Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

UE-L'industrie manufacturière en recul partout, sauf en Allemagne

Reuters 09/03/2017 à 18:36
    PARIS, 9 mars (Reuters) - Le poids de l'industrie 
manufacturière dans l'économie  européenne a sensiblement reculé 
entre 1995 et 2015, un phénomène qui a touché tous les grands 
pays à l'exception de l'Allemagne, selon une étude publiée jeudi 
par l'Insee. 
    La valeur ajoutée du secteur a progressé de 2,4% en moyenne 
annuelle sur ces vingt années, un rythme inférieur à la 
croissance de l'ensemble de l'économie (+3,5%), ce qui fait 
qu'au bout du compte son poids est passé de 19,6% à 15,9% sur la 
période. 
    Le recul a été marqué pour le Royaume-Uni (17,5% à 9,8%), la 
France (16,2% à 11,2%) et l'Italie (20,9% à 15,8%), plus limité 
en Espagne (17,6% à 14,2%). L'Allemagne, première économie 
européenne, a sauvé les meubles avec une proportion stable à 
22,8%. 
    Ces reculs tiennent pour l'essentiel à un "effet prix" et, 
dans une moindre mesure, à la diminution des volumes produits, 
souligne l'Insee. 
    Pour la France, c'est "l'effet prix" qui l'emporte, en 
raison des gains de productivité élevés et plus rapides dans 
l'industrie manufacturière que dans le reste de l'économie. 
    L'effet "volume" a été en revanche prépondérant pour le 
Royaume-Uni et l'Espagne, alors que les prix et les volumes ont 
joué tout autant pour l'Italie. 
    En Allemagne, les deux se sont compensés, les prix du 
secteur manufacturier progressant un peu moins vite et les 
volumes un peu plus vite que dans le reste de l'économie. 
    S'agissant plus spécifiquement de la France, l'Insee 
explique la baisse du poids de l'industrie manufacturière par 
trois phénomènes structurels : l'externalisation par les 
entreprises du secteur d'une partie de leurs activités vers les 
services, la montée de la concurrence étrangère et une structure 
de la demande des consommateurs qui se déforme au profit des 
services. 
    Les mêmes phénomènes sont constatés dans d'autres pays mais 
à des degrés difficiles à évaluer en raison des différences de 
nomenclatures selon les grandeurs économiques étudiées. 
    En Allemagne, l'industrie manufacturière a bénéficié en 
outre de ses bonnes performances à l'exportation et aussi d'une 
progression moins forte de la demande des ménages pour les 
services.  
    Ainsi l'écart de croissance entre les consommations de 
services principalement marchands (hors services financiers) et 
de biens a été de 0,9 point en moyenne annuelle en Allemagne 
entre 1995 et 2015 contre 1,4 point en France et jusque 2,3 
points en Italie.   
    Il a été encore plus bas au Royaume-Uni (+0,3 point), un 
pays où les services financiers consommés par les 
ménages se développent fortement : +6,2% en moyenne sur 
l'ensemble de la période, contre +2,2% pour l'Union européenne 
et +0,4% pour la zone euro. 
     
    L'étude de l'Insee : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2654972 
 
     
 
 (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

5403.41 -0.16%
0.89195 +0.01%
1.13235 -0.19%
7.3305 +1.43%
2.84 +2.90%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.