Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Unibail-Rodamco-Westfield : Xavier Niel s’est (de nouveau) renforcé au capital
information fournie par AOF20/05/2022 à 15:55

(AOF) - Evoluant en petite hausse dans la matinée, Unibail-Rodamco-Westfield (URW) a nettement accéléré ses gains à la mi-journée pour désormais grimper de 4,21% à 66,81 euros. Le géant des centres commerciaux profite d’une nouvelle montée au capital de Xavier Niel, via des sociétés qu’il contrôle.

Dans un document publié par l'Autorité des marchés financiers (AMF), on apprend en effet que le patron d'Iliad a franchi à la hausse le seuil des 25% du capital et détient désormais 27,07% de la foncière. Ce franchissement de seuil résulte d'une acquisition d'actions hors marché.

Xavier Niel et les sociétés avec lesquelles il agit de concert n'ont pas l'intention de prendre le contrôle d'URW, mais disent envisager de poursuivre leurs achats en fonction des conditions de marché.

En octobre 2021, Xavier Niel s'était déjà renforcé en franchissant à la hausse le seuil des 20% du capital pour détenir 23,24% d'URW. A titre de point de comparaison, c'est à 15,5% du capital que pointait Xavier Niel en avril 2021.

Fin 2020, Xavier Niel avait été une figure importante de la fronde des actionnaires ayant conduit au rejet d'un projet d'augmentation de capital ainsi qu'à un vaste renouvellement de la direction du groupe. Xavier Niel est d'ailleurs membre du conseil de surveillance d'URW.

Durement frappée par la pandémie de Covid-19 et les mesures prises pour l'endiguer, URW accuse toujours une chute de 45% en Bourse par rapport à sa capitalisation de la mi-février 2020 (pré-crise). La poursuite du désendettement du groupe sera un élément clef du dossier.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Leader mondial de l’immobilier commercial né des fusions Unibail, Rodamco et Westfield;

- Portefeuille de 54 ,5 Mds€ d’actifs et loyers de 1,7 Md€, générés par les centres commerciaux pour 95 % de centres commerciaux et par les bureaux pour 8 % de bureaux, l’apport des centres de conventions s’étant effondré ;

- Modèle économique de recentrage sur l’Europe reposant sur 3 piliers -concentration, différenciation et innovation ;

- Capital ouvert avec une position minoritaire de 23,4 % détenue par Xavier Niel, Léon Bressler présidant le conseil de surveillance de 10 membres et Jean-Marie Tritant le directoire ;

- Bilan tendu avec un effet de levier dette/Ebitda de 14,6, mais disponibilités de 12,1 Mds€ et ratio LTV de 44,7 %.

Enjeux

- Stratégie 2024 ambitionnant de redevenir un pure player européen avec un résultat d’exploitation revenu aux niveaux de 2019 et un bilan solide (LTV inférieur à 40%) via : nouvelles sources de revenus : partenariats commerciaux, exploitation des données et maximisation de la valeur des actifs via des développements mixtes /sortie totale des Etats-Unis en 2023 ;

- Innovation orchestrée par le nouveau directeur de la stratégie client, de renforcement de la préférence, de l’impact (plateforme omnicalale) et de l’agilité (internet des objets et technologies cloud) ;

- Stratégie environnementale « Better places 2030 » fondée sur 3 piliers, la qualité des immeubles, la connectivité et l’intégration dans l’environnement urbain : réduction de moitié de l’emprunte carbone et valorisation des déchets en lien avec les communautés locales ;

- Diversification dans le résidentiel par exploitation du potentiel de 2,4 Md$ de mètres carrés relevés dans le portefeuille et déjà engagée à Londres ;

- Cessions attendues de 1,5 Md€ d’actifs en Europe et réalisation des 2 Mds€ de projets en pipeline.

Défis

- Evolution de l’actif net réévalué ou ANR (159,60 €), donnée-clé du secteur foncier en Bourse, à comparer au cours de Bourse ;

- Situation financière encore tendue et sensible aux relèvements de taux ;

- Confirmation de la reprise des loyers et de la diminution du taux de vacance ;

- Objectifs 2022 d’un bénéfice net par action de 8,2 à 8,4 € ;

- Suspension du versement de dividendes jusqu’en 2022.

L'immobilier chinois toujours dans la tourmente

L’immobilier est essentiel pour la croissance de la deuxième économie mondiale. Or, après les déboires des géants Evergrande et Fantasia, d’autres plus petits promoteurs ont des difficultés à rembourser leurs dettes. Le géant Evergrande est, lui, étranglé par une dette abyssale d'environ 260 milliards d'euros. Il se bat pour payer à temps ses intérêts obligataires et livrer ses appartements, de façon à éviter une faillite qui ébranlerait tout le secteur immobilier chinois. L'OCDE estime que les risques d'un fort ralentissement en Chine se sont accrus avec les déboires d’Evergrande. Une baisse de 2 points par an de la demande intérieure chinoise sur deux ans réduirait la croissance mondiale de 0,4 point de PIB.

Valeurs associées

Tradegate -2.03%
Euronext Amsterdam -2.97%
XETRA +3.84%
LSE Intl +1.43%
OTCBB 0.00%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 20/05/2022 à 15:55:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.