaume-Uni, la Suède, la République tchèque etc. qui ne l'ont pas adopté. Mieux : cette sortie lui permettrait de préparer un éventuel retour, plus tard. C'est ce que j'appellerais une «friendly exit», une sortie dans un esprit amical», affirme Valéry Giscard d'Estaing.

Un accord à trouver d'urgence

Pour l'ex-président français, cette sortie de l'euro de la Grèce doit pouvoir se faire, même si Athènes s'y oppose : «On nous dit que les Grecs ne souhaitent pas quitter l'euro et que le nouveau gouvernement a écarté cette hypothèse pendant la campagne électorale. Certes. Mais ce n'est pas la première ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

27 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M1148670
    20 février14:13

    Et de faire un emrunt indexé sur le cours de l'or.Un emprunt qui a ruiné les finances de la France.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer