1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Trump entrevoit un accord USA/Canada excluant le Mexique

Reuters12/10/2017 à 02:11
    par David Lawder 
    WASHINGTON, 12 octobre (Reuters) - Le président américain, 
Donald Trump, s'est dit mercredi disposé à ouvrir des 
discussions bilatérales avec le Canada si la renégociation de 
l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) n'aboutissait 
pas avec Mexico. 
    Trump a réclamé et obtenu une renégociation de ce traité de 
libre-échange associant depuis 1994 les Etats-Unis, le Canada et 
le Mexique. 
    Prié de dire s'il pouvait envisager de maintenir un espace 
de libre-échange avec le Canada si les négociations achoppaient 
avec le Mexique, Trump a répondu: "Bien sûr, absolument". 
    Invité à commenter ces propos, le Premier ministre canadien, 
Justin Trudeau, a dit continuer de croire en l'Aléna et s'est 
dit optimiste sur ses perspectives. 
    "Je continue de croire en l'Aléna (...), nous sommes prêts à 
tout et nous continuerons de travailler pour préserver les 
intérêts des Canadiens", a-t-il dit, tout en ajoutant ne rien 
ignorer du caractère imprévisible de Trump. 
    "C'est évidemment quelque chose que nous avons à l'esprit et 
nous y sommes préparés, mais, en même temps, les Canadiens 
attendent de nous que nous travaillions de manière réfléchie 
pour trouver un bon accord." 
    Une quatrième session de négociations tripartites a débuté 
mercredi à Arlington, en Virginie. Avant même son ouverture, le 
représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, a annoncé 
que la session serait prolongée de deux jours, jusqu'au 17 
octobre.  
    Mais les nouvelles exigences de Washington ont jeté un 
froid, et la Chambre américaine de commerce a accusé mardi 
l'administration Trump de tenter de saboter les négociations 
avec des "propositions équivalant à une pilule empoisonnée". 
    En vertu des règles actuelles de l'Aléna, au moins 62,5% des 
composants d'un véhicule doivent provenir d'Amérique du Nord 
pour profiter de tarifs douaniers préférentiels. Washington 
voudrait porter ce seuil à 85%, avec une sous-clause de 50% de 
composants venant spécifiquement des Etats-Unis. 
    "Cela va susciter une opposition générale du Canada et du 
Mexique. Cela va trop loin", estime Wendy Cutler, directrice 
pour la politique de Washington du forum Asia Society et 
ex-négociatrice au département américain du Commerce. 
     
    "LE PROBLÈME DES ETATS-UNIS, CE N'EST PAS LE CANADA" 
    D'autres propositions de Washington risquent de heurter le 
Canada, le Mexique mais aussi les entreprises américaines, dont 
une clause spécifique dite "sunset" qui contraindrait à une 
renégociation de l'Aléna tous les cinq ans et une révision 
radicale des mécanismes d'arbitrage des litiges. 
    L'administration Trump veut aussi modifier les clauses liées 
à la propriété intellectuelle et introduire de nouvelles 
protections pour les productions saisonnières. 
    De sources canadiennes, on indique que Justin Trudeau 
devrait insister auprès de Donald Trump sur les bénéfices de 
l'Aléna pour l'économie américaine, lui rappeler notamment que 
le Canada est le principal marché à l'exportation des Etats-Unis 
et que les échanges commerciaux bilatéraux sont plutôt 
équilibrés. 
    Il devrait aussi lui dire que "le problème des Etats-Unis, 
ce n'est pas le Canada", ainsi que l'a noté sa ministre des 
Affaires étrangères, Chrystia Freeland, et que son pays n'est 
pas responsable des destructions d'emplois dans l'industrie 
américaine observées depuis l'entrée en vigueur de l'accord. 
    Les quelque 300% de droits de douane imposés vendredi 
dernier par le département américain du Commerce sur les avions 
C Series du canadien Bombardier n'ont pas contribué à apaiser 
les inquiétudes d'Ottawa.   
    A l'inverse, avec ses bas salaires qui ont justifié des 
délocalisations d'usines automobiles et d'autres industries 
américaines, le Mexique a dégagé l'an dernier un excédent 
commercial de 64 milliards de dollars dans ses échanges avec son 
voisin du Nord. 
 
 (avec David Ljunggren à Ottawa; Henri-Pierre André et Nicolas 
Delame pour le service français, édité par Tangi Salaün) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.