Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un budget grec 2016 sous le signe de l'austérité

Reuters05/10/2015 à 22:03

ATHÈNES PRÉSENTE UN BUDGET SOUS LE SIGNE DE L'AUSTÉRITÉ

par Renee Maltezou et Lefteris Papadimas

ATHENES (Reuters) - Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a lancé lundi un vibrant appel en faveur d'un allègement de dette pour Athènes, s'exprimant peu après la présentation d'un projet de budget 2016 caractérisé par les mesures d'austérité réclamées par les créanciers internationaux du pays en échange d'une nouvelle aide.

La Grèce devrait voir son produit intérieur brut (PIB) reculer de 2,3% cette année, puis encore de 1,3% en 2016 avant que le pays ne renoue avec la croissance en 2017, lit-on dans ce projet de budget.

Après sept mois de négociations houleuses avec l'Union européenne et le Fonds monétaire international, Athènes a accepté cet été d'entreprendre de nouvelles coupes budgétaires et des mesures de réforme économiques en contrepartie d'un nouveau programme d'aide d'un montant de 86 milliards d'euros qui lui a permis de rester dans la zone euro.

Alexis Tsipras a été réélu le mois dernier sur la promesse de mettre en oeuvre le programme d'aide conclu cet été avec les créanciers internationaux de la République hellénique et sur celle de soulager les souffrances des plus pauvres.

Le projet de budget, soumis au parlement par le ministère des Finances juste avant que le Premier ministre ne présente son programme de politique générale pour les quatre prochaines années, prévoit un total de 6,4 milliards d'euros de mesures d'austérité, dont 4,34 milliards en 2016.

Les ministres des Finances de la zone euro ont accepté de discuter d'une éventuelle restructuration de la dette de la Grèce si les créanciers, à l'issue d'une première inspection qui devrait s'achever d'ici la fin de l'année, jugent que le pays respecte les conditions attachées au plan d'aide.

Jeroen Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe, a estimé que le gouvernement grec s'appliquait bien à mettre en oeuvre les mesures définies dans le cadre du nouveau plan d'aide international.

"Depuis que nous avons conclu un accord avec le gouvernement d'Alexis Tsipras, de gros efforts ont été faits pour la mise en oeuvre du programme", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Luxembourg.

"Le gouvernement grec comprend parfaitement que nous ne pouvons aller de l'avant dans le processus de recapitalisation des banques, dans celui d'un allègement de dette, ou de mesures en matière d'endettement, tant que l'inspection n'est pas terminée."

L'ENDETTEMENT VA MONTER À 197,7% DU PIB EN 2016

Dans son discours, Alexis Tsipras a déclaré que le gouvernement ferait voter toutes les lois nécessaires pour passer le test de cette première inspection, ajoutant qu'il gardait la porte ouverte à des renégociations en matière d'endettement.

"Nous proposerons un rallongement des maturités, une baisse des taux d'intérêt (...) nous proposerons une clause de croissance (liant le service de la dette à la hausse du PIB) et une période de grâce (sur le paiement du service de la dette) prolongée afin d'arriver à une marge de manoeuvre budgétaire suffisante pour soutenir l'investissement et restructurer notre Etat providence", a-t-il dit.

Le Premier ministre a ajouté anticiper un retour à la croissance de l'économie grecque vers le milieu de l'année prochaine et un début d'accès au marché des capitaux d'ici 20 mois, soit lors du premier semestre 2017.

"La mise en place du programme d'aide est nécessaire mais ne suffit pas en elle-même. Nous avons besoin d'un tissu d'action parallèles (...) au cours des 20 prochains mois pour atteindre notre objectif de reconstitution des liquidités (...)", a poursuivi Alexis Tsipras.

Le projet de budget retient un déficit budgétaire primaire, soit avant le service de la dette, représentant 0,24% du PIB pour 2015 puis un excédent de 0,5% pour l'année prochaine.

L'endettement de l'Etat grec devrait culminer à un ratio représentant 197,7% du PIB en 2016, niveau qui prend en compte les 86 milliards d'euros de nouveaux prêts consentis dans le plan d'aide conclu en août.

Selon le projet de budget, l'Etat devrait bénéficier d'un retour progressif au marché des capitaux "dans les années à venir".

(Avec la contribution de Francesco Guarascio à Luxembourg, Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Mes listes

valeur

dernier

var.

88.8 +0.34%
6.064 -1.56%
1.958 -2.10%
57.9 -1.36%
98.98 -1.07%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.