Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une nouvelle affaire menace News Corp, le groupe de Murdoch

Reuters28/03/2012 à 11:50

NOUVELLES ACCUSATIONS CONTRE NEWS CORP

par Sonali Paul

MELBOURNE (Reuters) - Déjà fragilisé par le scandale des écoutes téléphoniques clandestines en Grande-Bretagne, News Corp, le groupe de médias de Rupert Murdoch, est au centre de nouvelles accusations lancées en Grande-Bretagne et en Australie.

Cette nouvelle affaire porte sur les agissements présumés d'une filiale du groupe qui aurait eu pour mission de favoriser le piratage de chaînes de télévision payante concurrentes.

L'Australian Financial Review écrit mercredi que News Corp s'est servi d'Operational Security, filiale créée au milieu des années 1990, pour saboter ses concurrents. L'émission Panorama, diffusée en Grande-Bretagne par la BBC, avait déjà fait état de soupçons similaires.

"Il s'agit d'allégations sérieuses, et toute allégation d'activité délictueuse doit être transmise à la police fédérale australienne", a déclaré à Reuters une porte-parole du ministre australien de la Communication, Stephen Conroy.

News Ltd, la branche australienne de News Corp, a condamné mercredi ces accusations.

"Cette histoire est pleine d'inexactitudes factuelles, de références imparfaites, de conclusions fantaisistes et d'accusations sans fondement, qui ont été rejetées par des tribunaux étrangers", peut-on lire dans un communiqué.

Operational Security était une branche de NDS, filiale de News Corp spécialisée dans le cryptage des signaux, une activité cruciale pour les chaînes de télévision payante.

Depuis la diffusion du reportage de Panorama, NDS a démenti "avoir jamais été en possession de codes à des fins de promouvoir le piratage" et News Corp, qui l'a vendue ce mois-ci à Cisco Systems pour cinq milliards de dollars, a dit accepter "pleinement" les assurances fournies par son ancienne filiale.

HACKERS ET ANCIENS DU RENSEIGNEMENT

Mais selon l'Australian Financial Review, les employés d'Operational Security, d'anciens policiers ou agents du renseignement, auraient recruté des "hackers" informatiques pour décrypter les codes des cartes d'accès fournies par des chaînes payantes concurrentes à leurs abonnés. Ces codes auraient ensuite été vendus sur le marché noir via des "yes cards" permettant de suivre les programmes de chaînes cryptées sans débourser le moindre centime.

L'Australian Financial Review évoque un manque à gagner se chiffrant en millions de dollars et affirme que ces agissements ont réduit la valeur de concurrents comme DirecTV aux Etats-Unis ou Telepiu en Italie, ancienne filiale de Canal Plus, facilitant leur rachat à bas coût par News Corp.

Ces accusations font écho au reportage diffusé lundi par la BBC dans le cadre de son émission documentaire. Selon les journalistes de Panorama, NDS aurait recruté un consultant pour diffuser via son site internet les codes d'accès à ITV Digital, une concurrente de Sky TV, chaîne qui appartenait alors à Murdoch.

ITV Digital, qui a accumulé les difficultés dès son lancement (rivalités entre actionnaires, absence de programmes phares, guerre des prix avec BSkyB), a disparu en 2002.

"Ces allégations, si elles sont avérées, sont les plus graves à ce jour", a commenté le député britannique Tom Watson, qui a saisi l'Ofcom, l'autorité britannique de régulation des médias et de la communication. "Si ce que Panorama dit est vrai, cela suggère l'existence d'une conspiration mondiale pour nuire à une grande entreprise britannique, ITV Digital", a-t-il dit mardi à Reuters.

UNE PLAINTE DE CANAL PLUS ABANDONNÉE EN 2003

L'Australian Financial Review, qui appartient à Fairfax Media, un rival de News Corp en Australie, dit s'appuyer notamment sur 14.400 courriers électroniques retrouvés sur le disque dur d'un ordinateur portable qu'utilisait Ray Adams, responsable pour l'Europe de NDS Operational Security de janvier 1996 à mai 2002.

"Rien ne suggère que Sky ou News Corp savait ce que faisait NDS. Mais si tout ceci est avéré, le groupe News Corp se retrouvera une nouvelle fois accusé de se comporter de façon rien moins qu'appropriée", estime Steve Hewlett, consultant spécialisé dans les médias.

Par le passé, NDS a déjà fait l'objet de plusieurs plaintes judiciaires pour piraterie présumée.

En 2002, Canal Plus avait réclamé 3 milliards de dollars de dommages et intérêts. Le groupe français, qui avait fourni à ITV Digital ses technologies de cryptage du signal, accusait NDS d'avoir "craqué" les codes et de les avoir fait fuiter sur internet.

Canal Plus a renoncé à son action en justice en 2003, lorsque News Corp a racheté à Vivendi, la maison-mère de Canal, la chaîne de télévision italienne Telepiu, rebaptisée Sky Italia.

Dans les autres dossiers judiciaires, NDS a été largement exonérée des faits qui lui étaient imputés et a même obtenu ce mois-ci 19 millions de dollars de dédommagement après le rejet d'une plainte émanant du fournisseur américain de télévision par satellite EchoStar et de la société suisse de sécurité numérique Kudelski.

Avec James Grubel, avec Georgina Prodhan à Londres, Henri-Pierre André et Benjamin Massot pour le service français


Mes listes

valeur

dernier

var.

27.82 0.00%
69.37 +1.24%
9.506 +0.06%
1.211 +0.05%
281.1 +0.16%
6.72 +0.93%
15.025 +1.73%
27.9 +1.75%
1225.92 +0.90%
18.782 -0.17%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.