1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Un Brexit sans accord, plus grave que la crise financière de 2008 - Banque d'Angleterre
Reuters28/11/2018 à 18:43

    * Londres défend son plan, "le meilleur possible"
    * La Banque d'Angleterre tire la sonnette d'alarme sur
l'impact
d'un Brexit sans accord
    * Philip Hammond dément pratiquer la "stratégie de la peur"
alors
que les députés voteront le 11 décembre

 (Actualisé avec Banque d'Angleterre)
    par David Milliken, Huw Jones et William Schomberg
    LONDRES, 28 novembre (Reuters) - Les autorités britanniques
ont multiplié mercredi les mises en garde en cas de Brexit sans
accord, la Banque d'Angleterre (BOE) notamment affirmant qu'une
telle issue provoquerait un choc plus violent pour l'économie
britannique que la crise financière de 2008.
    Dans ce "scénario du pire", le PIB britannique se
contracterait de 8% en l'espace d'un an environ, le taux de
chômage monterait à 7,5% et l'inflation à 6,5%. De même,
poursuit l'estimation de la BOE, les prix de l'immobilier
chuteraient de 30% et la livre perdrait un quart de sa valeur.
    Cette sortie sans accord n'est pas le scénario que les
économistes de la Banque d'Angleterre jugent le plus probable.
Mais il reste une issue plausible alors que Theresa May doit
encore faire approuver par un Parlement qui semble pour l'heure
réticent l'accord conclu par les négociateurs de Londres et de
Bruxelles et validé le week-end dernier par les chefs d'Etat et
de gouvernement des Vingt-Sept réunis en sommet extraordinaire à
Bruxelles.  
    "Notre travail n'est pas d'espérer le meilleur, mais de nous
préparer au pire", a dit le gouverneur de la Banque
d'Angleterre, Mark Carney, lors d'une conférence de presse.
    Dans tous les cas de figure étudiés par la Banque
d'Angleterre, le tableau est moins positif que dans ses
estimations préalables au référendum du 23 juin 2016 par lequel
les Britanniques se sont majoritairement prononcés pour une
sortie de l'Union européenne.
    Dans un rapport distinct, le gouvernement britannique évoque
lui aussi de graves conséquences pour l'économie tout en
reconnaissant que l'économie du pays pâtira de toutes façons de
la sortie de l'Union européenne même si l'accord conclu dimanche
dernier à Bruxelles - et toujours très contesté au Royaume-Uni -
est entériné.
    Si la sortie du Royaume-Uni de l'UE se fait aux termes de
cet accord, Londres prévoit dans quinze ans une économie
nationale en baisse de 2,1% par rapport à ce qu'elle serait si
le pays restait dans l'UE.
    En cas de Brexit sans accord, souligne le rapport
britannique, la baisse de l'économie britannique serait de 7,7%
dans quinze ans.
    
    STRATÉGIE DE LA PEUR ?
    Les opposants à la sortie du Royaume-Uni de l'Union ont
aussitôt saisi l'occasion pour dénoncer les "fausses promesses"
des Brexiters sur l'ère de prospérité qui serait censée suivre
le divorce fixé au 29 mars 2019.
    "Il a fallu attendre ce matin pour que le chancelier
(ministre des Finances Philip Hammond) admette finalement une
chose: il serait préférable que nous restions dans l'UE", a
déclaré la députée travailliste Alison McGovern. 
    Les secteurs les plus touchés en cas de "no-deal" seraient
l'automobile et la chimie, affectant plus de 20% de la
production, précise le rapport gouvernemental.
    Les prévisions du gouvernement supposent qu'aucun changement
n'affecte les règles sur l'immigration mais que des normes
non-tarifaires (environnementales, sociales ou sanitaires)
soient introduites au Royaume-Uni. Pourtant, l'hostilité à
l'immigration avait été en juin 2016 l'un des moteurs du vote en
faveur du Brexit.
    Le ministre des Finances a assuré que le projet d'accord
défendu par la Première ministre Theresa May était le meilleur
possible pour le Royaume-Uni.
    "Si le seul critère était l'économie, alors les analyses
montrent clairement que le maintien dans l'Union européenne
serait la meilleure solution pour l'économie mais pas de
beaucoup", a affirmé Philip Hammond.
    Il a réfuté au passage l'idée selon laquelle le gouvernement
chercherait à effrayer les députés britanniques qui doivent se
prononcer le 11 décembre par un vote sur l'accord conclu avec
les Européens. Le Parlement de Westminster est loin d'être
acquis à la position de la Première ministre.
    "Je n'essaie d'effrayer personne et je rejette le terme
d'alarmiste", a affirmé Hammond.
    Les partisans d'une rupture plus franche avec l'UE
reprochent pourtant au gouvernement de jouer sur les peurs pour
faire approuver son projet. "Il faut convaincre les gens, pas
les effrayer", a dit l'ancien ministre du Brexit Dominic Raab.
    
    MAY EN TOURNÉE
    Theresa May a entamé mardi en Irlande du Nord une tournée à
travers le Royaume-Uni destinée à défendre son accord. Elle
s'est rendue mercredi en Ecosse.
    Pour elle, point de salut hors de l'accord trouvé avec
Bruxelles: s'il est rejeté par les députés britanniques,
affirme-t-elle, ce sera un Brexit sans accord, avec de terribles
conséquences économiques, ou alors un report de la sortie du
pays de l'Union, voire pas de sortie du tout.
    May a souligné mercredi qu'il serait impossible d'organiser
un second référendum - dont elle ne veut pas - sur la sortie du
Royaume-Uni de l'Union européenne avant le 29 mars prochain,
date fixé pour le Brexit.  
    La date du 29 mars découle de l'Article 50 du traité
européen, qui encadre la procédure de départ d'un Etat membre de
l'UE et fixe un délai de deux ans pour négocier les modalités du
divorce.
    Theresa May l'ayant activé le 29 mars 2017, le Brexit sera
effectif le 29 mars 2019 sauf si ce délai est prolongé, ainsi
que l'autorise le traité européen. Mais cette prorogation doit
être décidée à l'unanimité du Conseil européen et "en accord
avec l'Etat membre concerné".  
    
    VOIR AUSSI
    ENCADRE Et si May ne parvient pas à convaincre les députés ?
 

    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
ENCADRE Et si May ne parvient pas à convaincre les députés ?   
 
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^>
 (Avec William James, Guy Faulconbridge et Andrew MacAskill;
Pierre Sérisier, Guy Kerivel et Henri-Pierre André pour le
service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

11.06 +3.46%
4840.38 -0.15%
1.1385 +0.20%
13.38 +0.15%
57.41 +1.11%

Les Risques en Bourse

Fermer