1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Trophée des Championnes: Lyon s'offre la 1ère édition aux tirs au but face au PSG
AFP21/09/2019 à 19:20

La milieu de terrain de Lyon Amel Majri lors de la victoire sur le PSG à Guingamp lors du Trophée des championnes le 21 septembre 2019 ( AFP / Fred TANNEAU )

Les filles de l'Olympique Lyonnais ont logiquement remporté samedi à Guingamp le premier Trophée des Championnes face à leur victimes préférées du Paris SG, mais celles-ci ont bien résisté et tenu jusqu'à l'épreuve des tirs au but (1-1, 4 tab à 3).

"Ce n'était pas simple, aussi parce qu'on avait une belle équipe du PSG face à nous. Mentalement, mes joueuses étaient au dessus", a résumé Jean-Luc Vasseur, le coach lyonnais. "C'est bien pour le football féminin, car aujourd'hui il y avait de l'incertitude, on est passé par toutes les émotions. Ce ne sont pas des filles, ce sont des championnes".

Sous les yeux de Noël Le Graët, le président de la FFF, et de Jean-Michel Aulas, le premier responsable d'un gros club français à avoir investi sérieusement dans le foot féminin, l'OL n'a pas forcé en début de match mais a quand même ouvert le score grâce à un superbe but de son attaquante Amel Majri.

Bien lancée dans la surface parisienne par Ada Hegerberg, Majri, en pivot, au coin des six mètres, a pu ajuster un tir brossé en pleine lucarne, du gauche, sur lequel Christiane Endler a dû s'avouer vaincue (31).

Dix minutes plus tard, le PSG a été récompensé de sa résistance intelligente quand Amandine Henry, sur une mauvaise relance, a offert sur un plateau la balle de l'égalisation à Nadia Nadim, l'Afghane toute heureuse de pouvoir pousser la balle au fond des filets de Sarah Bouhaddi, la gardienne des Bleues (42).

Hegerberg, la Ballon d'Or norvégienne, a ensuite eu la balle du 2-1 au bout du pied, sur une mésentente parisienne, mais son tir de près a été repoussé par le bras gauche d'Endler (45+1). La même Endler s'est encore mise en évidence, dès la reprise, en écartant un coup franc de Majri qui prenait le chemin de la lucarne (49).

Il a fallu attendre l'heure de jeu pour que l'héroïne locale, Eugénie Le Sommer, fasse enfin vibrer ses fans bretons sur un joli tir à ras de terre bien repoussé par Endler (61), tout comme le tir quasi-identique de Dzsenifer Marozsan (62), bien servie par Le Sommer. 

- Bouhaddi décisive -

De quoi réveiller l'enthousiasme des 12.558 spectateurs annoncés par la FFF, à l'heure du thé. Dont un contingent parisien torse nu, peu nombreux mais dopé par la bonne résistance de ses joueuses face à l'effectif haut de gamme de l'OL Féminin.

L'attaquante de Lyon Eugénie Le Sommer lors de la victoire sur le PSG au Trophée des Championnes à Guingamp le 21 septembre 2019 ( AFP / Fred TANNEAU )

De fil en aiguille, les Parisiennes d'Olivier Echouafni ont pris confiance et porté le danger plus souvent, comme sur un centre de Hanna Glas trop tendu pour Marie-Antoinette Katoto (74), la meilleur buteuse de D1 la saison dernière (22 buts).

Ce joli match de foot au soleil s'est donc conclu par la loterie des tirs au but. Le tir de Katoto repoussé par Bouhaddi, puis le tir de Le Sommer sur le poteau gauche d'Endler, le suspense a duré jusqu'à l'ultime tentative: ce tir de Grace Geyoro détourné par Bouhaddi, décisive, pour que l'OL remporte un nouveau trophée.

"J'ai regardé énormément de penalties dans le vestiaire, j'ai étudié le jeu de mes adversaires", a confié Bouhaddi. "On a un jeu différent de l'an dernier, le coach nous demande d'autres choses. C'est bien que nos adversaires progressent, mais on va continuer à travailler pour rester au plus haut".

"C'est dur, après le bon match qu'on a fait. C'est plus le mérite de leur gardienne, donc il faut la féliciter", a réagi la capitaine espagnole du PSG, Irene Paredes. "Et l'image qu'on a donnée n'est pas mal, même s'il reste des erreurs à corriger". 

Ce samedi à Guingamp, les Parisiennes ont fait jeu égal pendant près de 90 minutes, mais sans être récompensées. "On était tout près", a conclu leur entraîneur, Olivier Echouafni.

dlo/jde

Valeurs associées

Euronext Paris -0.33%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer