1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

USA-La croissance du T3 confirmée à 3,5% en 2e estimation
Reuters28/11/2018 à 17:31

 (Actualisé avec précisions, contexte)
    WASHINGTON, 28 novembre (Reuters) - La croissance de
l'économie américaine au troisième trimestre a ralenti, comme
annoncé précédemment, mais semble suffisamment forte pour se
maintenir au rythme de 3% visé par l'administration Trump pour
cette année. 
    Le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 3,5% en rythme
annualisé sur la période juillet-septembre, après 4,2% au
deuxième trimestre, selon une deuxième estimation publiée
mercredi par le département du Commerce. 
    Les économistes interrogés par Reuters attendaient en
moyenne d'une croissance confirmée à 3,5%. 
    Alors que les entreprises ont accumulé des stocks plus
rapidement et investi davantage en équipements qu'estimé
initialement, les dépenses de consommation et les exportations -
affectées par la hausse des droits de douanes chinois sur les
produits américains, notamment sur le soja, ont été révisées en
baisse.
    Cela fait neuf ans que l'économie américaine est en
croissance ininterrompue, la deuxième série la plus longue de
leur histoire. Elle s'appuie cette année sur 1.500 milliards de
dollars de réductions d'impôts et sur une augmentation de la
dépense publique mises en place par l'administration Trump.
    Mais des nuages s'accumulent, les dépenses d'équipements des
entreprises semblant avoir ralenti depuis le début du quatrième
trimestre et la hausse des taux d'intérêt freinant l'immobilier.
    Avec la rechute des cours du pétrole, les dépenses
d'investissement devraient marquer le pas. De plus, l'annonce
lundi par General Motors  GM.N  de la suppression de milliers
d'emplois et de l'arrêt de la production de plusieurs modèles en
Amérique du Nord devrait avoir un impact.  
    La croissance solide confirmée au troisième trimestre laisse
penser que la Réserve fédérale va poursuivre sa politique de
normalisation monétaire en relevant les taux à nouveau en
décembre en dépit des critiques répétées de Donald Trump qui
estime que le resserrement monétaire commence à être un frein.
   Les estimations de croissance pour le quatrième trimestre se
situent actuellement autour de 2,5% et les économistes
s'attendent à un nouveau ralentissement en 2019 avec un soutien
atténué de la fiscalité et des retombées négatives des tensions
commerciales avec la Chine et d'autres partenaires des
Etats-Unis.
    Le ralentissement du troisième trimestre est dû entre autres
à l'impact des mesures de représailles chinoises contre la
hausse des droits de douane américains, qui se sont traduites
par un pic d'expéditions avant leur entrée en vigueur en
juillet, dopant ainsi la croissance du deuxième trimestre.
Depuis, les exportations de soja ont baissé mois après mois,
creusant le déficit commercial.
    La croissance de la consommation des ménages a parallèlement
été revue en baisse à 3,6% en rythme annualisé au troisième
trimestre, contre 4,0% en première estimation.
    Les importations, qui ont une contribution négative au PIB,
ont elles ont été revues en légère hausse. 
    Les dépenses des entreprises en équipements ont crû de 3,5%
en rythme annualisé, contre 0,4% seulement en première
estimation. Même revu en hausse, ce chiffre reste le plus faible
enregistré depuis deux ans. 
    Par rapport au troisième trimestre 2017, le produit
intérieur brut américain affiche une progression de 3,0%, comme
annoncé en première estimation.
    La hausse de l'indice des prix de base (core) PCE, très
suivi par la Réserve fédérale, a été révisée en baisse à 1,5%
contre 1,6% en première estimation. Par rapport au troisième
trimestre 2017, elle est confirmée à 3,0%.
    Tableau de la statistique  

 (Lucia Mutikami, Juliette Rouillon pour le service français,
édité par Marc Angrand)
 

Valeurs associées

NYSE +1.05%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer