Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un rapprochement Peugeot-Dongfeng n'inquiète pas GM

Reuters28/09/2013 à 00:41

UN RAPPROCHEMENT PEUGEOT-DONGFENG N'INQUIÈTE PAS GM

par Ben Klayman

NEW YORK (Reuters) - General Motors estime que son partenariat avec PSA Peugeot Citroën ne serait pas remis en cause si le groupe français nouait une alliance avec le chinois Dongfeng Motor Group, a déclaré vendredi un haut dirigeant du groupe américain.

Reuters a rapporté en juin que la famille Peugeot était disposée à céder le contrôle de PSA si elle parvenait à convaincre General Motors (GM) de renforcer l'alliance entre les deux groupes automobiles.

Il y a deux semaines, le quotidien Les Echos a écrit que PSA avait mandaté deux banques pour réfléchir aux modalités d'une alliance capitalistique avec Dongfeng tout en préservant le partenariat avec GM.

"Nous ne sommes pas le seul partenaire de PSA, (...) donc je ne crois pas que cela compliquerait notre situation plus que cela ne compliquerait la situation de certains de leurs autres partenaires", a déclaré vendredi à Reuters Steve Girsky, vice-président de GM en référence à une éventuelle alliance PSA-Dongfeng.

Il a toutefois reconnu que l'impact d'une telle alliance sur les relations entre GM et PSA dépendrait de l'influence qu'aurait Dongfeng.

Il a ajouté qu'il faudrait aussi prendre en compte l'éventuelle commercialisation en Chine des voitures produites par une alliance PSA-Dongfeng, GM étant pour sa part allié sur le marché chinois à SAIC Motor.

Le constructeur américain, deuxième actionnaire du français, avec 7% du capital, derrière la famille Peugeot, a pour l'instant refusé d'apporter des capitaux supplémentaires à PSA, une position réaffirmée vendredi par Steve Girsky.

PAS DE DISCUSSIONS GM-PSA SUR LE CAPITAL

"Nous avons acheté nos 7% d'abord parce que nous voulions jouer un rôle important dans PSA mais aussi parce que nous voulions, à ce moment-là, les aider à réaliser leur augmentation de capital", a-t-il expliqué.

Il a précisé que PSA n'avait pas évoqué le sujet avec GM récemment et il s'est refusé à dire si le groupe américain accepterait de voir sa participation diluée.

"Nous n'avons pas eu de discussions. Nous ne savons pas ce qu'ils vont faire: quand ils auront décidé ce qu'ils vont faire, ils décrocheront leur téléphone pour nous appeler", a-t-il dit.

Steve Girsky a expliqué que le redressement des activités européennes de GM était la priorité du groupe et que l'alliance avec PSA était censée y contribuer.

GM et PSA coopèrent notamment pour développer deux nouveaux modèles utilisant la même plate-forme à partir de 2016, mais leurs discussions portent aussi sur des produits non-identifiés, destinés en priorité au marché européen, a-t-il expliqué.

Les activités européennes du groupe américain sont déficitaires depuis plus de dix ans et, pour tenter de redresser la situation, le groupe a promis 5,2 milliards de dollars d'investissements d'ici 2016 en échange d'un vaste plan de réduction des coûts.

Opel, la filiale allemande du groupe, est en passe, pour la première fois en 15, de ne pas perdre de parts de marché en Europe, a souligné Steve Girsky vendredi.

Il a précisé que les discussions avec les syndicats d'Opel se poursuivaient sur le projet de fermeture fin 2014 de l'usine allemande de Bochum, qui emploie 3.300 personnes.

Marc Angrand pour le service français


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.