Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Trump veut réduire au silence les ex-chefs du renseignement

Reuters24/07/2018 à 00:59
 (Ajoute réaction de Hayden, porte-parole de McCabe, élus
démocrates)
    par Steve Holland et Jonathan Landay
    WASHINGTON, 24 juillet (Reuters) - Donald Trump envisage de
retirer leurs habilitations de sécurité à six anciens
responsables des services de renseignement, dont le directeur de
la CIA à l'époque de Barack Obama, John Brennan, et le directeur
du FBI limogé par Donald Trump, James Comey, a annoncé lundi la
Maison blanche.
    "Le président n'envisage pas seulement de retirer son
habilitation de sécurité à Brennan, il envisage aussi de retirer
les habilitations de Comey, Hayden, Clapper, Rice et McCabe", a
déclaré la porte-parole de Donald Trump.
    Sarah Sanders faisait référence à l'ancien directeur de
l'Agence nationale de la sécurité (NSA), Michael Hayden,
l'ancien directeur du Renseignement national, James Clapper,
l'ancienne conseillère à la sécurité nationale Susan Rice et
l'ex-directeur adjoint du FBI, Andrew McCabe.
    De nombreux anciens responsables du renseignement conservent
leurs habilitations lorsqu'ils quittent leurs fonctions, soit
parce qu'ils continuent à conseiller leurs anciens services,
soit parce qu'ils en ont besoin pour occuper d'autres fonctions
gouvernementales ou en tant que consultants.
    La Maison blanche reproche notamment à John Brennan d'avoir
vivement critiqué Donald Trump après sa conférence de presse
avec Vladimir Poutine il y a une semaine à Helsinki, pendant
laquelle le président américain a donné davantage de crédit au
dénégations de son homologue russe quant à une ingérence dans
l'élection présidentielle de 2016 qu'à l'avis de ses propres
services de renseignement. L'ancien chef de la CIA a notamment
parlé de comportement proche de la trahison.
    "Quand on accuse le président des Etats-Unis de trahison
alors qu'on a le niveau le plus élevé d'habilitation de
sécurité, quand on est détenteur des secrets les plus profonds
et les plus sacrés du pays et qu'on lance publiquement de
fausses accusations contre le président des Etats-Unis, alors il
(Donald Trump) considère que c'est quelque chose dont il faut
s'inquiéter. Et nous regardons quelles sont nos options et leurs
implications", a précisé Sarah Sanders.
    A un journaliste qui lui demandait si la Maison blanche
entendait ainsi punir les anciens responsables du renseignement
en raison de leurs critiques, elle a répondu: "Non, vous vous
racontez une histoire."
    
    "ABUS"
    La CIA n'a pas réagi pour le moment à cette menace très
inhabituelle.
    James Clapper a en revanche dénoncé sur CNN une attitude
"très mesquine" de la part de la Maison blanche.
    "D'un point de vue légal, le président dispose de cette
prérogative. Il peut suspendre ou révoquer les habilitations de
sécurité comme il l'entend mais s'il décide de le faire pour des
raisons politiques, je trouve que cela crée un dangereux
précédent (...) C'est un abus du système", a-t-il dit.
    "Je ne prends plus part à des réunions (sur des dossiers)
classifiés", a déclaré quant à lui Michael Hayden sur Twitter.
"(Cela) n'aura aucun effet sur ce que je dis ou écris".
    L'habilitation de sécurité d'Andrew McCabe lui a été retirée
lorsqu'il a été limogé du FBI, a annoncé une porte-parole
d'Andrew McCabe, précisant que cela ferait partie des procédures
habituelles de l'agence fédérale.
    "On pourrait croire que la Maison blanche effectuerait des
vérifications auprès du FBI avant de faire des déclarations
clinquantes devant la presse", a dit Melissa Schwartz.
    Plusieurs démocrates ont critiqué la démarche de
l'administration Trump, vue comme un moyen pour la Maison
blanche de détourner l'attention après le sommet entre Trump et
Poutine et les promesses que le président américain aurait pu
faire lors de son entretien avec son homologue russe.
    "Voilà à quoi ressemble le totalitarisme", a déclaré la
sénatrice démocrate Mazie Hirono sur Twitter.

 (avec la contribution de Doina Chiacu, Eric Beech et Warren
Strobel; Tangi Salaün et Jean Terzian pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.