1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Trump ne nourrit pas de grands espoirs avant Helsinki
Reuters15/07/2018 à 15:09

    par Jeff Mason et Alistair Smout
    TURNBERRY, Ecosse, 15 juillet (Reuters) - A deux jours du
sommet américano-russe d'Helsinki, le président américain Donald
Trump a prévenu dimanche qu'il ne s'attendait pas à ce que sa
rencontre avec son homologue russe Vladimir Poutine débouche sur
de grandes avancées.
    Ce sommet s'organise alors que 12 officiers du renseignement
russe viennent d'être mis en accusation aux Etats-Unis pour leur
implication supposée dans le piratage des systèmes informatiques
démocrates lors de la campagne électorale américaine de 2016.
    Il intervient également alors que les tensions entre l'Ouest
et la Russie sont les plus fortes depuis l'effondrement en 1991
du bloc soviétique et que les Européens redoutent que les
Etats-Unis rompent avec la solidarité occidentale en se
rapprochant de la Russie.
    Dans un entretien réalisé avec la chaîne d'information CBS à
Turnberry, où se situe un parcours de golf qui lui appartient,
Donald Trump a dit penser que "rien de mauvais" ne ressortirait
de son entretien avec Vladimir Poutine tout en disant s'y rendre
"avec des attentes assez faibles".
    Douze membres des services de renseignement russes ont été
inculpés vendredi par un grand jury américain pour avoir piraté
les systèmes informatiques d'Hillary Clinton, candidate
démocrate à la présidentielle de 2016, et du Comité national de
son parti.  
    Ces mises en causes sont les plus détaillées depuis qu'a été
ouverte l'enquête portant sur l'éventuelle interférence de
Moscou dans la présidentielle américaine.
    Pour Donald Trump, que la Russie aurait ainsi souhaité
avantager, cette enquête n'est rien d'autre qu'une "chasse aux
sorcières".
    Interrogé sur les mises en accusations d'officiers russes et
sur sa volonté de demander à Vladimir Poutine de les extrader
vers les Etats-Unis, Donald Trump a dit ne pas y avoir songé
mais qu'il pourrait soulever cette question.
    "Je n'y avais pas pensé", a répondu Donald Trump. "Mais sans
doute je le lui demanderai. Mais encore une fois, les faits se
sont déroulés sous la présidence Obama. Ils faisaient ce qu'ils
voulaient pendant la présidence Obama."
    Lorsqu'il rencontrera Vladimir Poutine, Donald Trump se
tiendra face à un interlocuteur doté d'une solide expérience
diplomatique issue de 18 années de pouvoir qui contrastent avec
ses 18 mois de présidence.
    "Je pense que c'est une bonne chose que de se rencontrer",
a-t-il dit à Donald Trump. "Rien de mauvais ne peut en sortir et
peut-être que quelque chose de bien pourrait en sortir."
    Le président américain a déjà dressé la liste des sujets
qu'il compte aborder avec son homologue russe: contrôle des
armes nucléaires, Ukraine et Syrie.
    En attendant cette rencontre, Donald Trump s'exerce à l'une
de ses activités favorites: le golf.
    A Moscou, Vladimir Poutine s'apprête de son côté à assister
à la finale de la Coupe du monde de football qui opposera la
France à la Croatie.

 (Nicolas Delame pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer