Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une taxe à l'étude pour financer les régulateurs de l'UE

Reuters24/06/2014 à 17:37

LA COMMISSION EUROPÉENNE ÉTUDIE L'IDÉE D'UNE TAXE POUR FINANCER LES RÉGULATEURS

par Huw Jones

LONDRES (Reuters) - Les autorités de régulation des marchés financiers, des banques et des assureurs de l'Union européenne devraient être financées par un prélèvement direct sur les institutions du secteur, estime la Commission dans un document de travail que s'est procuré Reuters.

L'exécutif européen dresse dans ce document le bilan de l'organisation et de l'action des trois régulateurs créés en 2011 afin d'harmoniser la supervision des banques, des marchés et des assureurs dans les 28 Etats membres.

Actuellement l'Autorité européenne des marchés financiers (AEMF ou ESMA), l'Autorité bancaire européenne (ABE) et l'Autorité européenne des Assureurs et des Pensions professionnelles (AEAPP) sont financées à 60% par les autorités de régulation financières nationales et à 40% sur le budget de l'Europe.

"Etant données les contraintes budgétaires européennes et nationales, la Commission considère qu'une révision du système de financement existant devrait donc être envisagée, qui, idéalement, abolirait les contributions européenne et nationales", explique un document de travail de la Commission européenne auquel l'agence Reuters à eu accès.

"Dans ce but, la Commission lancera des travaux préparatoires afin de déterminer dans quelles conditions et par quelles nouvelles mesures (ces agences) pourraient être entièrement financées par le secteur des services financiers."

Les effectifs et les budgets des trois régulateurs sont modestes par rapport à ceux des autorités financières des grands Etats membres, telles que la Financial Conduct Authority (FCA), organisme de tutelle du secteur financier britannique, dont le budget est de 452 million de livres (563,9 millions d'euros). Le budget de l'ABE pour 2014 est de 33,6 millions d'euros.

Les Etats membres devraient bien accueillir une réforme des autorités de régulation européennes et l'Association for Financial Markets in Europe (AFME), un lobby bancaire influent, a demandé davantage de ressources notamment pour l'ESMA.

Les nouvelles réglementations adoptées dans l'Union européenne pour renforcer la surveillance du secteur après la crise financière, comme les règles plus strictes pour les produits dérivés et pour les fonds propres des banques et des assureurs, alourdiront la tâche des régulateurs, qui auront ainsi besoin d'effectifs et de ressources plus importants.

La Commission a également étudié les possibilités de renforcement des pouvoirs de ces trois agences dans la surveillance des pratiques comptables, du secteur des finances non réglementées ("shadow banking") et des infrastructures de marchés intégrées comme les chambres de compensation, une mesure à laquelle le Royaume-Uni pourrait s'opposer pour limiter une centralisation jugée trop importante des pouvoirs au niveau européen.

Le document de travail de la Commission ne propose pas pour autant de réformes radicales de ces institutions étant données les réformes importantes déjà en cours avec la prise en charge par la Banque centrale européenne (BCE) du rôle de superviseur d'environ 130 banques de la zone euro à partir de novembre.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.