Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un accord est proche sur l'actionnariat d'EADS, dit Hollande

Reuters03/12/2012 à 19:57

FRANÇOIS HOLLANDE DÉCLARE QU'UN ACCORD SUR L'ACTIONNARIAT D'EADS EST PROCHE

par Elizabeth Pineau

LYON (Reuters) - François Hollande a déclaré lundi que les discussions entre Paris et Berlin sur la structure de l'actionnariat et la gouvernance du groupe d'aéronautique, d'espace et de défense EADS étaient sur le point d'aboutir.

Les négociations sur une refonte du tour de table du groupe se sont accélérées après l'échec récent du projet de fusion entre EADS et le britannique BAE Systems qui a révélé la fragilité de l'actuel pacte d'actionnaires conclu en 2000.

L'Allemagne souhaite détenir une participation directe dans le capital et surtout égale à celle de la France afin de maintenir une délicate balance des pouvoirs entre les deux pays.

Après l'échec de la fusion entre EADS et BAE Systems, "nous avons à recomposer un pacte d'actionnaires", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse à Lyon clôturant un sommet franco-italien.

"Nous y travaillons, un accord est proche, il n'est pas encore complètement signé et il doit permettre de donner de la stabilité mais également aussi une démarche d'avenir pour cette grande entreprise", a ajouté François Hollande.

Dans le cadre du nouveau pacte, la France et l'Allemagne devraient avoir chacune quelque 12% du capital et des droits de vote, l'Espagne 4%, ce qui permettrait à ce noyau dur d'actionnaires de rester sous le seuil de 30% qui déclenche automatiquement une OPA selon la réglementation boursière des Pays-Bas où se trouve le siège du groupe.

EADS a confirmé lundi dans un communiqué l'existence de discussions entre ses grands actionnaires, un porte-parole du ministère allemand de l'Economie se montrant pour sa part optimiste sur les chances d'aboutir rapidement.

Actuellement, l'Etat français détient 15% du capital directement et le groupe de médias Lagardère 7,5%. Pour descendre à 12%, Paris devrait ainsi isoler 3% du capital dans une structure de droit néerlandais afin de les priver de droits de vote.

AIRBUS PENSE AMÉLIORER SA RENTABILITÉ CHAQUE ANNÉE

Du côté allemand, Daimler possède 15% d'EADS et un consortium de sept banques allemandes (Dedalus) se partage 7,5%.

Pour parvenir à 12% du capital, Berlin achèterait 7,5% au consortium Dedalus et 4,5% à Daimler, ont déclaré à Reuters des sources proches des discussions. Le groupe industriel céderait 3% sur le marché.

Lagardère et Daimler conserveraient ainsi chacun 7,5% du capital mais en dehors du pacte, ce qui leur laisserait la possibilité de sortir au moment opportun comme ils en ont exprimé le souhait.

Selon la presse, les discussions portent également sur la répartition des sièges au comité exécutif. La France et l'Allemagne auraient chacune deux sièges et l'Espagne en compterait un.

Le titre EADS a clôturé lundi en hausse de 2,14% à la Bourse de Paris, soutenu par l'espoir d'une issue prochaine de ces discussions et par les propos optimistes du groupe lors d'une journée de présentation de sa stratégie aux investisseurs, organisée à Londres.

Lors d'une interview accordée dans ce cadre à Reuters, le président d'Airbus, principale filiale d'EADS, a déclaré que le constructeur aéronautique disposait du potentiel nécessaire pour accroître chaque année sa rentabilité, à condition de bien maîtriser le calendrier de lancement de ses programmes et de ses livraisons.

EADS a annoncé aux investisseurs qu'il visait une marge opérationnelle de 10% d'ici 2015 hors coûts de développement de son futur long-courrier A350, contre 4,3% actuellement.

Avec Cyril Altmeyer et Tim Hepher à Londres, Benjamin Mallet et Jean-Michel Bélot, édité par Dominique Rodriguez


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.