Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Ubisoft bien orienté, Deutsche Bank débute le suivi à l'Achat
information fournie par AOF23/06/2022 à 10:57

(AOF) - Ubisoft gagne 0,49% à 43,25 euros et échappe ainsi au recul de la Bourse parisienne. L'éditeur de jeux vidéo est soutenu par Deutsche Bank, qui a entamé le suivi avec une recommandation d'Achat et un objectif de cours de 60 euros. Le bureau d'études rappelle qu'Ubisoft a fortement sous-performé ses pairs au cours de ces dernières années en raison notamment de fréquents retards dans la sortie de jeux et d'abaissements d’objectifs.

Pour autant, l'analyste juge que le groupe français pourrait afficher des résultats supérieurs aux attentes au cours des exercices 2024 et 2025. " Les efforts de développement importants déployés récemment portent enfin leurs fruits sous la forme de sorties AAA prometteuses (par exemple Avatar : Frontiers of Pandora, Skull & Bones) et du lancement de jeux free-to-play et mobile haut de gamme, explique le spécialiste.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Troisième éditeur mondial indépendant de jeux vidéo créé en 1986 détenant les franchises phares Assassin’s Creed, Just Dance, Watch Dogs, Far Cry et les séries Tom Clancy (Splinter Cell, Ghost Recon, Rainbow…) avec 141 millions de joueurs actifs;

- Chiffre d'affaires de 2,2 Mds€ réparti entre l’Amérique du nord pour 50 %, l’Europe pour 37 % et l’Asie-Pacifique pour 11 %) ;

- Jeux disponibles sur tout support : 33 % sur Playstation, 21 % sur XBox, 23% sur PC, 11 % sur Nintendo et 8 % sur mobiles ;

- 5 forces pour le modèle d’affaires : détention de la totalité des marques, intégration des nouveautés technologiques dans la politique R&D (type Google Stadia pour Assassin’s Creed Odyssey), maîtrise de la production interne à 96 %, puis montée en puissance de la récurrence des revenus (64 % apportés par le « back catalogue ») et de la rentabilité via la digitalisation ;

- Capital détenu par 2 actionnaires de référence -à 15,9 % du capital et 23,3 % des droits de vote par les frères fondateurs et la famille Guillemot et à 4 % par les salariés, Yves Guillemot étant président directeur général du conseil d'administration de 11 membres ;

- Bilan solide, avec 1,7 Md€ de capitaux propres, 80 M€ de dette nette et 1,6 Md€ de trésorerie.

Enjeux

- Stratégie menée pour la communauté de joueurs : création et production de jeux video sur tous supports, dématérialisés, multi-joueurs et multi-plateformes via Ubisoft Connect / développement de franchises / respect des données des joueurs / qualité des infrastructures, renforcée par l’acquisition de l’hébergeur i3D.net ;

- Stratégie d'innovation menée par les départements Knowledge management et Groupe technologique d'une part, l'Innovation Lab d'autre part : ouverte sur l'animation et le film via Motion Pictures (série Les lapins crétins) / développant le streaming et le cloud gaming ;

- Stratégie environnementale pilotée par le Bilan BEGES et saluée par Sustain Analytics : recours aux énergies renouvelables pour les data centers français et canadiens / séquestration des émissions de GES et réduction des émissions par employé de 8,8 % en mars 2024, par rapport à 2019 / membre de Playing for the Planet ;

- Retombées de l’intégration de Ketchapp dont certains jeux seront intégrés dans le portable Weixin -980 millions d’utilisateurs- du chinois Tencent et développement d’un nouveau jeu Star Wars avec Lucasfilm Game ;

- Visibilité de l’activité avec un carnet de commandes égal au chiffre d’annuaires annuel ;

- Puissance de production via l’organisation « Lead associate » des 45 studios de création, et technologies de pointe (Anvil et Snowdrop pour les moteurs, Ubisoft connect et I3D.net pour la distribution, le Web3, la VR, le voxel…).

La révolution du métavers - Ubisoft a réalisé une première étape dans la concrétisation de son métavers à travers le lancement d’Ubisoft Quartz, une plateforme où les joueurs pourront se procurer des objets virtuels certifiés et traçables sur une blockchain. De nouveaux acteurs ont levé ces derniers mois des centaines de millions de dollars. Leurs jeux (« Axie Infinity » ou «Blankos Block Party»), encore confidentiels, permettent aux utilisateurs d'être propriétaires de leurs avatars ou de parcelles de terrain virtuel, qu’ils peuvent ensuite revendre à d'autres joueurs. Niantic, éditeur du jeu vidéo «Pokémon Go», vient de lever 300 millions de dollars pour financer des firmes opérant dans le métavers. La société s’est rapidement positionnée sur cette technologie dont est issu «Pokémon Go», qui a généré plus de 5 milliards de dollars de revenus depuis sa sortie.

Valeurs associées

Euronext Paris -3.08%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 23/06/2022 à 10:57:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.