Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un rapport pour isoler le risque au sein des banques de l'UE

Reuters02/10/2012 à 21:02

par John O'Donnell

BRUXELLES (Reuters) - Un comité d'experts européen a préconisé mardi la séparation entre les activités de dépôt des banques et leurs activités à risque, s'attirant immédiatement les critiques du secteur même s'il se garde bien de prôner une véritable scission des groupes concernés.

Les recommandations du collège d'experts formé par la Commission européenne visent à éviter aux contribuables européens d'avoir à supporter le coût de nouveaux plans de sauvetage et à protéger leur épargne contre le risque de faillites bancaires.

Dans leur rapport, ces experts, présidés par le gouverneur de la Banque de Finlande Erkki Liikanen, recommandent entre autres une "séparation juridique (...) des activités financières particulièrement risquées et des dépôts", qui inclurait les activités en compte propre des banques (les investissements réalisés avec leurs propres capitaux et non ceux des clients) et "les activités étroitement liées aux titres et aux dérivés".

De telle propositions, si elles étaient mises en oeuvre, auraient évidemment de lourdes conséquences pour bon nombre des principales banques européennes, comme BNP Paribas, Deutsche Bank ou Barclays.

"Notre objectif était que l'activité de trading des banques ne soit plus importante au point d'être capable de faire s'écrouler le groupe", a expliqué Hugo Bäzinger, membre du groupe d'experts.

Le rapport s'inspire en partie de réformes bancaires déjà mises en oeuvre aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.

Une séparation claire entre la banque d'investissement et la banque de dépôt permettrait à cette dernière de poursuivre ses activités même si d'autres branches du groupe étaient en difficulté, expliquent des experts.

L'UNION BANCAIRE D'ABORD

Mais cette perspective est vivement critiquée par le secteur: l'Association for financial markets in Europe (AFME), qui représente de grandes banques comme HSBC ou Deutsche Bank, a mis en garde contre la tentation de réformes structurelles, en affirmant que la régulation affectait déjà le secteur.

"Nous ne croyons pas à la nécessité de nouveaux changements apportés à la structure du secteur bancaire", a déclaré son directeur général Simon Lewis.

De son côté, la Fédération bancaire française estime dans un communiqué qu'une éventuelle réforme devra "éviter des mesures ayant pour conséquence une hausse disproportionnée des coûts, voire la disparition de certaines activités de marché utiles à l'économie, ce qui nuirait à la compétitivité de l'économie européenne, donc à la croissance et à l'emploi".

Elle se félicite néanmoins du fait que "le rapport reconnaît l'efficacité du modèle de banque universelle au service des clients, qui est celui des banques françaises".

Le Comité du secteur bancaire allemand a également critiqué les recommandations du rapport Liikanen visant à encadrer davantage les activités de trading, estimant que cela pourrait affecter la gestion du risque.

Le rapport préconise également d'imposer des pertes aux porteurs d'obligations émises par une banque dans le cas où celle-ci serait renflouée par des capitaux publics.

Même si elles alimentent déjà le débat, il est peu probable que ces recommandations soient rapidement mises en application par la Commission européenne.

La priorité du moment à Bruxelles est en effet la création de l'union bancaire, ce qui implique une supervision unique de l'ensemble des 6.000 banques de la zone euro.

"Ce rapport va nourrir notre réflexion sur la nécessité de nouvelles initiatives", a déclaré Michel Barnier, commissaire européen au Marché intérieur.

"Je vais réfléchir aux prochaines étapes, pendant lesquelles la Commission étudiera l'impact de ces recommandations à la fois sur la croissance et la sécurité et intégrité des services financiers."

Avec Huw Jones à Londres et Philipp Halstrick à Berlin, Tangi Salaün et Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.