Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Très satisfait de ses performances, Fnac-Darty revoit ses ambitions 2021 à la hausse
information fournie par AOF29/07/2021 à 18:06

(AOF) - Fnac-Darty a publié un résultat net part du groupe de 17,2 millions d'euros au premier semestre 2021, après avoir enregistré une perte de 118,3 millions un an plus tôt. Le résultat opérationnel courant s’élève quant à lui à 34 millions d'euros, en hausse de 92 millions d'euros sur un an, et dépasse même celui du premier semestre 2019 qui était de 32 millions d'euros, à périmètre comparable. Ceci malgré la billetterie et l’activité en Péninsule Ibérique encore très affectées par la crise sanitaire. L’EBITDA s’établit à 210 millions d'euros, en hausse de 92 millions d'euros.

Le chiffre d'affaires semestriel du distributeur a atteint 3,465 milliards d'euros, en progression de 21,6% sur un an en données publiées et de 21,3% en données comparables. Il a été porté à la fois par une hausse des volumes et du panier moyen.

"Cette solide croissance repose sur la poursuite de la hausse des ventes en ligne à +7,1%, malgré un effet de base de comparaison très élevé l'année dernière pendant le 1er confinement, et sur la solide dynamique enregistrée en magasins de +27,8%, malgré des conditions d'exploitation encore pénalisées par la poursuite des restrictions sanitaires sur le semestre", précise Fnac-Darty.

Les ventes digitales représentent désormais près de 28% des ventes du Groupe sur le semestre, portée par le gain de 2 millions de nouveaux clients actifs web.

Le groupe s'est dit "très satisfait des performances solides" enregistrées au premier semestre. Dans ce contexte, il revoit à la hausse ses perspectives 2021 de chiffre d'affaires, désormais attendu en croissance de près de 5% par rapport à 2020, et de résultat opérationnel courant, attendu entre 260 et 270 millions d'euros, soit un niveau équivalent au résultat opérationnel courant pro-forma 2019, hors billetterie.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Difficultés inédites pour les grands magasins

Le secteur doit affronter une conjonction d’épreuves inédites suite à la crise sanitaire : fermeture des points de vente, désertion des clients internationaux et désaffection des Français pour la mode. Les Galeries Lafayette vont perdre la moitié de leur chiffre d’affaires cette année (soit 1,7 milliard d’euros) et subir des pertes d’exploitation très significatives, comme ils n’en ont jamais enregistré depuis vingt-cinq ans. Le retour en France des touristes internationaux devrait être très progressif. Le groupe estime qu’il ne devrait retrouver le niveau de 2019 qu’en 2024. Le Bon Marché ou Le BHV pâtissent également du télétravail et des nouvelles restrictions à l’utilisation de la voiture dans la capitale. Le groupe Printemps, qui a obtenu un PGE de 150 millions d’euros, va fermer sept magasins en France. Pour se redresser, les acteurs misent sur le numérique et modifient leur positionnement en se tournant davantage vers la clientèle locale et en transformant les magasins en des lieux de vie.

Valeurs associées

Euronext Paris +2.38%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.