1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Trump reporte la hausse des taxes sur les produits chinois importés
Reuters25/02/2019 à 02:23

 (Précisions, déclaration supplémentaire de Trump)
    WASHINGTON, 25 février (Reuters) - Donald Trump a déclaré
dimanche qu'il allait reporter le relèvement, initialement prévu
vendredi prochain, des droits de douane sur les produits chinois
importés aux Etats-Unis, en raison des "progrès substantiels"
effectués par Washington et Pékin dans leurs négociations
commerciales.
    Le président américain menaçait de porter de 10% à 25% les
droits de douane sur quelque 200 milliards de dollars (176
milliards d'euros environ) de produits chinois importés si aucun
accord n'était conclu d'ici au 1er mars entre les Etats-Unis et
la Chine sur plusieurs de ses exigences.
    Trump a écrit sur Twitter que des avancées avaient été
effectuées sur plusieurs questions sensibles du différend
commercial avec Pékin, dont la protection de la propriété
intellectuelle, les transferts de technologie forcés,
l'agriculture, le secteur des services et les devises.
    En conséquence, a-t-il dit, "je vais reporter la hausse des
tarifs douaniers actuellement prévue au 1er mars".
    Il a ajouté qu'il prévoyait d'organiser un sommet avec son
homologue chinois Xi Jinping dans sa résidence de Mar-a-Lago, en
Floride, à condition que les deux camps aient effectué
suffisamment de progrès en vue d'un accord commercial.
    Une telle rencontre pourrait intervenir en mars, avait dit
auparavant le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin.
    Donald Trump n'a pas fixé de nouvelle date-butoir pour la
conclusion d'un accord avec la Chine.
    S'exprimant dans la soirée devant les gouverneurs
américains, qu'il recevait à la Maison blanche, Trump a dit
envisager une très grande annonce d'ici une à deux semaines si
tout se passait bien dans les pourparlers avec la Chine.
    Aucune déclaration n'a été effectuée par la Maison blanche
concernant la date-butoir pour le relèvement des droits de
douane ou l'avancée des négociations.
    L'agence Chine Nouvelle, citant des membres de la délégation
chinoise en visite à Washington, a rapporté que des "progrès
substantiels" ont été effectués sur des questions spécifiques
lors du dernier cycle de négociations.
    
    UN MÉCANISME DE CONTRÔLE DISCUTÉ DIMANCHE
    La décision de Donald Trump de repousser la hausse des
droits de douane est le signe le plus marquant d'une avancée
majeure depuis la trêve commerciale de 90 jours qu'il a convenue
avec Xi Jinping en marge du sommet du G20 début décembre.
    Trump, recevant vendredi le négociateur en chef de Pékin, le
vice-Premier ministre Liu He, avait fait part de son optimisme
quant à la conclusion d'un accord entre les deux plus grandes
puissances économiques mondiales et annoncé la prolongation des
discussions organisées à Washington.  
    Négociateurs américains et chinois ont évoqué dimanche un
point délicat, a-t-on appris d'une source au fait des
discussions : le contrôle de la mise en oeuvre des engagements
pris par Pékin dans le cadre d'un éventuel accord commercial.
    Plusieurs représentants de l'administration américaine ont
déclaré par le passé que Washington souhaitait l'instauration
d'un mécanisme de contrôle, avec la possibilité de relever les
droits de douane en cas d'infractions de Pékin.
    Reuters rapportait la semaine dernière que les Etats-Unis et
la Chine ont débuté la rédaction de protocoles d'accord non
contraignants (Memorandum of Understanding, MoU) sur plusieurs
questions structurelles au coeur des préoccupations de
l'administration américaine.  
    Mais Trump s'est dit défavorable au recours à des MoU,
disant vouloir uniquement "un accord à long terme" et se
montrant ainsi en désaccord avec son représentant au Commerce,
Robert Lighthizer.
    Ce dernier, défendant le caractère contraignant des MoU, a
alors concédé qu'il ne parlerait plus désormais que d'"accord
commercial".

 (Jeff Mason et David Lawder; Jean Terzian pour le service
français)
 

Cette analyse a été élaborée par Reuters et diffusée par BOURSORAMA le 25/02/2019 à 02:23:14.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer