Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Travail dominical : sans doute pas de dérogation pour le bricolage

Le Parisien29/11/2013 à 22:45

Travail dominical : sans doute pas de dérogation pour le bricolage

Le rapport Bailly sur le travail du dimanche, qui sera remis officiellement lundi au gouvernement, ne devrait pas proposer d'étendre les dérogations à de nouveaux secteurs comme le bricolage, mais augmenter le nombre de jours dérogatoires que les maires peuvent accorder.

Ce document, commandé à l'ex-patron de La Poste Jean-Paul Bailly après la fronde des magasins de bricolage en septembre, ne devrait pas leur donner gain de cause. «Selon nos informations, le rapport repousse toute dérogation à de nouveaux secteurs», révèlent en effet «les Echos», un proche du dossier assurant que la piste «a très vite été abandonnée». La législation actuelle, très complexe, accorde des dérogations permanentes au secteur de la jardinerie et de l'ameublement mais pas au bricolage.

Un «seul et unique type de zone»

Mais, explique une source gouvernementale citée par «Les Echos», accorder une dérogation à un nouveau secteur «ne ferait que déplacer le problème. Si on l'accorde au bricolage, d'autres secteurs vont le réclamer et on n'en sortira jamais». Outre ce point, le journal indique que le rapport Bailly va proposer de porter le nombre d'ouvertures exceptionnelles sur autorisation du maire «de cinq aujourd'hui à une dizaine» par an.

Il préconisera également «une vaste remise à plat» des zones où le travail dominical est autorisé, notamment après la «loi Mallié» de 2009 qui a créé des zones touristiques et Périmètres d'usage de consommation exceptionnelle (PUCE). Cette situation, source de distorsions, sera revue «en redéfinissant, par un dialogue social local, les zones où le travail dominical est autorisé», selon le quotidien économique. «La distinction PUCE/zones touristiques serait ainsi supprimée au profit d'un seul et unique type de zone soumise à des règles unifiées au niveau national», poursuit le journal.

Des accords collectifs

En outre, des garanties seraient apportées aux salariés via des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Mes listes

valeur

dernier

var.

12.42 -0.96%
5413.3 -0.57%
0.705 -20.34%
0.351 +0.57%
0.64 +1.59%
66.15 +0.56%
0.705 -1.98%
44.08 +0.18%
1.051 -10.63%
1.283 -0.08%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.