1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

USA-Ivanka Trump rattrapée par une affaire de mail privé
Reuters21/11/2018 à 00:24

 (Ajoute réaction de Donald Trump)
    WASHINGTON, 21 novembre (Reuters) - Les démocrates ont
réclamé mardi une enquête sur l'utilisation par Ivanka Trump,
fille de Donald Trump et conseillère à la Maison blanche, d'un
compte personnel de messagerie électronique pour des affaires
d'Etat. 
    Selon le Washington Post, qui a révélé l'information lundi
soir, un examen des messages d'Ivanka Trump par la Maison
blanche, à la demande de l'association American Oversight, a
montré que cette dernière avait utilisé son compte personnel de
messagerie une centaine de fois en 2017 pour contacter d'autres
responsables de l'administration. 
    L'utilisation d'un compte personnel pour des affaires
publiques est susceptible d'enfreindre une législation exigeant
la sauvegarde de toutes les archives présidentielles. 
    Hillary Clinton, rivale démocrate de Donald Trump lors de
l'élection présidentielle de novembre 2016, a été la cible
d'attaques virulentes du candidat républicain pour son
utilisation d'une messagerie personnelle et d'un serveur privé
lorsqu'elle était secrétaire d'Etat, sous la présidence de
Barack Obama. "Lock her up" ("Enfermez-la") était l'un des
slogans favoris du milliardaire pendant sa campagne, repris avec
ferveur par ses partisans.
    La Maison blanche n'a pas fait de communiqué.
    Donald Trump a déclaré que l'usage qu'avait fait sa fille
d'un compte personnel de messagerie électronique différait de
celui de Hillary Clinton.
    "Pendant une courte période, Ivanka a envoyé quelques mails.
Ils n'étaient pas classifiés comme ceux de Hillary Clinton. Ils
n'ont pas été effacés comme ceux de Hillary Clinton (...) Elle
n'a rien fait pour cacher ces mails", a-t-il dit aux
journalistes.
    "Il n'y avait pas de serveurs privés au sous-sol comme en
avait Hillary Clinton", a ajouté plus tard le président
américain.
    Le représentant Elijah Cummings, démocrate de plus haut rang
à la Commission de surveillance (Oversight) des activités
gouvernementales de la Chambre des représentants, a promis
qu'une enquête serait ouverte sur les communications de la
Maison blanche lorsque les démocrates reprendront le contrôle de
la chambre basse du Congrès en janvier. 
    "Nous voulons savoir si Ivanka a respecté la loi", a déclaré
le bureau de Cummings dans un communiqué. Une enquête sur la
correspondance de la Maison blanche avait été lancée cette année
mais les républicains, qui contrôlent actuellement l'Oversight
Committee, y ont mis un terme. 
    Peter Mirijanian, porte-parole d'Abbe Lowell, avocat
d'Ivanka Trump, a déclaré au Washington Post que contrairement à
Hillary Clinton, la fille du président n'avait pas utilisé un
serveur privé pour ses messages, ni envoyé des messages
contenant des informations confidentielles. Il a ajouté
qu'Ivanka Trump n'était pas au courant de la règlementation sur
les archives gouvernementales. 
    Ivanka Trump a remis tous ses mails liés aux affaires
gouvernementales il y a des mois afin qu'ils puissent être
archivés, a rapporté le Post. 
    Le sénateur démocrate Richard Blumenthal, membre de la
commission sénatoriale des Affaires judiciaires, a estimé peu
probable qu'Ivanka Trump ignorait les règles. Il a ajouté que
l'affaire posait à nouveau la question du mélange des genres
entre la gestion des affaires publiques et les affaires privées
de la famille Trump. 
    Il a été révélé l'an dernier que le gendre de Donald Trump,
Jared Kushner, qui occupe également un poste de haut conseiller
à la Maison blanche, avait lui aussi utilisé une messagerie
privée pour des dossiers liés au gouvernement.

 (Susan Heavey et Mike Stone; Jean-Stéphane Brosse et Jean
Terzian pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer