1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ubisoft : après un sévère warning, et maintenant ?
Cercle Finance05/11/2019 à 13:27

(CercleFinance.com) - Les actionnaires d'Ubisoft doivent actuellement faire preuve d'un moral d'acier. Après avoir dépassé les 85 euros au début du printemps, l'action est passée brièvement sous les 40 euros le 25 octobre après le lancement d'un 'warning' retentissant. Aujourd'hui remontée sur les 50 euros, elle perd toujours plus de la moitié de sa valeur depuis l'été 2018. Et maintenant ?

L'un des facteurs qui ont pénalisé l'éditeur français de jeux vidéos : les maigres début du jeu Ghost Recon Breakpoint, et dans une moindre mesure de ceux de The Division 2. Autre facteur découlant des problèmes constatés sur Ghost Recon Breakpoint : la décision de la direction de décaler le lancement de Gods & Monsters, Rainbow Six Quarantine et Watch_Dogs Legion.

Retour en arrière : lors de l'exercice 2018/2019, les 'net bookings' (soit le chiffre d'affaires ajusté, dans le jargon maison) avait pris 17,1% à 2,03 milliards d'euros, accompagnés d'un résultat opérationnel non IFRS de 446 millions (+ 48,6%). Jusqu'alors, Ubisoft tablait en 2019/2020 sur des 'net bookings' de l'ordre de 2.185 millions d'euros et un résultat opérationnel dans les mêmes termes de 480 millions. Tout cela a été remis en cause le 25 octobre et les chiffres visés sont maintenant de respectivement... 1.450 millions et d'entre 20 et 50 millions. Voilà ce qui s'appelle un 'double warning' et justifie le décrochage du titre en Bourse.

Précisons qu'en raison du décalage précité, Ubisoft a aussi formulé ses premières prévisions pour 2020/2021 sous le signe de la normalisation, avec des 'net bookings' qui seraient de l'ordre de 2,6 milliards et un résultat opérationnel autour de 600 millions.

Malgré sa chute récente, plusieurs bureaux d'études sont restés positifs sur le dossier Ubisoft. D'ailleurs, Oddo BHF est revenu à l'achat le 31 octobre, en visant 65 euros. Les spécialistes estiment que les problèmes rencontrés par Ghost Recon Breakpoint ne sont pas récurrents. 'Nous rappelons (...) l'historique favorable des précédentes gestions de crise et constatons que les développements impressionnants du groupe ces dernières années dans le digital lui assurent dorénavant de rester profitable en l'absence de lancement de jeux à gros volumes', ajoute une note. Oddo affiche aussi sa confiance dans le retour de la croissance, 5 lancements de jeux 'AAA' étant attendus en 2020/2021.

'La décote des multiples de valorisation par rapport aux principaux comparables américains (qui ont rencontré également d'importants problèmes l'année dernière) nous paraît excessive', ajoute une note.

Son de cloche similaire pour Credit suisse, toujours à l'achat ('surperformance). Ubisoft entend renforcer le contrôle qualité des prochains jeux qui sortiront, et se montre optimiste alors que la prochaine génération de consoles sortira fin 2020. Ubisoft s'estime aussi de taille face à Fortnite, Apex Legends ou Call of Duty, relève une note. Même si Credit suisse reconnaît que 'la restauration de la confiance prendra du temps, aucune publication majeure n'étant attendue avant septembre 2020', il vise 74 euros sur l'action Ubisoft.

Citons enfin les spécialistes parisiens de Midcap Partners / Louis Capital Markets, qui eux non plus ne lâchent pas l'affaire et restent à l'achat, en visant 80 euros. 'Grâce aux trois jeux décalés sur l'exercice à venir, le groupe possède désormais une très forte visibilité sur son potentiel de croissance', indique une note titrée 'Sans les mains' publiée en date du 31 octobre.

EG

Valeurs associées

Euronext Paris +4.41%

Cette analyse a été élaborée par Cercle Finance et diffusée par BOURSORAMA le 05/11/2019 à 13:27:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer