Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Trigano : les tensions sur les approvisionnements devraient encore fortement impacter l'activité
information fournie par AOF29/06/2022 à 18:13

(AOF) - Trigano a dévoilé des revenus trimestriels affaiblis par les tensions sur les approvisionnements en bases roulantes de camping-cars. Le chiffre d’affaires du troisième trimestre 2021/22 du groupe a affiché une progression de 1,7 % à 921,2 millions d’euros. A périmètre et change constants, il a cependant chuté de 10,4 %, par rapport à un troisième trimestre 2020/21 record. Les ventes de camping-cars ont chuté de 19,1% à périmètre et change constants alors que des ruptures de livraisons de châssis ont entraîné des arrêts ponctuels de lignes de montage.

" La baisse des quantités vendues au cours du troisième trimestre 2021/22 n'a pu qu'être partiellement compensée par les hausses de tarifs appliquées progressivement ", précise Trigano.

" L'activité des prochains mois devrait être à nouveau fortement impactée par les arrêts de production de certains fabricants de bases roulantes pour camping-cars ", a prévenu le spécialiste des camping-cars.

Il souligne que l'augmentation des délais de livraison liée à la réduction de la production et à l'importance des carnets de commandes n'a pas d'effet majeur sur la demande de camping-cars qui reste soutenue dans la plupart des pays européens.

A l'occasion de cette publication, Trigano a annoncé être entré en négociation exclusive avec un groupe de trois points de vente de véhicules de loisirs (30 millions d'euros de chiffre d'affaires). Cette opération lui permettra de compléter son maillage territorial sur le sud de la France.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Numéro 1 européen des véhicules de loisirs, avec le 1/3 du marché, créé en 1935 ;

- Chiffre d’affaires de 2,7 Mds€, réalisé dans les caravanes, camping-cars et mobile-homes pour 92 % puis dans les équipements de loisirs- matériel de camping et de jardin, remorques ;

- Présence essentiellement européenne : 27,8 % des ventes en France, 24,5 % en Allemagne, 12,4% au Royaume-Uni, 4,7 % en Scandinavie, 7,3 % au Bénélux et 6,3 % Italie et Espagne ;

- Stratégie de croissance dite « multi-locale » fondée sur le rachat de petites entreprises, la plupart du temps moins rentables que Trigano, et dont les vingt-cinq marques sont conservées, d’où des parts de marché supérieures à 40 % dans de nombreux pays ;

- Capital détenu à 57,9 % (71,6 % des droits de vote) par la famille Feuillet, Stéphane Gigou présidant le directoire de 5 membres et Michel Freiche assurant la direction générale ;

- Bilan sain, avec une trésorerie nette supérieure à 500 M€ et 1 Md€ de capitaux propres.

Enjeux

- Stratégie assise sur 2 piliers : la hausse des capacités de production et leur productivité, puis le maillage des réseaux de distribution ;

- Stratégie environnementale : conception des véhicules : réduction de 10 % des consommations de carburants pour les nouveaux camping-cars, baisse des émissions de particules et d’oxyde d’azote et baisse du poids des véhicules / développement des piles à combustible et des panneaux solaires ;

- Montée en puissance des usines de vans et fourgons aménagés en Italie et Espagne, du nouveau site slovène et de la marque Benimar en Allemagne ;

- Modèle économique porteur : en ces temps de crise sanitaire et de gestes barrière à respecter, le camping-car permet d'éviter les moyens collectifs de restauration, d’hébergement et de transport.

Défis

- Fortes tensions sur les approvisionnements, notamment en chassis, d’où un recul des livraisons de 10 % au 1 er semestre pour les campings car ;

- Intégration des distributeurs français CLC, SLC et Loisiréo (350 M€ de chiffre d’affaires suppmémentaire) ;

- Perspectives pour l'exercice 2021-22 clos le 31 août : carnets de commandes supérieurs aux capacités de production jusqu’à la fin de l’année ;

- Acomptes sur dividende et rachats d’actions.

Les petits parcs d’attraction à la peine

Chiffre d’affaires en recul, investissements à réaliser : ces acteurs ne sortent pas la tête de l’eau. Ces parcs, qui accueillent 100.000 à 350.000 visiteurs par an, ont dû réduire leurs investissements suite à la crise sanitaire. Or chaque année ils investissent entre 10% et 20% de leur chiffre d’affaires pour créer de la nouveauté et attirer une nouvelle clientèle venue d’un peu plus loin et la fidéliser. Nombre de ces acteurs, qui se sont endettés pour faire face à la crise, devront bientôt devoir rembourser leurs prêts garantis par l’État (PGE). À l’issue de la première année, les entreprises peuvent décider de rembourser immédiatement leur PGE, l'amortir sur 1 à 5 ans supplémentaires, ou mixer ces deux solutions. Face à un délai qu’il juge insuffisant, le Syndicat national des espaces de loisir d'attractions et culturels (Snelac) demande que le PGE soit transformé en aide à l’investissement pour le secteur ou qu’il soit allongé à 15 ans.

Valeurs associées

Euronext Paris -3.31%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.