Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une contraction économique en zone euro se profile début 2015

Reuters03/12/2014 à 12:22

LES INDICES PMI EN EUROPE

PARIS/LONDRES/BERLIN (Reuters) - L'activité dans le secteur privé dans la zone euro a connu en novembre une croissance encore plus lente que prévu, en dépit des fortes baisses sur les prix consenties par les entreprises, renforçant le risque d'une contraction économique au début de l'an prochain.

L'indice composite définitif des directeurs d'achats de Markit est ressorti 51,1, contre 52,1 en octobre, 52,0 en septembre et une estimation "flash" de 51,4.

"La zone euro file tout droit vers une maigre hausse de 0,1% du produit intérieur brut (PIB) au quatrième trimestre, avec une forte probabilité de quasi-stagnation, voire de nouvelle contraction au début de l'année prochaine, à moins de signes de frémissement de la demande", a déclaré Chris Williamson, analyste chez Markit.

Novembre marque le dix-septième mois de suite d'un indice PMI composite supérieur à la barre des 50 qui sépare croissance et contraction d'un activité. Mais la composante nouvelles affaires est tombée sous cette barre pour la première fois depuis la mi-2013, à 49,7 contre 50,8 en octobre, ce qui ne présage rien de bon pour décembre.

L'indice du seul secteur des services est revenu à 51,1 contre 52,3 en octobre et une estimation "flash" de 51,3, au plus bas depuis 11 mois. Les entreprises ont encore réduit leur prix en novembre, comme elles le font désormais depuis trois ans, avec une composante prix ressortie à 47,1.

En Allemagne, le secteur privé a enregistré en novembre son 19e mois consécutif de croissance, mais à un rythme au plus bas depuis 17 mois, ce qui laisse entrevoir la perspective d'une modeste progression du PIB de la première économie d'Europe sur l'ensemble de l'année.

L'indice PMI composite, qui rassemble le secteur manufacturier et celui des services, est revenu à 51,7 contre 53,9 en octobre et 54,1 en septembre. Il est inférieur à la première estimation publiée fin octobre, qui le donnait à 52,1.

Celui des services est tombé à 52,1, un creux de 16 mois, après 54,4 en octobre et 55,7 en septembre.

"L'indice PMI composite suggère que l'économie allemande va connaître, au mieux, un trimestre de croissance marginale. Les craintes d'une nouvelle contraction se sont plus fortes", a noté Oliver Kolodseike, analyste chez Markit.

Il y a près de deux mois, le gouvernement allemand a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour cette année et l'an prochain, à 1,2% et 1,3% respectivement, contre 1,8% et 2,0% auparavant, arguant de l'impact des conflits en Ukraine et au Moyen-Orient et du ralentissement des marchés à l'exportation.

En France, l'activité dans le secteur privé s'est contractée en novembre à son rythme le plus fort depuis neuf mois, les services accusant un net recul.

L'indice composite est ressorti à 47,9 contre 48,2 en octobre. Il est ainsi inférieur au niveau publié en première estimation "flash" (48,4) et reste sous la barre de 50.

L'indice du secteur des services est lui aussi ressorti à 47,9 contre 48,3 en octobre et 48,8 en première estimation, ce qui constitue là encore le repli le plus fort depuis neuf mois.

"Les données PMI de novembre mettent en évidence un renforcement de la contraction dans le secteur des services français", souligne Jack Kennedy, économiste chez Markit. "La conjoncture restant également difficile dans l'industrie manufacturière, les mauvaises performances du secteur privé devraient peser sur le niveau du PIB au quatrième trimestre."

En Italie, l'activité du secteur des services a augmenté pour le deuxième mois de suite, et les entreprises se montrent plus confiantes pour l'avenir, des éléménts de bon augure pour le pays, entré dans sa troisième récession en six ans.

L'indice PMI Markit/Adaci du secteur est remonté à 51,8, contre 50,8 en octobre et 48,8 en septembre. Les 14 analystes interrogés par Reuters avaient anticipé un indice médian de 50,2.

Malgré la hausse de l'indice principal, certains composants, comme celui des nouvelles affaires et celui de l'emploi, sont ressortis en-deçà du seuil des 50.

"Le secteur des services est parvenu à une modeste croissance en novembre (...) Mais les carnets de commandes continuent de diminuer assez vite (...)", souligne Phil Smith, économiste chez Marit

L'indice PMI composite, qui rassemble services et secteur manufacturier, s'est établi à 51,2 après 50,4 en octobre.

En Espagne, le secteur des services a signé en novembre son treizième mois consécutif de croissance, mais à un rythme qui est le moins marqué en un an, ce qui peut être un signe que l'élan de la reprise bat de l'aile.

L'indice PMI Markit sectoriel s'est ainsi établi à 52,7 contre 55,9 en octobre, 55,8 en septembre et 58,1 en août.

"Novembre a été un mois difficile pour les prestataires de services, avec un ralentissement de la croissance des nouvelles affaires (...)", note Andrew Harker, économiste chez Markit.

"Un point positif vient de l'indice d'activité future, qui s'est maintenu, ce qui peut alimenter l'espoir que le ralentissement de la croissance du mois de novembre n'était qu'un accroc."

L'économie espagnole a crû de 0,5% au troisième trimestre, portée par un rebond de la consommation des ménages. Certains économistes estiment cependant que le pays va pâtir du ralentissement à l'oeuvre dans d'autres pays de la zone euro, ses principaux partenaires commerciaux.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.