Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

TotalEnergies s'allie avec Holcim pour développer la première cimenterie zéro carbone en Belgique
information fournie par AOF04/10/2022 à 08:19

(AOF) - TotalEnergies et Holcim en Belgique ont signé un protocole d'accord pour travailler conjointement à la décarbonation totale d'une cimenterie de Holcim en cours de modernisation à Obourg, en Belgique. Diverses énergies et technologies seront évaluées afin "de capter, de séquestrer et de valoriser efficacement", les quelque 1,3 million de tonnes de CO2 émises chaque année par ce site.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Groupe intégré autour de l’énergie, 3 ème compagnie pétrolière mondiale, 2ème gazière ;

- Activité de 141 Mds$ organisée en 4 branches : 45 % pour le marketing & services (réseaux de distribution…), 40 % dans le raffinage & chimie, 11 % dans les renouvelables, le gaz et l’électricité puis l’exploration-production ;

- Modèle économique de transformation en dix ans en un groupe multi-énergies, producteur de pétrole & GNL (gaz naturel liquéfié), d’énergies renouvelables & électricité et d’hydrogène & biomasse ;

- Capital ouvert (6,4 % détenus par les salariés), le conseil d’administration de 12 membres étant présidé par Patrick Pouyanné également directeur général ;

- Bilan solide avec 104 Mds$ de capitaux propres et 17 Mds$ d’autofinancement libre et un ratio d’endettement de 9,8 %, très inférieur à l’objectif de 20 %.

Enjeux

- Stratégie 2020-2030 de réponse au défi de la transition énergétique, + d’énergie, - d’émissions : croissance de 30 % de production d’énergies, alimentée à 50 % par l’électricité renouvelable, à 50 % par le GNL, la part du pétrole passant de 55 à 30 %, évolution de la répartition des ventes - 30% de produits pétroliers, 50% de gaz, 15% d’électricité et 5% de biomasse et d’hydrogène / discipline dans les investissements - 13 à 15 Mds$ par an sur 2022-2025, dont 50% alloués aux nouvelles énergies - renouvelables et électricité - et 50% au gaz naturel ;

- Stratégie d’innovation menée par One Tech, dotée de 850 M$ pour 18 centres de R&D : 3 hubs : industriel, de développement et de support / 5 programmes : production, CO2 et durabilité, efficacité opérationnelle de l’upstream, aval & polymères, fuel et lubrifiants / recyclage et biocarburants / une usine digitale pour dégager 1,5 Md$ d’économies d’ici 2025 ;

- Stratégie environnementale : d’ici 2050, neutralité carbone pour les opérations du groupe, neutralité des produits utilisés par les clients en Europe, réduction de 60% ou plus de l’intensité carbone des produits utilisés par les clients hors Europe ;

- 4 axes : croissance dans les chaînes de valeur du gaz (naturel, biogaz et hydrogène), dans l'électricité bas carbone (enveloppe annuelle de 1,5 à 2 Md$,) dans le pétrole à point mort bas et dans les biocarburants et, enfin, dans les activités contribuant à la neutralité carbone (puits naturels, forêts…) / solaire et renouvelables : capacité de production de 25 Gw d’ici 2025 / fonds carbone doté de 400 M$ à investir d’ici 2025 ;

- Dans les renouvelables & électricité, portefeuille de capacités de 35 GW à horizon 2025 dont + 20 GW sécurisés par des contrats d'achat à long terme ;

- Accélération de la transition énergétique avec des prises de participation dans 2 projets qatari et indien (GNL et hydrogène) et dans Clearway, 5 ème américain des énergies renouvelables ;

- Excellence industrielle de la production de pétrole avec un point mort à - 20 $/b.

Défis

- Sensibilité aux cours du baril de pétrole et au dollar, une hausse de 10$ le baril ayant un impact sur le bénéfice opérationnel de 2,7 Mds$ ; un recul de 10$ l’affectant de 100 M$ ;

- Exposition aux risques géopolitiques en Afrique (30 % de la production du groupe) ;

- Impact guerre Russie-Ukraine : arrêt d’apport en capital aux nouveaux projets et dans le projet Arctic, arrêt des achats de pétrole et de diesel, maintien des participations dans Novatek (19,4%), Yamal (20%), Arctic LNG (10%) et Terneftegaz (49%) et maintien de l’approvisionnement en GNL de Yamal ;

- Après un quasi-triplement du résultat net au 1 er semestre, perspectives 2022 d’une production d’hydrocarbures en hausse avec des prix de vente élevés, de capacités de renouvelables et d’électricité supérieures à 16 GW grâce à des investissements dédiés de 3,5 Mds$ (le quart des investissements totaux), d’une contribution de l’aval (pétrochimie, biocarburants et mobilité électrique) de 6 Mds€ à l’autofinancement libre ;

- Versement de 2 acomptes sur dividende 2022 de 0,69 € et maintien des rachats d’actions, de 2 Mds$ au 3 ème trimestre, déclenché selon la formule 40 % du cash-flow généré par des prix d’hydrocarbures supérieurs à 60 $ le baril.

Une demande mondiale en croissance

L'AIE (Agence Internationale de l'Energie) estime que la demande mondiale devrait s'établir à 99,4 Mb/j (millions de barils par jour) pour 2022, un niveau légèrement revu en hausse en raison d'une croissance plus forte que prévue en mars et avril. Cela reste néanmoins 1 Mb/j au-dessous des niveaux de 2019. Dès 2023 l'AIE prévoit que la demande pétrolière mondiale devrait dépasser les niveaux d'avant la pandémie de Covid, tirée par la demande chinoise. Cette dernière a été fortement affectée par les graves perturbations liées au Covid-19 cette année. L'année prochaine, le rebond de la demande chinoise fera plus que compenser un ralentissement du côté des pays de l'OCDE. A moyen-terme la forte reprise du trafic aérien soutient la demande pétrolière, avec une dynamique des voyages en avion en Europe et en Amérique du nord de plus en plus manifeste souligne l'AIE.

Valeurs associées

Euronext Paris +1.24%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.