1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Un député ougandais recommande aux hommes de frapper leur femme
Reuters14/03/2018 à 15:50

    KAMPALA, 14 mars (Reuters) - Un député ougandais a provoqué
les vives réactions des féministes et des associations de
défense des droits humains en invitant les hommes à battre leur
femme "afin de les discipliner".
    Les propos d'Onesmus Twinamasiko faisaient suite à un
discours du président Yoweri Museveni à l'occasion de la Journée
internationale des droits de la femme, le 8 mars dernier. Le
chef de l'Etat avait alors condamné les mauvais traitements
infligés par certains hommes à leur épouse, en dénonçant leur
"lâcheté".
    "En tant qu'homme, vous devez discipliner votre épouse. Vous
devez la battre un peu pour la mettre sur les rails", a déclaré
Onesmus Twinamasiko dans un entretien accordé à la chaîne de
télévision NTV Uganda le 10 mars.
    Lundi dernier, interrogé par la BBC, le député a condamné
les violences "qui peuvent causer des blessures, voire la mort"
mais a défendu l'usage des "gifles".
    A Reuters, il a affirmé que ses propos avaient été mal
compris et qu'il avait cherché à faire de l'humour.
    Pour Diana Kagere, du Centre de prévention de la violence
domestique (CEDOVIP), "il est choquant de voir un membre du
Parlement (...) employer de tels mots qui justifient la
violence". Le député, a-t-elle ajouté, devrait présenter des
excuses publiques aux femmes et à toute la Nation car il
conteste ainsi la Constitution "qu'il a pourtant juré de
protéger".

 (Elias Biryabarema, Guy Kerivel pour le service français, édité
par Arthur Connan)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer